7 octobre 2011 5 07 /10 /octobre /2011 06:31

Oui, je suis née ici, dans ce village, enfin la presque ville d'à-côté, et mes parents ont choisi ce petit bourg tranquille pour s'installer. Une maison en location quelques années, puis une vieille maison à retaper, ils ont vu comme moi, l'aînée, la famille grandir. Epuisés par les travaux, ils ont finalement été les premiers investisseurs d'un nouveau lotissement, construit dans un pré qui accueillait des vaches et des moutons, les fermes disparaissaient, la ville grandissait, les habitats et leurs occupants changeaient. Je prenais le chemin de l'école, chaque matin, trois puis cinq puis une douzaine de copains et copines pour aller à la maternelle. Dans cette cour, entre les tilleuls, nous étions dans les classes à plusieurs niveaux, un mélange de génération, qui donnaient le sourire et la force à ceux qui étaient entre deux âges, trop juste pour être bon, meilleur que les plus jeunes. La scolarité a progressé, j'ai grandi encore. Le chemin vers le primaire se faisait maintenant les garçons d'un côté, les filles de l'autre, les affinités, les histoires de foot ou de maquillage de Barbie de l'autre.

 

Nous passions devant la place de la Mairie, deux bordées de platanes, une église, trois magasins en plus d'un bar. Une épicerie générale somptueusement nommée "Le soleil de St Tropez" depuis que l'épicier avait fait du camping dans cette région durant ses vacances d'août, elle brillait surtout par son choix de fruits et légumes, mais aussi de nourriture en conserves, de salaisons et parfois de quincaillerie. Coincé entre celle-ci et le café, la coiffeuse souriait à ses clientes fidèles, je suis toujours allée chez elle. Une vieille fille, cousine de ma mère, je crois, mais très glamour des sixties, elle ne les avait jamais quitté dans ses tenues. On se moquait de son côté rétro, maintenant elle serait Vintage, si tendance, malgré elle.

Elle tournait les tête des hommes qui fumaient devant le café en reluquant la vitrine d'à-côté. 


      big.127285173.jpg

 

 

Puis il y avait le magasin de toutes les convoitises, la vitrine des délices. Dans ce décor de village, celui d'un train électrique en mode géant et réel, je traversais la rue sagement, pour voir la boulangerie. Les babas au rhum pour papa, les mille-feuilles pour papy, il adorait, les polonaises pour mamy, les St Honoré pour maman, et tout le reste pour nous. Je rêvais de faire un casse, une folie d'enfant, pour manger mon butin dans un coin secret, entre enfants, avec les mains pleines de chocolat, de crème au beurre, rigolant avec ma copine Isabelle, folle de crème chisbouste, si légère.

Je rêvais, en ressortant seulement avec un pain au chocolat, sans mon butin, d'un faux hold-up avec comme revolver, un croissant.

 

 

Aujourd'hui je suis la boulangère, je suis heureuse d'être dans mon village, car je l'aime tant. J'ai parmi mes clientes, des anciennes amies de classe. Celles de mon rêve, celles du chemin, elle viennent avec leurs enfants, elles rigolent de leurs envies de bonbons Haribo, elles regardent les religieuses au chocolat, notre spécialité. Elles commandent les pièces montées pour les fêtes de famille. Mon mari, le boulanger est aussi un fin pâtissier, il adore créé de belles "folies à croquer des yeux". Il sait que c'est réussi quand mes yeux brillent.

 

Isabelle vient parfois, elle est la directrice de l'école, elle adore son métier. Nous faisons notre footing ensemble, pour la ligne et pour le papotage qui se poursuit depuis des dizaines d'années, au gré de nos vies, de nos enfants, de nos féminités. Nous dissertons sur le plaisir d'être femme ici, loin de la ville, de la capitale, mais toujours avec nos étincelles personnelles de sensualité, pas pour un concours fashion, ou une élégance à la parisienne. Juste pour nous, comme nos bas, notre douceur complice, comme un cadeau pour soi, pour lui aussi.

 

2071.jpg

 

Demains promis, on fera une boucle plus longue pour parler du spécial mode de ELLE, et vendredi prochain, une soirée entre copines pour une vente à domicile de lingerie. J'aime mon village, cette vie, cette douceur de vivre. 

 

 

logo small nylonement

 

La collection de "Femmes & Portraits" continue, retrouvez-là dans la catégorie associée, dans votre menu de droite. Merci fidèles lectrices !   

 

 


 

 


Image-0297.jpg

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 06:07

Vous avez déjà pris le temps de visiter de nombreux blogs, dans vos habitudes ou même mieux parmi les stars des blogs. Certaines blogueuses recoivent un prix pour leur média 2.0, ainsi LUCIE de PAOLA est devenue "Prix des blogueuses du magazine ELLE 2010 - catégorie Love&Sexe". 

 

Image-0157.jpg

Oui l'ancienne bannière du blog, si jolie, si preppy

maintenant elle est blanche avec des étoiles roses girly

 

Alors je suis sûr que vous avez déjà pris votre café, sur la couette, avec le portable à côté pour lire et rire en lisant www.lesfillespensentque.net

 

Oui, j'ai mis les pieds sur ce blog au début 2010, pour ne jamais le quitter, pour sourire parfois, pour réagir aussi, pour rire encore de tous les sujets abordés. Ici les mots prennent un sens, entre féminité et féminisme aussi, avec une légèreté acidulée dans un monde si brutale, j'aime son univers.

 

Alors je ne pouvais attendre plus longtemps, car demain jeudi 6 octobre 2011, paraîtra le premier livre de LUCIE de PAOLA,

"Les Filles pensent que ....

... il faut embrasser beaucoup de crapauds 

avant de trouver le prince charmant"

 

Image-0254.jpg

Paroles et Musique des mots LUCIE de PAOLA

Illustrations par DIGLEE

 

Je vous encourage à investir dans ces chapitres nouveaux, ou quelques rares articles revisités, avec toujours le même humour, la même sauce acide mais aussi sucré-salé. Un vrai style, un vrai bonheur de lecture, car en négociant avec le fournisseur de la FNAC local, on arrive à lire avant les autres. Chuuuut ! Allez vite vers ce livre à acheter pour soi, et pour le prêter aux copines ensuite, ou à lire avec elles, en parlant des hommes, de l'amour et pourquoi pas des crapauds ;-)

 

 

Mais la cerise sur le gâteau est ci-dessous, oui un interview de la belle LUCIE de PAOLA. Oui rien que pour vous, mes lectrices, mes lecteurs, une presque exclusivité, et des mots, les siens pour vous.

 

 

 

Bonjour chère LUCIE,

Blogueuse reconnue du net féminin en langue française de part votre style, en particulier l’impertinence et les bons mots, vous avez gagné le top du podium,  avec le prix des blogueuse 2010 du magazine ELLE. Enthousiaste et fine lame, vous pourfendez les idées reçues, combattez non pas les moulins mais les humeurs de notre vie courante, enfin celles des filles. Car avec vous, le blog « Les filles pensent que… » on avance avec des saltos avant, des doubles vrilles avec carpés, et parfois même des triples sauts périlleux. Rien n’est acquis jusqu’à la fin de vos articles.

 

Et je ne me cacherai en disant, que j’aime ce style, en fidèle lecteur depuis près de deux ans.

 

Gentleman W. :  Mais quelle étincelle a mis le feu pour les premiers pas du blog ?

Lucie de Paola : L’été 2009 a été particulièrement mouvementé. Mes amies m’ont demandé d’écrire un blog pour raconter nos histoires. Je dois avouer, je n’en avais jamais lus et n’avais aucune idée de la manière dont je devais m’y prendre.

Je me suis rapidement prise au jeu. Recevoir des mails de lecteurs qui me félicitent, lire leurs commentaires sur les articles, les voir réagir sur Facebook sont les meilleurs des encouragements.

 

Gentleman W. :  Avec le feu d’artifice du prix des blogueuses, votre vie a changé ? Des propositions de films, les ferraris, les tonnes de lettres d’amoureux japonais ? ;-)

Lucie de Paola : C’est toute cette première semaine de décembre 2010 qui a changé ma vie. Le mercredi 1er je rencontrais celle qui allait devenir mon éditrice, le jeudi 2 je remportais le prix « Coup de cœur » de la rédaction de ELLE.fr. Il faut savoir que j’étais malade et que j’ai failli ne pas aller à la cérémonie. Je pensais que je n’avais aucune chance et qu’il était inutile que je me déplace. J’ai fini par y aller en râlant… j’ai fini la soirée en pleurs (de joie).

Pas de proposition de film, ni de Ferrari (ça tombe bien je n’ai pas mon permis) mais plusieurs propositions de livre. J’ai eu le luxe de pouvoir choisir ma maison d’édition.

Pas de lettres d’amoureux japonais, mais quand on a un blog on reçoit des mails et des propositions très bizarres.

 

Gentleman W. :  Comme des demandes d'interview ? surtout de la part de Gentleman mytérieux, signant d'un W et non d'un Z comme Zorro ?    Blog de femmes, de filles pardon … avec beaucoup d’humour, des pointes féministes, ou simplement un peu de vous ?

Lucie de Paola : J’essaye d’être le moins présente possible dans mes articles : ce n’est pas un journal intime. Le blog est un mélange de moi, de mes amies et des gens que je rencontre. Je suis très bavarde mais je suis également terriblement curieuse. J’adore quand les gens me racontent leurs histoires et ils le font avec plaisir. J’essaye donc de mélanger toutes ces expériences.

 

 

Gentleman W. :  Une liberté d’écriture qui vous dévore votre emploi du temps, un peu sur votre boulot (on le dira pas à votre patron) allez dites-nous tout ? beaucoup de temps ? 

Lucie de Paola : J’avoue n’avoir aucune idée du temps que me prend l’écriture du blog. Je n’écris jamais de mon travail. Je suis dans un open space où je n’ai pas le loisir de me concentrer sur autre chose que mon boulot. (Pourtant ça m’arrangerait).

J’écris quand j’en ai envie, quand je suis inspirée, au gré de mes humeurs.

 

Gentleman W. :   Bientôt un livre, demain même ? Vous visez quelle académie ? des détails …

Lucie de Paola : Je suis folle de joie. Cependant, ça risque de me prendre du temps pour le réaliser. Même si j’ai eu le livre entre les mains, ça reste abstrait. Seuls ma famille et quelques amis proches l’ont lu. Voir leur tête quand ils l’ont découvert, feuilleté, lu les remerciements, c’était magique ! (Certaines dont je tairai le nom ont même versé quelques larmes).

La prochaine étape, aller à la Fnac pour le voir en rayons ! Là je pense que je vais enfin réaliser.

 

Gentleman W. : Il est déjà là, et les blogs entrent dans l'air du média papier, les talents apparaissent. Bravo à vous !

Blogueuse d’esprit, qui ne s’affiche pas mais parle, pardon écrit si bien, seriez vous un brin modeuse ? votre choix mode pour une tenue du soir ?

Votre choix mode pour demain, non pour la première séance de dédicace du livre ?

 

Lucie de Paola : Je suis la pire modeuse du monde parce que je déteste les contraintes. Impossible de me dicter quoi porter. Je ne regarde pas les pages mode des magazines, ne lis pas de blog mode. J’aime être libre de porter ce que j’aime quand j’en ai envie.

En revanche, je choisis souvent mes tenues « importantes » en fonction de mes chaussures. Pour ma première séance de dédicaces, j’aurai une paire de talons rouge en daim avec de minuscules étoiles roses. Je voue un culte aux chaussures rouges depuis toute petite. Voilà ce qu’il arrive quand on regarde le Magicien d’Oz en boucle.

 

 

Gentleman W. :  Nylon-Volupte.com parle de toutes les féminités, faut-il défendre cette idée à notre époque ? Auriez vous une définition du mot « Féminité » ?

Lucie de Paola : La féminité n’a pas de définition, c’est un état d’esprit, un comportement. Ca ne réside pas dans notre manière de nous habiller : on peut être féminine habillée en smoking. Yves Saint Laurent l’avait bien compris. Certaines femmes sont extrêmement féminines avec les cheveux courts, sans maquillage…

 

Gentleman W. :  Oui, j'adhère à cette définition.

Notre fil rouge sur le blog est une couture d’un bas nylon, en référence aussi au musée du bas vintage. Intégrez vous dans votre tenue, votre mode, un accessoire pour vos jambes, bas ou collants ?

Lucie de Paola : Bas ou collants en fonction du temps (je suis frileuse donc pas de bas s’il fait trop froid), de mes envies et de mes vêtements (je trouve vulgaire lorsqu’on voit la dentelle apparaître pour cause de jupe trop courte).

 

Gentleman W. :  Le concept “100 bloggeuses & 1 livre” est en cours d’écriture, mais quel blog voudriez-vous rajouter ? ceux qui ont un réel univers ?

Lucie de Paola : Il y a tellement de blogs que je ne saurais lesquels choisir. Je privilégierais celles qui me font rire et/ou me font rêver, celles qui ont une belle plume.

 

Gentleman W. :  Un dîner de rêve, celui de vos envies, dans le lieu, l’univers de votre choix, décrivez-nous ? nous serons discrets comme des anges derrière notre nuage.

Lucie de Paola : Un dîner sur un nuage justement avec tous les gens que j’aime mais qui ont disparu. J’aimerais pouvoir leur parler encore un peu.

 

Gentleman W. :  Clic-clac, un cliché pour remercier LUCIE.

 

L.jpg

Un sourire en quatrième de couverture,

Un style bien dans son époque !

 

 

Je vous recommande quelques articles,

mais flâner dans ses archives, pour déguster

de bons mots en buvant votre thé.

www.lesfillespensentque.net/article-le-couple-c-est-la-mort-de-la-seduction-84632802.html

www.lesfillespensentque.net/article-la-journee-du-8-mars-entre-futilite-et-vraie-utilite-68763794.html

www.lesfillespensentque.net/article-les-couples-colles-sont-insupportables-66322771.html

www.lesfillespensentque.net/article-les-soldes-c-est-bon-pour-le-moral-65196532.html

www.lesfillespensentque.net/article-les-hommes-et-les-femmes-peuvent-etre-amis-60153682.html

 

Image-0256.jpg

Merci Lucie

 

 


NYLONEMENT d'OCTOBRE ROSE

Image-0297.jpg


Partager cet article
Repost0
29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 05:00

Dois-je encore vous dire qui je suis ?

Je viens tous les jours ici, dans cette galerie marchande, à l'aube pour réceptionner les cartons de livraison. En toutes saisons, en particulier quand l'automne arrive puis l'hiver, je marche sous la pluie froide du matin, quittant ma petite voiture d'occasion, pour le hall gorgé de vent. Des zombies du petit matin, personne ne parle, tous se connaissent mais supportent la même fatigue, le même côté obscur du soleil encore endormi dans le noir. Silence lourd et froid, même l'été, comme congestionné par l'envie d'être toujours chez soi sous la couette, avec leurs compagnons ou compagnes. Je rêve d'une tunique en laine, d'un matin chaud, lovée dans mon canapé, avec la chaleur de mon "petit-chez-moi".

 

marisa-tomei1.jpg

 

Je suis là, seule avec mon chariot contenant des kilos de café, des croissants frais, des oranges et quelques fruits de saison. J'ai le plaisir de faire toutes les ouvertures de la semaine,du lundi au vendredi, avec un samedi sur deux. Je suis célibataire, enfin plutôt en couple, suivant les années, mais sans enfant. Ma collègue arrive après l'école. J'installe dès le matin les produits au frais, les croissants sur le zinc , les chaises et les tables dans la galerie. Mon petit royaume situé sur le passage vers l'entrée principale du magasin. Deux plantes vertes, je ne sais même pas si elles sont naturelles ou factices. Je range et j'arrange mes tables.

 

Je fais chauffer la machine à expresso, pour les premiers cafés du matin, ceux des travailleurs de la nuit, des livreurs, des employés qui remplissent les rayons de l'hypermarché. J'aime ce parfum délicat, un doux fumet, un lever de soleil que j'aperçois à travers le rideau grillagé vers le parking. Je presse quelques oranges, un pamplemousse pour moi, mon délice du matin, ma dose de vitamines avant le premier rush des employés, les premières histoires et autres rumeurs du centre commercial, les soldes, les patrons indélicats, les fermetures, les prochaines installations.

 

twentysevennames-winter-2012-collection-1-600x600.jpg

Une tenue pour sortir du décor.

 

Des tartines avec de la confiture, un jus, je quitte quelques minutes ma place pour aller me changer. Même pas dans le local, un coin avec trois placards, obligation administrative respectée au minimum, je dois aller dans les toilettes de la galerie commerciale. Là je retire mon jean, mon pull qui était sous ma polaire. Je deviens la "belle des expressos". Les hommes de la nuit, du petit matin, puis les femmes m'ont appelé ainsi, peut-être est-ce dû à ma jeunesse lors des premiers mois de mon job, j'avais pas encore dix-sept ans. Mais c'est resté une complicité, je l'aime ce surnom, il fait partie de moi, il me rappelle que je peux rester féminine, pas seulement pour leur regard, mais pour moi, pour sortir du décor. Elles aiment parler de mode, de mes découvertes, j'arrive toujours à lire les magazines, à échanger avec les vendeuses pour suivre la tendance, pour la lancer ici. J'enfile ma tunique blanche, avec des bandes de dentelle, doucement moulante, un coton si agréable, puis mon caleçon blanc aussi, à mi-mollet, et des chaussures à petits talons, ma touche personnelle. Je suis habituée, j'aime le cliquetis inconscient, je fais aussi de la gym avec les kilomètres entre les tables, des mollets fins à amener et ramener des boissons chaudes à mes habitués, aux clients de passage, entre deux courses.

 

Vivement cet après-midi, j'aurai fini ma journée, je pourrai regarder les nouveautés dans la galerie, croiser mes copines qui vendent de la mode. Et peut-être me trouver le petit haut ou un collant de couleur vive, ma préférence, qui fera sensation, ici entre deux croissants et un expresso.

 

tumblr li2vxmpcrQ1qarmmuo1 500

 

 

 

 

Retrouvez les textes dans la catégorie (menu de droite) "Femmes & Portraits"

Si vous aviez raté quelques mots :

J'aime le cuir sellier

A fond la caisse !

 

 

Demain découvrez une bloggeuse brune ...


Partager cet article
Repost0
21 septembre 2011 3 21 /09 /septembre /2011 08:03

Aujourd'hui je marche derrière ces larges baies vitrées, le soleil de fin d'été donne encore des signes de chaleur, il chauffe mon corps, mon tailleur impeccable. Voici quinze ans que je passe devant ces vitres, plutôt derrière car je suis la poisson dans le bocal, enfermé tous les jours ici, pour promouvoir de belles carrosseries, pour ouvrir des portes à des clients curieux. J'écoute depuis le premier jour, celui où je suis arrivé dans ce monde de mâles. 

 

Le patron, un homme quadra à l'époque m'avait donné ma chance pour accompagner les prospects des voitures familiales. Il avait un réel sens du marketing, pas celui enseigné dans les écoles, ni dans les bureaux à l'épaisse moquette du siège de la marque, mais la réalité du terrain, celle du commerce dans une ville de province. Les premiers monospaces arrivaient ici, les familles venaient toute entière pour les voir, et pour la première fois, les femmes posaient des questions. Pour répondre, il m'avait mise à côté, entre la plante en pot, vraie ou fausse, et le panneau des options. J'avais grandi, affirmé mon argumentaire, et surtout écouter, son letmotiv "Ecouter leurs envies, répondez à leurs attentes, et vendez les petits plus de leurs rêves accessibles". Je l'avais appliqué à mes clients, des clientes qui maintenant revenaient tous les trois à cinq ans pour un nouvea modèle, avec une certaine complicité, une satisfaction et parfois des critiques tout aussi directes.

 

tumblr_lprt5wCrQi1qax0h7o1_500.jpg

 

J'avais poussé la plante verte, rendu l'espace plus accueillant, proposé une vitre entre l'atelier mécanique et le lieu des ventes, j'avais installé un bureau plus convivial avec des jouets pour enfants dans un coin. Le patron avait souri, mais pris les idées, les collègues avait usé de leurs charmes la première fois que j'avais troqué mon tailleur pantalon, par mimétisme avec les hommes, pour une jupe plus ajustée, au genou. Mes talons avait succédé aux derbys vernis, un claquement qui leur donnait un sourire, le jour de ma première promotion, de mon premier cdi, au sein de leur communauté masculine. Je devenais leur égal en chiffre d'affaires, j'existais.

 

L'écervelée, le jouet du patron, le carrosserie vivante, les mots doux, je les avais entendu. Dorénavant après ce week-end de sémianaire sur un circuit automobile, j'inspirais le respect. J'avais simplement pris le contrôle de mon existence, et surtout je les avais laissé loin derrière sur le grille de courses. Nous avions effectué des tours de circuits chronométrés, en formule toursime, sur des monstres de 350ch, et j'étais première. Ils avaient essayé de comprendre, s'interrogeant sur un possible favoritisme du moniteur, avant de me voir à l'oeuvre sur une Porsche 911 des années 70, une vintage similaire à celle de mon père, celui qui m'avait donné le goût des voitures. Je pilotait, eux conduisait. Et je me délectais du cuir sellier quand je la sortais, héritage discret, certains week-ends.

 

 

tumblr lpczl5VAWa1qax0h7o1 500

 

 

Aujourd'hui je suis la directrice commerciale de cinq succursales, le patron m'a donné les clefs, m'a permis d'accéder aux formations. J'ai dû me battre un peu plus pour la reconnaissance, je viens ici chaque jour avec sérénité. Mes tailleurs ont changé avec ma féminité et mon assurance.

 


Aujourd'hui je suis en tailleur-jupe, avec des bottes, mon addiction de femme, avec ce chemisier en voile noire, translucide sur ma dentelle noire, je me suis offerte un body Chantal Thomass pour fêter ma dernière vente, trois véhicules hybrides à une entreprise voisine. Je suis au soleil, celui-ci se faufile dans le creux de ma veste, j'aime mon métier.

 

 

 

 

Nous avions commencé la semaine dernière la série "Femmes & Portraits", un voyage au pays des métiers, des moments de vie, des passions et surtout des féminités. Vous les retrouverez, tant que votre enthousiasme sera là, dans la catégorie dédiée dans le menu de droite.

 

Nylonement

Partager cet article
Repost0

NYLON-VOLUPTE ??

Languages Translation, Dear friends & readers, enter in our world of femininity during the week, with fashion pics, travel trhough words on women universe. But also each sunday, walk through actual and vintage stockings, intense symbol of Glamour !

 

Dans le labyrinthe de la Mode, des ambiances néo-rétro et du glamour toujours, je partage avec vous cette vision du chic et de cette élégance, parfois classique, parfois décalée, pour qu'ils deviennent Votre Mode, Votre Féminité. Mon regard suit vos silhouettes, au quotidien, dans la rue, dans un espace imaginaire et romancé, pour apprécier vos tenues, votre allure mais aussi vos accessoires, sacs à main et chapeaux, gants et bijoux, sur votre peau, sur vos jambes "le voile de Volupté". 

Car de vos choix, vous devez uniques, vous créez Votre Féminité, votre vie et le plaisir de voir et être vue !

Au-delà de vos Féminités, j'immisce avec discrétion dans votre jardin féminin et avec des recoins féministes, mais toujours avec mon regard discret. Parfois je narre vos vies, j'ajoute des humeurs, des doutes pour devenir les Portraits de Femmes.

Avec légèreté toujours, j'aime le Glamour !

 

Gentleman W 

Qui êtes vous ?  ou Qui est Gentleman W ? 

gentlemen-w-xs.jpg

 

 

Les Bas Nylon, une autre facette de ce blog, un symbole fort de la Féminité, le glamour à travers les photos, les tendances et les marques actuelles, avec leurs nouveaux modèles et leurs collections, les variations mais aussi vos retours sur la modeLes Bas Nylon sont ici le fil rouge entre les articles, la couture qui suit sur vos Féminités. (chaque DIMANCHE)

Musée vivant avec l'âge d'or 50-60, le Vintage, partageons les photos des pochettes et les souvenirs de modèles plus anciens, avec vos mots et vos visuels rétro

Vous avez des stocks de pochettes vintage, des photos associées, contactez-moi pour compléter le musée.

 

 

COPYRIGHTS

Les photos sont ici uniquement à titre non marchand comme l'ensemble de ce blog non-commercial, pour un référencement, en l'honneur des marques citées, pour un usage d'hommage à la Féminité. Si toutefois, j'oublie une référence (encore faudrait-il qu'elle apparaisse en récupérant cette image sur le net, sur Pinterest et ailleurs) ou je suscite un souci de droit à l'image ou aux copyrights, contactez-moi par email gentlemanw@nylon-volupte.com.

L'image sera retirée dès que vous nous préciserez laquelle. Merci.

 

Copyrights pour tous les articles de ce site. Si vous faites référence à un article, précisez le nom de ce blog avec son lien.

 

Recherche ???

Aimez + Aidez

 

Cancer, trop proche de nous.

Faites un sourire et soutenez l'autre !

Nous sommes tous acteurs de la santé de nos proches et de nos familles.

Cette maladie frappe le col de l'utérus, les seins, la thyroïde, la prostate, le plus couramment et ailleurs aussi !

Alors soutenez vos ami(e)s, vos parents, votre compagnon et votre compagne.

Image-0201

www.ligue-cancer.net

Aimez vous les uns et les autres

Image-0297

www.cancerdusein.org

 

 

Aimez-vous,

Protégez-vous !

Vivez !

ruban-rouge-sida.jpg

 

www.info-depression.fr

 

 

Articles Récents

  • Printemps avorté
    Le printemps est passé sur le balcon. D'un souffle froid, durant la nuit, derrière les volets clos, sans rien dire, comme honteux, il a frigorifié mes jeunes plantations, ratatiné mes fleurs. Plus rien, sauf un ciel bleu de béatitude pour libérer le soleil,...
  • Nylon évasion
    Dans notre merveilleux monde actuel, il faut savoir varier les plaisirs. Car ce ne sont pas les médias qui continuent à nous rabâcher les mêmes nouvelles, mauvaises ou catastrophiques sans aucune analyse en profondeur, en lançant des chiffres sans même...
  • Retrouver le feu
    Le printemps est là, il a même laissé l'été s'installer deux ou trois jours, avant de reprendre en main son calendrier et ses divagations météo. Chaud, froid, douceur et finalement fraîcheur matinale pour délicate température pour des balades en après-midi,...
  • Froissée
    Ce premier week-end depuis des semaines, depuis des mois, j'ai perdue la notion du temps, je ne sais plus quel jour nous sommes. Juste ce calendrier posé sur la commode de l'entrée, le courrier en vrac, un lieu de passage où je n'ai fait que des allers-retours...
  • Je le savais avec sa maîtresse
    Rien n'est plus évident que ces moments où il s'absente. Il n'est plus là, dans cette pièce près de moi, il s'éloigne en étant assis là à côté. Son corps devient mou, sans lien avec l'espace environnant. Et puis il y ces mots, ces phrases cachées ici...

ORDRE de la JARRETELLE

Pour rendre hommage aux BAS NYLON, aux JARRETELLES, au Glamour, au symbole d'une féminité des années 50-60, aux instants de mode actuelle, mais aussi aux créateurs, aux fabricants (vintage et actuels) et plus encore aux Femmes, j'ai lancé l'initiative d'un "ORDRE DE LA JARRETELLE".

Nos objectifs sont de défendre la volupté du port des Bas Nylon, de promouvoir une image noble et saine auprès des médias, de défendre la finesse incomparable du véritable nylon, digne signature haut-de-gamme du glamour moderne, de créer une communauté d'ambassadrices autour de l'élégance au féminin, de publier des ouvrages (textes et photos) de référence sur le sujet.

 

Les statuts sont rédigés. Les critères d'entrée sont définis par une validation de la réelle motivation du port du bas nylon et de votre enthousiasme à  promouvoir cet art de vivre. Un entretien et/ou un lettre pour démontrer cette passion, tel sera la premièré étape avant un parrainnage.

Ordre de la Jarretelle : gentleman.nylon@gmail.com

Quelques articles sur le sujet :

Ordre-de-la-jarretelle-Acte-1

Ordre-de-le-jarretelle-Acte-2

Ordre-de-le-jarretelle-Acte-3

Ordre-de-la-Jarretelle-Acte-4

 

Bas-Nylon-mais-alors !

Bas Nylon, quel talon ?

Je-suis-alle-au-paradis des Bas Nylon

 

Site web uniquement accessible pour les membres.

 

Coups de Coeur

Logo-Menu-NylonMode.com-V3.2-xs.png
 
causette-34.jpg
 
 
 
 
 
 
Mes coups de coeur, ceux où je passe régulièrement sur leurs blogs, pour leurs contenus, leurs photos, leurs articles, leurs humeurs, leurs amours, leurs critiques. Inspiration passgère, amitié ou même coup de foudre, souvent un univers de mots, de douceurs et de libertés ...

martiennes.wordpress.com  justement féministes

bebarock.com juste pour les femmes !

cameline.org prodigieuse exploration mode du temps

bellesetbiendansvotrepeau conseils beauté

leblogdebetty.com mode et sourires 

dameskarlette voyageuse en images

thebrunette.fr incroyablement élégante

lheureuseimparfaite blog féminin et impertinent

le-blog-enfin-moi.com féminité, mode et sourires

leblogdelilou féminité au quotidien

fashionandcookies  fashionista 

valimero-fashion-addict.com modeuse la + souriante du net !

mindalicious.fr géniale modeuse

lesdemoizelles mode et futilité

estelleblogmode.com  mode souriante

pinup-doodles un coup de crayon d'une génie

folievintage.fr un lieu pétillant & glamour

blog.plafonddeverre.fr réalité féministe

...

citizencouture.com la mode online

misspandora.fr super-fée de mode

leblogdebigbeauty.com ronde et alors ?

modeuse.com j'aime depuis le début

garancedore.fr oui, encore elle

...

Et si vous n'êtes pas ici, c'est pas un désamour, plutôt un oubli, 

et la liste serait peu-être un peu longue (environ 200 sites de références)

mais je vous visite régulièrement, bises à toutes !