26 juillet 2023 3 26 /07 /juillet /2023 09:29
Art quand tu nous retiens !

Vacances, enfin des vacances.

Enfin cette coupure du reste du monde, loin du téléphone pro, totalement coupé, dans un autre pays, dans un autre univers culturel, dans les montagnes depuis quelques jours.

 

 

 

Enfin une respiration !

Une grande goulée d'air des Alpes autrichiennes.

Une profonde inspiration pour avaler le paysage, l'air pur ambiant, les bouts de nuages accrochés aux pics environnants.

Je décroche pas encore totalement de ce tourbillon des obligations diverses qui ajoutent questions aux questions, qui obligent sans jamais aider à oublier, qui rappellent toujours un peu ce que ma mémoire ne sait pas effacer pour avancer plus serein, qui reprend vie avec de nouveaux écueils de stress. Et puis je ne trouve pas le nouveau chemin, j'erre encore surtout durant mes nuits vagabondes au bord des précipices, au fond des creux, puis soudainement loin de tout, mais toujours avec ces rappels à des réalités oppressantes. Je retrouve parfois le vide en ouvrant les yeux, avec des journées sans envie. Les défis professionnels étant devenus des statues immobiles, encrassées, mal exposées, sans volontés de mouvements, sans validation, sans reconnaissance, je me questionne sur le sens de ce tout informe, quasi mort. 

 

Alors direction les musées, en marchant, en marchant chaque jour encore un peu plus, en discutant sur le monde environnant, en découvrant des lieux nouveaux, en croisant des personnes, en échangeant des mots dans une langue étrangère ou juste des sourires avec ce bébé tout blond dans sa poussette. Communiquer, lire, se distraire l'esprit, s'enrichir de nouveaux espaces. Voilà un début d'envie !

Musée des arts appliqués de Vienne dans un lieu semblant être un palazzio de Venise, un accueil hors pair avec une "médiatrice" impliquée nous expliquant les salles, les contenus, avec gourmandise artistique dans son regard, avec des anecdotes, avec ce ticket papier devenu une clef vers d'autres mondes. Ici le design le plus moderne flirte avec le passé, avec des meubles rococos et baroques, avec des parquets superbes de complexités comme des œuvres de marqueterie. Un voyage sur trois étages, avec des galerie virtuelle ouvrant (ou pas) sur une vision du monde futur, des maisons en blocs modifiables comme des étagères, des couleurs changeantes au gré des humeurs pour ne plus avoir un mur toujours similaire, des plantes ici et là, de l'écologie étalée avec une brosse trop large sur l'ensemble pour avoir été réfléchie. Oui attention chers jeunes générations, quand vous choisissez une matière, il faut penser ressources, pérennité, transports, uniformité, durabilité, vérité d'un monde toujours plus jetable, rénovation, recyclage, résistance au temps et à tant d'autres paramètres d'un univers de milliards d'humains ... si différents dans leurs visions de ce futur. Bref j'ai presque ri de cette vision totalement irréaliste, plus proche de Sims City que de leur avenir. Je suis revenu vers une galerie de meubles anciens, moderne dans leurs propositions car datant d'un siècle déjà. Puis un passage par l'art asiatique, par le Japon avec de la vaisselle d'un bleu mêlé de gris variés, avant une respiration dans la pureté des créations de verre d'une grande maison viennoise, ici les verres, les carafes, les lustres, les objets d'une transparence subtile et de formes incroyablement déclinées sur des tables, il ne manque plus que le champagne, de jolies robes distinguées, des sourires.

Mais l'art c'est aussi être surpris par de l'incompréhension, et pourtant ma palette de références est assez large. Surpris, agacé, en arrêt parfois, sans émotions devant une sculpture ou une peinture, effrayé par le rien des matières ou de la technique, amusé aussi face à une impertinence d'une autre décennie. Je regarde, je m'arrête, je pars plus loin, je reviens, je souris de bonheur ou d'incrédulité. Je glisse devant une longue série où rien ne se produit dans les sensations visuelles avec mes neurones non réceptives, je peux ensuite stationner devant un petit machin insignifiant mais si beau. Je prends des photos, que je regarderai peut-être pas. J'aime attraper les silhouettes des autres visiteurs devant un tableau. Leurs interrogations, leurs regards, leurs petits bonheurs, leurs .... téléphones pour être ailleurs.

 

"La beauté demeure le meilleur recours contre l'incertitude" a écrit David Foenkinos dans son roman "Vers la beauté". L'art est parfois une clef, des clefs pour avancer, ailleurs, autrement, dans ce monde, ou dans un autre parallèle, avec plus de douceurs.

 

 

Nylonement

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2022 5 23 /12 /décembre /2022 22:50

Pourrais-je prendre du recul ? Aujourd'hui, demain, dans un mois, dans six mois, prochainement ?

Je suis perdu, je le cache mais je suis bien perdu, noyé sous un flot d'informations contradictoires. Sortant de toutes parts, car le notaire doit gérer l'héritage, précisément la succession de la part de maison et autres valeurs de ma femme, car les impôts sans m'avoir jamais contacter, ni même pris le temps d'envoyer un message formaté de condoléances, ces mêmes impôts demandent à mes enfants la déclaration financière de la succession de leur mère. Et moi dans tout cela? que suis-je ? le passant qui regarde passer les demandes diverses.

Et puis il faut ressortir les documents, des papiers rangés mais aussi un peu passés sus le silence de plusieurs décennies en commun, avec un divorce non exécuté, une patience sous les épreuves, une volonté de ne pas hurler les douleurs des coups bas reçus, des paroles blessantes digérées avec leur vitriol, pour ne plus être qu'un con qui ne part pas pour ne pas offenser ses enfants, pour ne pas les blesser et finalement un simple con d'époux.

 

De veuf plus exactement, je suis un veuf perdu dans ce fleuve nouveau des regards sur l'amour réel mis en boîte entre photos anciennes, invitations communes et vacances ici et là. Je retrouve les instants complices, les années d'amour et de petits messages écrits sur des cartes, des souvenirs forts et maintenant douloureux car tant de temps fût perdu dans l'inutilité des esprits déphasés qui ne se comprennent plus. Que de douleurs de savoir qu'il y a eu heureusement de beaux moments, de les revoir intérieurement et même presque les revivre en accéléré pour ensuite revenir à la réalité plus froide, douloureuse encore.

 

Je suis perdu dans ces vagues que je ne peux contrôler, dans un monde devenu flou à mes yeux, loin des regards des collègues, simples personnes sans échanges d'émotions, des amis, occupés à leurs vies bien remplies, de nos enfants, eux-aussi dans leurs peines. Seuls face à une injustice du temps, elle est partie trop tôt.

 

Aujourd'hui encore je souffre et je ne sais où m'appuyer sans gêner les autres, sans trouver d'issue pour me reposer la nuit, sans ruminer nos erreurs, sans juger mes errances ayant creuser le fossé entre nous deux. Je n'arrive pas à l'oublier maintenant alors que je le souhaitais si fort quand nous envisagions une séparation après sa maladie, comme deux personnes sans plus d'attaches. Divorcés, naturellement dans notre société habituée à cette situation, à cette routine proche du mariage. Je n'arrive pas à oublier notre vie commune emportée avec elle, laissant nos fruits, nos enfants sur le côté. Je ne dors presque plus, je revois tant d'images, sans amour pourtant, sans ambiguïté non plus. Mais elle traverse mon esprit, reviens, repars, n'existe plus. Je me sens perdu.

 

Comment cela a-t-il pu arriver ? Pourquoi elle a refusé de se soigner ? Suis-je en faute ?

Et puis comme un flash, ces derniers mots, sa douleur au téléphone, quelques heures avant de partir ? Loin d'eux, loin de ce qui fût nous, loin de la vie.

Des larmes...

 

Nylonement

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2022 3 12 /10 /octobre /2022 15:10
Impossible oubli

Reprendre possession de l'espace et du temps, croire en des nuits plus souples sans cauchemars, avancer dans le noir, nuit et jour.

 

Je n'ai toujours pas réussi à voir le futur, devant moi car le temps semble arrêté autour de moi, même en m'asseyant à mon poste de travail, je suis ailleurs, loin de cette réalité. Les papiers, l'administration qui ne semble pas connaître les douleurs, ni même les formules de politesse, les institutions qui vous réclament des documents car c'est la loi, mais sans vous avertir de ses obligations. Un vaste vide autour de son départ,  de son absence, d'elle qui n'est plus là.

Pourtant je pensais prendre du recul et un vide me dévore mes nuits, me rappellent nos années de vies communes, les joies et les derniers mois de douleurs. Le grand chamboulement d'explications pour ceux et celles, en particulier ses amies, qui ne comprendront jamais qu'un homme peut ne plus aimer une femme, sa femme, prévoir le divorce et finalement rester pour la protéger de sa maladie, de l'errance malade et sans travail, des injonctions financières s'accrochant à son fardeau. Un homme absent à la fois, car il n'y a plus d'amour, plus de sentiments, plus d'émotions positives, mais présent pour payer les besoins de la vie, des enfants, des jeunes adultes en devenir, pour lui donner un lit, un toit, un espoir. Un homme perdu dans ce tourbillon impossible de la vie qui se meurt, avec la maladie dévorante toujours plus inquisitrice dans le reste du couple, plus dévoreuse de vie dans une famille en attente de la fin immuable.

Soins palliatifs, douleurs invisibles cachées derrière une rage de vivre mais paradoxale sur les soins refusés, le cour de l'existence n'avait plus de sens, encore quelques souffles pour voir la nature derrière le vitre de la chambre, grandir vers l'été pendant qu'elle s'éteignait. Souvent, je pense à elle, à ses derniers mois partagés au téléphone, à la fin de notre amour, à sa fin, à cette perte, à mon déni peut-être.

J'aurai pensé l'oublier, surtout les dernières années où parfois j'ai été en colère par rapport à ses choix, à sa vision incohérente du monde et de la vie, de sa vie aussi. Mais je repense aussi au passé, à ce lien si fort appelé amour, avant, bien avant, si loin qui se joue de remugles nauséeux pour envahir mes nuits, par de petits incisions blessantes. Une accumulation de douleurs, confuses encore maintenant, dans ce puit de souvenirs.

J'ai mal. Je ne peux oublier.

 

Nylonement

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2022 1 12 /09 /septembre /2022 15:55
Livre : Maigret à New-York - Simenon

Cet été a été une saison de changements, car la vie ou plutôt le manque de vie a choisi de modifier les parcours des uns et des autres. La météo et la planète blessée ont ajouté des aléas de chaleur intense mais surtout une pénurie de pluie (celle-là même que les commentateurs des médias, que les miss météo semblent toujours voir comme un phénomène négatif alors que nous devons avoir des saisons, du soleil, de la pluie, du vent, des variations raisonnables si possible même si le tourbillon des excès est en marche). Je peux rajouter des changements de couleurs sur les murs intérieurs de la maison, pour créer un nouvel esprit.

Enfin un nouveau job, plus exactement un nouvelle fonction, une nouvelle destination au quotidien, plus de véhicule, mais le métro, me voilà devenu piéton avec un temps de trajet variant entre 1h40 à 2h par jour, aller-retour bien sûr. Non plus derrière un volant dans une circulation dense et un peu folle, je peux maintenant profiter de ce temps pour laisser mes yeux suivre le flux de vie des autres, pour rester fidèle à mes plaisirs primitifs : les jambes féminines, la mode, les femmes, le comportement des hommes. Evidemment ! .... mais je vous en parlerai plus tard.

Car ce temps nouvellement libre, je lis, oui je peux laisser glisser les stations dans les boyaux souterrains, je me gave de voyelles et consonnes, de pages, et encore de livres entiers. Soyez rassurer, j'ai des piles entières de livres achetés chez LABEL EMMAUS, ma source infinie de belles histoires, de romans, de livres sérieux, de clefs vers d'autres voyages.

Alors tournons les pages ...

Livre : Maigret à New-York - Simenon

J'ai tant regardé les épisodes de Maigret à la télévision, avec un Bruno Crémer fabuleux de justesse, avec une présence tant dans la posture que dans la voix, et puis cet univers génial des années 50-60 reconstitué quasi parfaitement.

Alors, de la pile de polar, j'ai sorti MAIGRET A NEW-YORK, un roman de 1947,dans une édition de 1972 (livre cadeau offert par Total à l'époque avec un plein d'essence !). Georges SIMENON nous accompagne avec son commissaire en retraite depuis quelques mois (découverte, je le croyais intemporel et toujours d'active) entrant dans le port sur un bateau, jeté tout de suite dans l'aventure américaine. Des méchants, des gentils, plutôt des faux gentils, des policiers amateurs de whisky alors que Maigret continue à la bière, avec ses bribes de mots anglais "appris au lycée et oubliés depuis". Il poursuit des fantômes, cherche la mère, la femme, le fils, l'autre fils. Il découvre les prémices de la mafia locale, mas finalement il reste lui-même, dans son manteau et avec sa pipe.

Au final, il résout l'énigme multiple, avec un téléphone d'époque, omet la vérité avec un sourire tranquille.

 

Intéressant de voir ici cet homme si habitué à ses routines, ses collègues, son manteau et son tabac, sa femme, son Paris ou parfois à la rigueur la province, il est ailleurs mais toujours fidèle à ses principes. Simenon nous emmène dans une ville américaine, à une époque lointaine, avec d'autres repères. Etonnant. Divertissant.

 

 

Gentleman lecteur

Partager cet article
Repost0

NYLON-VOLUPTE ??

Languages Translation, Dear friends & readers, enter in our world of femininity during the week, with fashion pics, travel trhough words on women universe. But also each sunday, walk through actual and vintage stockings, intense symbol of Glamour !

 

Dans le labyrinthe de la Mode, des ambiances néo-rétro et du glamour toujours, je partage avec vous cette vision du chic et de cette élégance, parfois classique, parfois décalée, pour qu'ils deviennent Votre Mode, Votre Féminité. Mon regard suit vos silhouettes, au quotidien, dans la rue, dans un espace imaginaire et romancé, pour apprécier vos tenues, votre allure mais aussi vos accessoires, sacs à main et chapeaux, gants et bijoux, sur votre peau, sur vos jambes "le voile de Volupté". 

Car de vos choix, vous devez uniques, vous créez Votre Féminité, votre vie et le plaisir de voir et être vue !

Au-delà de vos Féminités, j'immisce avec discrétion dans votre jardin féminin et avec des recoins féministes, mais toujours avec mon regard discret. Parfois je narre vos vies, j'ajoute des humeurs, des doutes pour devenir les Portraits de Femmes.

Avec légèreté toujours, j'aime le Glamour !

 

Gentleman W 

Qui êtes vous ?  ou Qui est Gentleman W ? 

gentlemen-w-xs.jpg

 

 

Les Bas Nylon, une autre facette de ce blog, un symbole fort de la Féminité, le glamour à travers les photos, les tendances et les marques actuelles, avec leurs nouveaux modèles et leurs collections, les variations mais aussi vos retours sur la modeLes Bas Nylon sont ici le fil rouge entre les articles, la couture qui suit sur vos Féminités. (chaque DIMANCHE)

Musée vivant avec l'âge d'or 50-60, le Vintage, partageons les photos des pochettes et les souvenirs de modèles plus anciens, avec vos mots et vos visuels rétro

Vous avez des stocks de pochettes vintage, des photos associées, contactez-moi pour compléter le musée.

 

 

COPYRIGHTS

Les photos sont ici uniquement à titre non marchand comme l'ensemble de ce blog non-commercial, pour un référencement, en l'honneur des marques citées, pour un usage d'hommage à la Féminité. Si toutefois, j'oublie une référence (encore faudrait-il qu'elle apparaisse en récupérant cette image sur le net, sur Pinterest et ailleurs) ou je suscite un souci de droit à l'image ou aux copyrights, contactez-moi par email gentlemanw@nylon-volupte.com.

L'image sera retirée dès que vous nous préciserez laquelle. Merci.

 

Copyrights pour tous les articles de ce site. Si vous faites référence à un article, précisez le nom de ce blog avec son lien.

 

Recherche ???

Aimez + Aidez

 

Cancer, trop proche de nous.

Faites un sourire et soutenez l'autre !

Nous sommes tous acteurs de la santé de nos proches et de nos familles.

Cette maladie frappe le col de l'utérus, les seins, la thyroïde, la prostate, le plus couramment et ailleurs aussi !

Alors soutenez vos ami(e)s, vos parents, votre compagnon et votre compagne.

Image-0201

www.ligue-cancer.net

Aimez vous les uns et les autres

Image-0297

www.cancerdusein.org

 

 

Aimez-vous,

Protégez-vous !

Vivez !

ruban-rouge-sida.jpg

 

www.info-depression.fr

 

 

Articles Récents

  • Bête comme ses pieds
    "Bête comme ses pieds" voilà une des expressions préférées de feu ma grand-mère. Et ce matin, en arrivant dans ma boulangerie, j'y ai pensé très fort. Une vieille dame était là avec son cabas à roulettes, attendant la serveuse du coin café (oui cette...
  • Livre : " Bigoudis & Petites enquêtes" Panique aux pompes funèbres de Naëlle Charles
    Une nouvelle série de polar avec un brin de feelgood, voilà un des 4 tomes de "Bigoudis & Petites enquêtes" écrit par Naëlle Charles, entre mes mains, pour mon voyage quotidien en transports en commun, avec un détour par Wahlbourg. Oui car c'est bien...
  • Livre : "Fille A" d'Abigail DEAN
    Eclectisme, voilà ce mot élégant qui favorise la curiosité de trouver de nouvelles lectures, de commencer un livre recommandé par un ami, par la presse ou simplement trouvé dans une bibliothèque sur une rangée poussiéreuse. La sérendipité s’ajoute aussi...
  • Livre : "Darwynne" par Colin NIEL
    Est-il possible de décrire ce livre en quelques mots, avec de simples adjectifs ? La lecture de "Darwynne" de Colin NIEL est déroutante, chapitre après chapitre, le lecteur s'enfonce dans la noirceur du thème, dans les profondeurs de la forêt amazonienne,...
  • Livre : "Jour de Courage" de Brigitte GIRAUD
    En quelques mots : Percutant ! Emouvant ! Profondément Touchant ! Un livre pas très épais, une lecture accessible et vous voilà emportés dans un exposé sur l'Histoire de notre monde, sur une tranche particulière, celle des autodafés des nazis. Un focus...

ORDRE de la JARRETELLE

Pour rendre hommage aux BAS NYLON, aux JARRETELLES, au Glamour, au symbole d'une féminité des années 50-60, aux instants de mode actuelle, mais aussi aux créateurs, aux fabricants (vintage et actuels) et plus encore aux Femmes, j'ai lancé l'initiative d'un "ORDRE DE LA JARRETELLE".

Nos objectifs sont de défendre la volupté du port des Bas Nylon, de promouvoir une image noble et saine auprès des médias, de défendre la finesse incomparable du véritable nylon, digne signature haut-de-gamme du glamour moderne, de créer une communauté d'ambassadrices autour de l'élégance au féminin, de publier des ouvrages (textes et photos) de référence sur le sujet.

 

Les statuts sont rédigés. Les critères d'entrée sont définis par une validation de la réelle motivation du port du bas nylon et de votre enthousiasme à  promouvoir cet art de vivre. Un entretien et/ou un lettre pour démontrer cette passion, tel sera la premièré étape avant un parrainnage.

Ordre de la Jarretelle : gentleman.nylon@gmail.com

Quelques articles sur le sujet :

Ordre-de-la-jarretelle-Acte-1

Ordre-de-le-jarretelle-Acte-2

Ordre-de-le-jarretelle-Acte-3

Ordre-de-la-Jarretelle-Acte-4

 

Bas-Nylon-mais-alors !

Bas Nylon, quel talon ?

Je-suis-alle-au-paradis des Bas Nylon

 

Site web uniquement accessible pour les membres.

 

Coups de Coeur

Logo-Menu-NylonMode.com-V3.2-xs.png
 
causette-34.jpg
 
 
 
 
 
 
Mes coups de coeur, ceux où je passe régulièrement sur leurs blogs, pour leurs contenus, leurs photos, leurs articles, leurs humeurs, leurs amours, leurs critiques. Inspiration passgère, amitié ou même coup de foudre, souvent un univers de mots, de douceurs et de libertés ...

martiennes.wordpress.com  justement féministes

bebarock.com juste pour les femmes !

cameline.org prodigieuse exploration mode du temps

bellesetbiendansvotrepeau conseils beauté

leblogdebetty.com mode et sourires 

dameskarlette voyageuse en images

thebrunette.fr incroyablement élégante

lheureuseimparfaite blog féminin et impertinent

le-blog-enfin-moi.com féminité, mode et sourires

leblogdelilou féminité au quotidien

fashionandcookies  fashionista 

valimero-fashion-addict.com modeuse la + souriante du net !

mindalicious.fr géniale modeuse

lesdemoizelles mode et futilité

estelleblogmode.com  mode souriante

pinup-doodles un coup de crayon d'une génie

folievintage.fr un lieu pétillant & glamour

blog.plafonddeverre.fr réalité féministe

...

citizencouture.com la mode online

misspandora.fr super-fée de mode

leblogdebigbeauty.com ronde et alors ?

modeuse.com j'aime depuis le début

garancedore.fr oui, encore elle

...

Et si vous n'êtes pas ici, c'est pas un désamour, plutôt un oubli, 

et la liste serait peu-être un peu longue (environ 200 sites de références)

mais je vous visite régulièrement, bises à toutes !