8 mai 2014 4 08 /05 /mai /2014 09:08

Un rayon de soleil sur un mur gris, moderne et triste, un graffitti en rose "Les gens heureux sourient" , je passe ici par hasard, perdu volontaire dans le ville, préférant les impasses ou les rues pavées anciennes aux boulevards infernaux de bruits et de circulation. 

 

La peinture semble couler, à peine sèche, le loup doit être encore tout proche, dans ce coin de jardin citadin, en quête d'autres forfaits romantiques. Je regarde les vieilles devantures des années 50 qui parent le haut des rez-de-chaussée, des boutiques devenus lofts fort onéreux. Une touche vintage dans un quartier cerné d'immeubles et de résidences sans charme, sans vie sauf celle d'un interphone lumineux, symbole d'une modernité impersonnelle. L'air du printemps m'accompagne dans ma quête d'un coin de jardin, d'un square ou simplement de quelques marches au soleil. Parfois la magie donne des lieux magiques, là cachés derrière les murs, des alcôves d'un autre temps.

 

2edf90a9.jpg

 

 

2b4a4d20.jpg

 

Des messages aussi.

 

Mes livres dans ma besace de cuir, mon portable pour laisser libre cours à mes mots, je lis les uns, je m'amuse avec les autres. Avec cette saison, l'amour s'offre un duo commun avec l'amour, avec quelques couples qui flânent ici, trouvant un paradis pour leur bonheur, des sourires sur leurs visages. Les oiseaux chantent, les chats se pavanent sur les rebords de fenêtres, maîtres de leurs appartements, pachas intrigués par quelques papillons ou d'autres reflets de soleil sur les vitres.

 

 

Là-bas je l'aperçois, une jeune femme, un petit sac à dos, un pull gris, un short rose sur un collant opaque plein de dessins poétiques, des ballerines, un carton à dessin sous son bras. Elle s'arrête, repère sa proie, entre deux pots décorés d'arbustes, des pivoines arbustives roses au coeur jaune d'or, là elle fond. Un pochoir sorti de son carton, un choix rapide, une bombe sortie de nulle part, un jet de peinture rose, quelques retouches, aussi dit, aussi fait, aussitôt disparu. Complice de cet acte poétique, de cet acte revendicatif, de cet instant de création artistique.

 

 

8463246538_f880c76049_b.jpg

 

 

275916d1.jpg

 

La fée disparaît à petits pas, légère et heureuse de son forfait, elle marche vers d'autres rayons de soleil, suivant le chemin du printemps. Moi aussi, je suis ce hâlo entre deux nuages, cette ouverture venue du ciel, juste là dans cette ruelle.

 

Quelques pas encore, un coup d'oeil, un sourire encore, face à son message, face à cette liberté qui se compose de petits bonheurs. "Je suis à la recherche de l'amour ... suivez-moi ..."

 

 

 

 

 

Nylonement

Partager cet article
Repost0
24 avril 2014 4 24 /04 /avril /2014 05:06

Provocation facile, à laquelle je pourrais rajouter, un jour sans féminité, un jour sans diversité. Il serait si facile, sans dictature et sans loi martiale de décider que demain, non, mieux aujourd'hui serait un jour sans mode. Pour les plus réchauffés, ce ne serait pas non plus un jour "cul nu", je laisse à la nature et aux naturistes, ce bonheur là, qui semble idéal dans la jeunesse des corps, plus relatif dans les plis et replis de l'âge, et de l'image de nos corps nus.

 

Une journée sans mode, ouvrez-les yeux, toutes les boutiques de votre rue, de votre quartier, de votre ville, celles qui vendaient chaussures, ballerines ou bottes, escarpins élancés ou compensés d'été, mais aussi bien évidemment celles qui vendaient des vêtements, pour enfants ou parents, toutes auraient rideaux fermés, avec une fermeture quasi définitive. Un non droit à la provocation, même à la simple suggestion d'un vêtement différent. Ajoutez les dessous, les dentelles et autres froufrous que vous cachiez, tout cela sera interdit car le nouveau style sera là, unique et livré à domicile.

 

6b5bcf94983e43efad16a93f0ad78c68-copie-1.jpg

 

Pour toutes, un uniforme, un pantalon et un tee-shirt, une veste de la même couleur, une forte tendance au color-block universel. Chaussettes assorties et baskets standardisées sans fioritures. un monde idéal, non ?

Toutes semblables, toutes habillées de la même façon, avec cette tenue, dans un souci de conhérence politique, de non-discrimination envers les hommes et les femmes, envers les jeunes et les vieux, entre les riches et les pauvres, entre les gens de la ville et ceux de la province, d'ici ou d'ailleurs. Une seule référence, une interchangeabilité étonnante, juste quelques tailles de différences.

 

Quelle couleur choisir d'ailleurs pour ce tout ? du noir ? du blanc ? du vert ? du gris ? du bleu ? du jaune ? des commissions auront soulevé le pour et le contre de chacune, des liens sociologiques et philosophiques, voire religieux, des soucis économiques et même de communication, pour choisir une couleur indéfinie, sans nom et sans intérêt car les autres n'éxisteront plus. Pourquoi lui donner un nom ou une définition ?

 

Je vous laisserai apprécier la folie qui pourrait être un déut de roman sur le féminin, l'égalité, la mode et bien évident le féminisme car dans ce débat, j'aurai pu ajouter la jupe, mais je ne savais pas quelle longueur lui donner exactement.

 

5e0d4ecafdd8548a062f01461c8bfe84.jpg

 

De mémoire personnelle, j'ai pu travailler, donc vivre au sein d'une communauté professionnelle où tout le monde était similaire de part sa tenue, fournie dès le premier jour, dans la taille adaptée à notre silhouette et nos mensurations.

Et pourtant, si les premiers jours me laissaient plus concentrés sur mon activité, sur les habitudes de ce secteur, sur les processus de ce métier, j'ai vite découvert d'autres facettes. Oui l'espèce humaine, et plus particulièrement les françaises et les français, évolue naturellement entre l'appartenance à un groupe, ici professionnel et vivant, et ce besoin évident d'être un individu reconnaissable, identifiable. Une volonté non de différence (bien que ...) mais d'existence individuelle pour soi, ainsi j'ai pu voir le maquillage, les coiffures, les bijoux même rares, les détails de chacune et chacun pour être présents, pour être eux-mêmes. Vous pourrez y ajouter les dessous qui malgré tout reste une liberté éternellement renouvelable, cachée ou à peine évoquée, mais bien près de soi, pour un être unique, comme les tatouages d'ailleurs. L'initime et la peau ne faisant qu'un sous l'uniforme.

 

419498_375578489128807_367887086564614_1433946_655901575_n.jpg

 

 

571253533953904548_Wpmqc700_c-copie-1.jpg

 

Alors rassurez-vous, je ne souhaite rien de tout cela, mais je vous pousserai à regarder les personnes qui sont dans leurs uniformes, pour identifier ce qui fait leur unicité. Enfin pour d'autres si vous aimez la non-diversité, aucunement la mode, ce moyen d'expression personnel, masculin ou féminin, je vous laisse fermer les yeux pour vivre dans ce cauchemar, seul et triste. Car de tous styles, de toutes époques, même à l'ère pré-historique, on a retrouvé des signes d'élégance, avec des colliers, des bracelets, déjà en complément des peaux de bêtes.

 

 

Nylonement

 

 

 

Partager cet article
Repost0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 10:38

Ce soir, j'ai découvert que j'avais un père !


Oui, je vois déjà les sourires sur vos visages, mais la vie est ainsi faite, je viens de tourner le clef d'une porte secrète, sans même le savoir, sans même l'avoir demander. Je suis là dans cette cuisine tranquille, entre une salade de sucrines et deux croque-monsieurs. Ma mère pleur a côté de moi, et je suis un peu perdue, le regard dehors sur le jour qui embrasse la nuit. Et pourtant rien ne prédestinait cette journée à ce final si étonnant. Ici pas de banlieues sales, de carcasses de voitures ou de caricatures dégradantes d'une zone que l'on laisse s'éffriter avec le temps, avec les générations de chômeurs. La résidence est calme, j'ai grandi ici, dans ces murs, jeune enfant qui courait dans le square voisin, si calme ce soir. Adolescente qui a donné ses premiers baisers, furtifs avant de monter l'escalier en courant, sans un mot à un grand brun perdu lui aussi dans ses émotions, puis étudiante, entre métro et sorties, balades et révisions. Un lieu tranquille comme ce soir, d'ailleurs depuis six ans que je vis avec mon compagnon, dans notre nouvel appart, avec une déco très "jnut" et des touches girly, avec nos deux boulots de cadres comptables, je suis heureuse de venir une fois par semaine voir ma mère.

 

 

-IMG_0422-9.jpg

 

 

-IMG_0257-2.jpg


Mon copain fait sa soirée bowling ou foot avec les amis et moi, je sors pour papoter, pour du shopping avec ma mère. Une complicité naturelle et sans heurts depuis que nous nous sommes installés ici, il y a si longtemps, juste nous deux. Une maman discrète, qui gagnait sa vie comme juriste dans un cabinet parisien, toujours présente, toujours féminine dans son allure. Elle m'a donné des libertés et des droits, des valeurs féministes en plus, mais avec toujours des sourires en regardant mes choix, en caressant mes cheveux comme par habitude depuis ma jeunesse, rassurée de ma réussite, de ma vie de femme heureuse. D'ailleurs ce soir, je viens de lui parler de la demande en mariage que j'ai reçu avec une bouquet énorme de pivoines. Elle pleure.

 

Et elle a respiré pour me parler de lui, cette pièce manquante à laquelle je n'ai jamais porté plus d'importance, comme un acquis ou un silence implicite. Il n'a jamais été là. Proches, familles ou grands-parents, personne ne faisait la moindre référence, un vide naturel, d'autant plus que mes cousins avaient eux des pères, des beaux-pères, des frères et soeurs, des demis et des demies, des liens composés et recomposés qui compliquaient les fêtes de famille. Nous rien n'était complexe, on venait, on mangeait, on riait, on revenait à cet appartement. Ce soir, elle est heureuse à en lâcher toutes ses larmes accumulées, mais elle souhaite me dire qu'il y a un homme, que j'ai un père. Et que de plus cet homme, même si je ne l'ai jamais vu, il est vivant.

Pour elle, pour sa paix intérieure peut-être, elle devait me donner cette liberté de l'avoir à mon mariage, de l'avertir de cet évènement, de le savoir là dans l'ombre. Un homme qu'elle a aimé. un homme qui lui donna des palpitations, l'aima en retour, qui devint ainsi mon père. L'histoire, elle ne veut pas en parler ce soir, une séparation ne doit pas être au menu d'une nouvelle pour un mariage. Mais de mon envie de devenir mère ensuite, après comme souvent, elle en a déduit ce besoin de me dire que j'avais eu un père. Que j'ai un père, un nouveau présent !

 

f945a7d0ae07c7c8f63cb32be8c125ea.jpg

 

Que le printemps est étrange cette année, il m'apporte une moitié, non pas manquante, mais induite à ma création, comme un cadeau oublié sous le sapin, comme un retard programmé, une fleur tardive qui naît avec ce soleil. 

Et maintenant que vais-je faire ?

 

 

 

Nylonement

Partager cet article
Repost0
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 03:44

Il est parfois difficile, très difficile et pourtant si facile de prendre quelques minutes pour l'autre. Oui, je vous sais très occupée, prise par le temps dès le matin, dès le réveil, entre la douche et les informations, entre votre petit déjeuner et ce beurre toujours trop dur sur les tartines, cette confiture toujours délicieuse mais déjà grignotée par un adolescent encore en pleine crise. Juste le temps d'enfiler une robe, de trouver la bonne paire de chaussures, en pensant à la météo, chaude ou froide, ou de saison, ou finalement avec du vent, avec ou sans le parapluie.

 

261561_220659204623915_1358622_n.jpg

 

Questions et quelques réponses plus loin, avec le bon sac à main, après là encore un peud e temps pour transvaser des indispensables choses comme ce livre pas ouvert depuis un mois, mais si jamais il y avait du retard, ces rouges à lèvres de toutes les couleurs au cas où, mais rien ne se passe car vous mettez toujours ce rouge très foncé car c'est votre préféré. Ces milles et unes petites choses qui gonflent le sac, et puis votre parfum, votre signature, votre touche d'assurance durant la journée. Vous voilà dans les transports, entre voiture et métro, train ou bus, ou encore à pied car ce matin le printemps est clément.

 

Pas une minute à vous, surtout qu'en arrivant le chef veut ceci, ou alors vous, manager vous exigez cela. Le business se fait en pleine concurrence avec la France ou l'International, vous parlez anglais, vous répondez à vos emails, vous partez en réunion. Vous faites des rapports que personne ne lira vraiment, vous pensez à votre ado ou à vos autres enfants soit petits et cette semaine chez leur père, soit très grands et actuellement en pleine période d'examens donc de stress. Vous mangez vite, mal souvent, peu trop souvent.

 

Mais là, je vous stoppe, désolé, je vous arrête. Prenez le temps de respirer, de vous poser dis minutes, sans connexion, sans rien, juste pour marcher un peu dehors, si possible proche de la verdure, de la vraie nature. Et là, penser à vous, penser à elle, à lui. Vous savez, vos proches, votre amie, votre collègue, votre voisine.

 

OUI, vous voyez maintenant, elle, seule, ce matin, seule devant ses examens médicaux, seule dans sa chambre d'hopital, seule après sa chimio, seule face à doutes et des douleurs. Vous n'y pouvez rien ! 

 

310920_265953183427850_251593100_n.jpg

 

Mais prenez cinq minutes pour traverser le bureau pour aller la rassurer, pour lui parlet et l'écouter. Prenez cinq minutes voire un peu plus pour l'appeler, un appel utile, difficile (oui je vous l'avais dit) qui va lui permettre de voir une épaule pour se poser dessus. prenez ce temps d'entendre ses pleurs, de l'aider ou peut-être de ne pas savoir quoi dire, mais finalement déjà d'avoir rompu le silence qui est un mal supplémentaire pour toutes les malades. Je vous demande peu, mais si c'est le cas, prenez ce temps, vous aurez fait une réelle bonne action. Quelques minutes !

 

 

Je dédis ce texte à toutes et tous, à ceux qui ont vécu, vivent avec des douleurs et doutes. La maladie ne gagne jamais, surtout quand on est plusieurs. Car le plus beau des médicaments, même si l'est encore imparfait, et qu'il ne soigne pas tout, c'est un concentré de vos sentiments, l'amitié et/ou l'amour. Merci !

 

 

 

Nylonement

 

 


Partager cet article
Repost0

NYLON-VOLUPTE ??

Languages Translation, Dear friends & readers, enter in our world of femininity during the week, with fashion pics, travel trhough words on women universe. But also each sunday, walk through actual and vintage stockings, intense symbol of Glamour !

 

Dans le labyrinthe de la Mode, des ambiances néo-rétro et du glamour toujours, je partage avec vous cette vision du chic et de cette élégance, parfois classique, parfois décalée, pour qu'ils deviennent Votre Mode, Votre Féminité. Mon regard suit vos silhouettes, au quotidien, dans la rue, dans un espace imaginaire et romancé, pour apprécier vos tenues, votre allure mais aussi vos accessoires, sacs à main et chapeaux, gants et bijoux, sur votre peau, sur vos jambes "le voile de Volupté". 

Car de vos choix, vous devez uniques, vous créez Votre Féminité, votre vie et le plaisir de voir et être vue !

Au-delà de vos Féminités, j'immisce avec discrétion dans votre jardin féminin et avec des recoins féministes, mais toujours avec mon regard discret. Parfois je narre vos vies, j'ajoute des humeurs, des doutes pour devenir les Portraits de Femmes.

Avec légèreté toujours, j'aime le Glamour !

 

Gentleman W 

Qui êtes vous ?  ou Qui est Gentleman W ? 

gentlemen-w-xs.jpg

 

 

Les Bas Nylon, une autre facette de ce blog, un symbole fort de la Féminité, le glamour à travers les photos, les tendances et les marques actuelles, avec leurs nouveaux modèles et leurs collections, les variations mais aussi vos retours sur la modeLes Bas Nylon sont ici le fil rouge entre les articles, la couture qui suit sur vos Féminités. (chaque DIMANCHE)

Musée vivant avec l'âge d'or 50-60, le Vintage, partageons les photos des pochettes et les souvenirs de modèles plus anciens, avec vos mots et vos visuels rétro

Vous avez des stocks de pochettes vintage, des photos associées, contactez-moi pour compléter le musée.

 

 

COPYRIGHTS

Les photos sont ici uniquement à titre non marchand comme l'ensemble de ce blog non-commercial, pour un référencement, en l'honneur des marques citées, pour un usage d'hommage à la Féminité. Si toutefois, j'oublie une référence (encore faudrait-il qu'elle apparaisse en récupérant cette image sur le net, sur Pinterest et ailleurs) ou je suscite un souci de droit à l'image ou aux copyrights, contactez-moi par email gentlemanw@nylon-volupte.com.

L'image sera retirée dès que vous nous préciserez laquelle. Merci.

 

Copyrights pour tous les articles de ce site. Si vous faites référence à un article, précisez le nom de ce blog avec son lien.

 

Recherche ???

Aimez + Aidez

 

Cancer, trop proche de nous.

Faites un sourire et soutenez l'autre !

Nous sommes tous acteurs de la santé de nos proches et de nos familles.

Cette maladie frappe le col de l'utérus, les seins, la thyroïde, la prostate, le plus couramment et ailleurs aussi !

Alors soutenez vos ami(e)s, vos parents, votre compagnon et votre compagne.

Image-0201

www.ligue-cancer.net

Aimez vous les uns et les autres

Image-0297

www.cancerdusein.org

 

 

Aimez-vous,

Protégez-vous !

Vivez !

ruban-rouge-sida.jpg

 

www.info-depression.fr

 

 

Articles Récents

  • Printemps avorté
    Le printemps est passé sur le balcon. D'un souffle froid, durant la nuit, derrière les volets clos, sans rien dire, comme honteux, il a frigorifié mes jeunes plantations, ratatiné mes fleurs. Plus rien, sauf un ciel bleu de béatitude pour libérer le soleil,...
  • Nylon évasion
    Dans notre merveilleux monde actuel, il faut savoir varier les plaisirs. Car ce ne sont pas les médias qui continuent à nous rabâcher les mêmes nouvelles, mauvaises ou catastrophiques sans aucune analyse en profondeur, en lançant des chiffres sans même...
  • Retrouver le feu
    Le printemps est là, il a même laissé l'été s'installer deux ou trois jours, avant de reprendre en main son calendrier et ses divagations météo. Chaud, froid, douceur et finalement fraîcheur matinale pour délicate température pour des balades en après-midi,...
  • Froissée
    Ce premier week-end depuis des semaines, depuis des mois, j'ai perdue la notion du temps, je ne sais plus quel jour nous sommes. Juste ce calendrier posé sur la commode de l'entrée, le courrier en vrac, un lieu de passage où je n'ai fait que des allers-retours...
  • Je le savais avec sa maîtresse
    Rien n'est plus évident que ces moments où il s'absente. Il n'est plus là, dans cette pièce près de moi, il s'éloigne en étant assis là à côté. Son corps devient mou, sans lien avec l'espace environnant. Et puis il y ces mots, ces phrases cachées ici...

ORDRE de la JARRETELLE

Pour rendre hommage aux BAS NYLON, aux JARRETELLES, au Glamour, au symbole d'une féminité des années 50-60, aux instants de mode actuelle, mais aussi aux créateurs, aux fabricants (vintage et actuels) et plus encore aux Femmes, j'ai lancé l'initiative d'un "ORDRE DE LA JARRETELLE".

Nos objectifs sont de défendre la volupté du port des Bas Nylon, de promouvoir une image noble et saine auprès des médias, de défendre la finesse incomparable du véritable nylon, digne signature haut-de-gamme du glamour moderne, de créer une communauté d'ambassadrices autour de l'élégance au féminin, de publier des ouvrages (textes et photos) de référence sur le sujet.

 

Les statuts sont rédigés. Les critères d'entrée sont définis par une validation de la réelle motivation du port du bas nylon et de votre enthousiasme à  promouvoir cet art de vivre. Un entretien et/ou un lettre pour démontrer cette passion, tel sera la premièré étape avant un parrainnage.

Ordre de la Jarretelle : gentleman.nylon@gmail.com

Quelques articles sur le sujet :

Ordre-de-la-jarretelle-Acte-1

Ordre-de-le-jarretelle-Acte-2

Ordre-de-le-jarretelle-Acte-3

Ordre-de-la-Jarretelle-Acte-4

 

Bas-Nylon-mais-alors !

Bas Nylon, quel talon ?

Je-suis-alle-au-paradis des Bas Nylon

 

Site web uniquement accessible pour les membres.

 

Coups de Coeur

Logo-Menu-NylonMode.com-V3.2-xs.png
 
causette-34.jpg
 
 
 
 
 
 
Mes coups de coeur, ceux où je passe régulièrement sur leurs blogs, pour leurs contenus, leurs photos, leurs articles, leurs humeurs, leurs amours, leurs critiques. Inspiration passgère, amitié ou même coup de foudre, souvent un univers de mots, de douceurs et de libertés ...

martiennes.wordpress.com  justement féministes

bebarock.com juste pour les femmes !

cameline.org prodigieuse exploration mode du temps

bellesetbiendansvotrepeau conseils beauté

leblogdebetty.com mode et sourires 

dameskarlette voyageuse en images

thebrunette.fr incroyablement élégante

lheureuseimparfaite blog féminin et impertinent

le-blog-enfin-moi.com féminité, mode et sourires

leblogdelilou féminité au quotidien

fashionandcookies  fashionista 

valimero-fashion-addict.com modeuse la + souriante du net !

mindalicious.fr géniale modeuse

lesdemoizelles mode et futilité

estelleblogmode.com  mode souriante

pinup-doodles un coup de crayon d'une génie

folievintage.fr un lieu pétillant & glamour

blog.plafonddeverre.fr réalité féministe

...

citizencouture.com la mode online

misspandora.fr super-fée de mode

leblogdebigbeauty.com ronde et alors ?

modeuse.com j'aime depuis le début

garancedore.fr oui, encore elle

...

Et si vous n'êtes pas ici, c'est pas un désamour, plutôt un oubli, 

et la liste serait peu-être un peu longue (environ 200 sites de références)

mais je vous visite régulièrement, bises à toutes !