25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 05:03

L'automne est arrivé, il pleut, les baies ouvertes d'habitude sont restées closes ce matin. Chemin faisant pour garder la santé, j'ai pris les petites ruelles, pavées encore pour certaines, afinde flâner dans l'attente d'un coin de ciel bleu et j'ai fini dans ce café, derrière la vitre. Noyée de gouttes, mon regard est troublé pour voir exactement la rue.

 

 

beautiful_senior_woman-copie-1.jpg

 

Des mamans qui rentrent de l'école après avoir déposés leurs enfants, des livreurs qui bloquent la rue, hurlent leur bonne foi en déchargeant des cartons devant une boutiquede mode, des étudiantes serrées sous un parapluie, des seniors qui marchent avec leur baguette dans un sac, retournant vers un appartement vide, je suis chacun de leur parcours. Et cet endroit à un autre sens, celui du manque, car c'est ici que nous venions nous serré, pour boire des chocolats viennois, pour étaler nos découvertes durant des après-midi à chiner dans le quartier. Des livres le plus souvent, des fripes parfois pour elle, pour moi, pour nos petites filles qui nous accompagnaient à leur adolescence pour trouver la pièce unique qui les ferai briller aux yeux des autres. Des boîtes vintage, de toutes les tailles, des livres encore, nous déposions nos trésors sur la table, et nous parlions de nos trouvailles. Parfois nous sillonnions ensemble les boutiques, parfois tel des corsaires, nous partions chacun de notre côté pour ne pas dévoiler nos sources, pourtrouver la merveille avant l'autre, pour découvrir d'autres contrées de chine dans ces rues restées intactes, sans la modernité néfaste des chaînes de boutiques normalisées. 

 

Que de bonheur, de bazar, de choses trouvées pour rien, de choses revendus à la brocante suivante, mais nous aimions ces instants-là, ce café, en toutes saisons. Elle me manque, une larme sort de moi, mon mouchoir blanc de coton l'attrape, son parfum est enocre là. Chaque début de semaine, je mets un peu de son flacon sur ce carré blanc. Un signe de paix, une présence toujours avec moi, je suis éternellement amoureux d'elle, de son fantôme parfumé.

 

 

c-est-au-programme-mode.png.jpg

 

 

senior-en-forme-20.jpg

 

 

173243297.jpg

 

 

Je lis, car c'est un livre de ses piles entassées dans notre boudoir commun que je lis, pris au hasard. Polar parfois, document aussi, roman souvent, français ou étranger, je lis, comme pour lui laisser entendre en moi, les pages qu'elle n'a pas eu le temps de finir. Une complicité qui traverse le temps, les âmes. Un jus de pamplemousse frais, je regarde encore la rue, les autres femmes, jeunes ou moins jeunes, mais mes plaisirs d'esthète semblent éteints eux aussi. Mon coeur ne bat plus que pour survivre à ce manque, mais aucunement pour une jupe légère, pour des talons sautant au-dessus des flaques, pour un manteau court sur des jambes délicates. Je ne vois que d'autres personnes, mais sans cette étincelle, sans elle.

 

 

Mon verre est vide, mon regard aussi, je me lève pour traverser le coin, sans envie d'achat, sans envie de fouiner, car un nouveau trésor sans elle serait vide de sens. Je souris en passant devant cette devanture, des macarons, notre pêché mignon.

 

 

 

 

Nylonement

 


Partager cet article
Repost0
19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 04:44

Rendez-vous, déjà présent dans ce café, derrière la vitre, j'ai pris la place du chat, je regarde la rue, en tournant la cuillère dans mon chocolat crémeux. Habitude venue d'une précédente vie, ou pour préparer la suivante, je suis au chaud avec les rayons plus rares du soleil , mais qui passent ici près de moi, brillent sur la tasse, se reflètent aussi sur les premières feuilles jaunes de l'arbre. 

Lentement, je me répète les termes des contrats à négocier lors de cette réunion, je prépare les coups d'avance, une partie d'échecs qui ne peut avoir que la réussite au final. Les mots en moi défilent, mes yeux captent le vide, pas uniquement. Troublante elle passe, elle cherche son chemin, s'arrête, hésite, consulte son application mobile. Par précaution, elle pose ses gants dans son sac, tape l'adresse, tourne pour se repérer à ce carrefour bruyant, avec des rues qui passent, traversent, tournent en tous sens.

 

NM-12-035.JPG

 

 

NM-12-071.JPG

 

Une pause peut-être elle regarde le ciel, bleu entre deux nuages crémeux, elle réajuste son trench fort court, sur ses jambes nues, peut-être un collant chair, j'hésite, j'aiguise mon oeil sans savoir. Fashionista, elle a succombé à cette mode qui revient depuis trois ans, sans réellement trouver son public, celle des chaussettes hautes. D'autant plus qu'elle a osé les escarpins fins, un chic parisien, sur ses jambes fines. 

Elle téléphone, semblant attendre, je love mes pattes sous mon costume gris, je prends aussi la pose. Mon regard la mémorise en trois dimensions, ses lunettes, ses boucles blondes dans ses mouvements, ses épaules, son sac bleu, et sa légèreté sur les talons.

 

NM-12-107.JPG

 

 

Finalement la mode, c'est simple, et seuls les femmes ont cette magie au quotidien.

 

 

Nylonement


 

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 05:27

Attendre, en respirant l'air frais de ce matin de septembre, seule face à un café crème, avec l'avenue et ses arbres devant moi, je patiente.

 

Viendra-t-il ?

 

_DSC0662candiescloset.jpg

 

Une question que je me pose depuis une semaine, chaque minute depuix hier, chaque seconde depuis mon arrivée ici. Ce n'est pas un rendez-vous, pas un premier contact après une histoire sur internet. Non je l'ai connu dans une soirée entre étudiants, je ne me souviens plus exactement laquelle, ni quand ni comment j'ai fini dans ses bras. Il était sage, presque coincé, là dans un coin, les autres parlaient forts, faisaient des selfies un peu débiles, les filles comme les garçons. Il attendait avec sa flûte, son pull en v, son regard perdu, pas vraiment poète, juste un peu décalé. Alors après les alcools et les bulles, je ne savais plus ce qui m'avaient tourné l'esprit, et lasse des discussions dans le bruit de cette musique techno, je suis allée le voir. Par hasard non !

 

7940128682_5315fd3330_o.jpg

 

 

8711210443_bf66b16479_o.jpg

 

Parce que sa gueule d'ange anodin m'intriguait, et puis j'étais fatiguée d'être chassée pour mon petit cul rond qu'ils reluquaient tous, jalousaient toutes. Avec mon short, mon collant opaque, mon top laissant la liberté à mon corps de se montrer, de s'exprimer, je suis venu vers lui, et je l'ai embrassé. Oui directement.

Il a ri, et il m'a entouré de ses bras, jouant avec virtuosité de ses lèvres, des miennes, de ce contact soudain et fou. On a fini dehors, sur la terrasse sous les étoiles, dans un transat, moi couchée sur lui, parlant de nos études, de nos parents, de nos vacances, de tout, vraiment tout, sauf de savoir pourquoi on était là, deux heures après, ensemble.

 

 

burlesque-6970--2-.jpg

 

Coup de coeur ? coup de folie plus surement, je suis reparti avec lui, chez lui, pour dormir enfin presque. Mais rentrée et études, nous ont séparés, malgré des heures de téléphone, des milliers de sms, du skype, des week-ends amoureux. On a fait une pause après six mois fougueux, comme brisés par une routine, avec nos sentiments, mais la réalité de nos cursus éloignés. Et puis nos hormones, nos envies, nos heures au lit, une surprise, plutôt des surprises car il est amoureux et toujours là. Alors cette pause devait se faire, examens obligeant aussi cette coupure. Sans cassure.

 

Des heures à regarder ses photos, son profil fb, ses tweets, sa vie au loin, notre complicité évidente. Alors j'ai écrit, pleuré un peu, exigé, et souhaité, je l'attends.

 

 

Nylonement

 


Partager cet article
Repost0
12 septembre 2014 5 12 /09 /septembre /2014 05:57

Mouchoir, je cherche dans le fatras de mon sac à main, avec discrétion, des mouchoirs. Indispensable dès maintenant en sentant l'émotion déjà me gagner face à cette scène vide. Les fauteuils se remplissent, les allées bruissent de discussions passionnées, entre parents et invités, entre professeurs et élèves. 

 

164370fb82e33f404b82fd470c21d283.jpg

 

Une audition, un presque concours, un moment de présentation de longues heures de travail, entre son instrument et elle, ma fille, je suis prise par l'intensité de tous les efforts qu'elle a accumulés depuis des mois. Un piano, seul sous la lumière, le parquet, la salle qui parle encore, soudain le noir, un début de silence, les derniers bruits, le silence absolu.

 

Le velours du fauteuil, mon compagnon à côté de moi, son beau-père devenu premier complice de son implication, aidant sans connaître la musique, mais la motivant chaque jour, chaque fois qu'elle se relâchait, n'y croyait plus. Sa main, ma main, serrées en attendant la présentation, un professeur vient expliquer le déroulement de la séance, il nous invite à rester silencieux durant les morceaux, mais enthousiastes ensuite. Il salue quelques personnes, encourage et lance la première personne, une jeune femme, toute frêle, des partitions à la main. Chopin, des mains souples qui brisent le silence, des notes enlevées avec aisance, des variations, de la délicatesse. Elle joue, puis s'arrête, se lève pour recevoir les premiers applaudissements, une tension qui s'efface avec cette première interprète.

 

0528d05c8ceadc16634451299e5ac36d-nb.jpg

 

 

1e44fc7e5ae40202dd1a4338674c4dc7.jpg

 

D'autres suivent, des adolescents, quelques adultes, des débutants, des quasi virtuoses, parfois très jeunes. Je l'attends, soudain c'est elle, concentrée. Son visage n'émet aucun signe de tension, elle est si passionnée, si heureuse dans la musique. Face au clavier, dans une routine naturelle, elle s'asseoit, positionne sa partition, pose ses mains, et là la magie opère. Ma première larme juste après la première note, intense en moi et pourtant un trémolo si doux, un Liszt soyeux, maintes fois entendu à la maison. Mais là, la dimension de la scène, le lieu, ma fille, son interprétation parfaite, sa rigueur, sa droiture, je suis émue, prise dans son jeu. Rien de compte, sauf ce bien-être qui m'enveloppe de sons mais plus encore me remplit d'émotions. Des années de travail, une passion nourrit depuis le plus jeune âge, avec des ruptures, des doutes, des retours plus tard vers ce clavier si exigeant mais aussi si émouvant. Elle et lui, ils s'expriment ensemble, devenant une échappée de volutes musicales, plus uniquement une vision de solfège, mais un sentiment communicant. Rien n'est plus beau, et je n'avais imaginer cette explosion, des larmes avec, des notes encore, et les dernières notes, celles que je connais. 

 

 

854e723191c861de6eb43ce1549bd1c1.jpg

 

 

Libérée, elle ralentit ses mains, sort de cette symbiose, s'extrait de l'instrument, se tourne vers la salle, debout, pour elle seule. Applaudissements, un enthousiasme de connaisseurs, et pour moi, le coeur qui bat si fort, celui d'une mère horriblement fière d'elle. Juste un regard flou, où est ce mouchoir ? Je pleure de joie, je reste sans voix, je la regarde, elle brille.

 

 

 

Nylonement

 

 

Partager cet article
Repost0

NYLON-VOLUPTE ??

Languages Translation, Dear friends & readers, enter in our world of femininity during the week, with fashion pics, travel trhough words on women universe. But also each sunday, walk through actual and vintage stockings, intense symbol of Glamour !

 

Dans le labyrinthe de la Mode, des ambiances néo-rétro et du glamour toujours, je partage avec vous cette vision du chic et de cette élégance, parfois classique, parfois décalée, pour qu'ils deviennent Votre Mode, Votre Féminité. Mon regard suit vos silhouettes, au quotidien, dans la rue, dans un espace imaginaire et romancé, pour apprécier vos tenues, votre allure mais aussi vos accessoires, sacs à main et chapeaux, gants et bijoux, sur votre peau, sur vos jambes "le voile de Volupté". 

Car de vos choix, vous devez uniques, vous créez Votre Féminité, votre vie et le plaisir de voir et être vue !

Au-delà de vos Féminités, j'immisce avec discrétion dans votre jardin féminin et avec des recoins féministes, mais toujours avec mon regard discret. Parfois je narre vos vies, j'ajoute des humeurs, des doutes pour devenir les Portraits de Femmes.

Avec légèreté toujours, j'aime le Glamour !

 

Gentleman W 

Qui êtes vous ?  ou Qui est Gentleman W ? 

gentlemen-w-xs.jpg

 

 

Les Bas Nylon, une autre facette de ce blog, un symbole fort de la Féminité, le glamour à travers les photos, les tendances et les marques actuelles, avec leurs nouveaux modèles et leurs collections, les variations mais aussi vos retours sur la modeLes Bas Nylon sont ici le fil rouge entre les articles, la couture qui suit sur vos Féminités. (chaque DIMANCHE)

Musée vivant avec l'âge d'or 50-60, le Vintage, partageons les photos des pochettes et les souvenirs de modèles plus anciens, avec vos mots et vos visuels rétro

Vous avez des stocks de pochettes vintage, des photos associées, contactez-moi pour compléter le musée.

 

 

COPYRIGHTS

Les photos sont ici uniquement à titre non marchand comme l'ensemble de ce blog non-commercial, pour un référencement, en l'honneur des marques citées, pour un usage d'hommage à la Féminité. Si toutefois, j'oublie une référence (encore faudrait-il qu'elle apparaisse en récupérant cette image sur le net, sur Pinterest et ailleurs) ou je suscite un souci de droit à l'image ou aux copyrights, contactez-moi par email gentlemanw@nylon-volupte.com.

L'image sera retirée dès que vous nous préciserez laquelle. Merci.

 

Copyrights pour tous les articles de ce site. Si vous faites référence à un article, précisez le nom de ce blog avec son lien.

 

Recherche ???

Aimez + Aidez

 

Cancer, trop proche de nous.

Faites un sourire et soutenez l'autre !

Nous sommes tous acteurs de la santé de nos proches et de nos familles.

Cette maladie frappe le col de l'utérus, les seins, la thyroïde, la prostate, le plus couramment et ailleurs aussi !

Alors soutenez vos ami(e)s, vos parents, votre compagnon et votre compagne.

Image-0201

www.ligue-cancer.net

Aimez vous les uns et les autres

Image-0297

www.cancerdusein.org

 

 

Aimez-vous,

Protégez-vous !

Vivez !

ruban-rouge-sida.jpg

 

www.info-depression.fr

 

 

Articles Récents

  • Glamoureuse
    Et si notre monde se réveillait, au gré du soleil et des tours du globe terrestre, avec juste l'envie d'être heureux, de protéger notre belle nature généreuse et de vivre en paix. Fol idéalisme qui ne peut exister dans ce bouillonnement de gens contre...
  • Solitude
    Je n'ai rien contre la solitude, je suis ni pour, ni contre. Car ses origines sont variées et parfois c'est un simple choix plutôt qu'une conséquence. Restez seul, loin des autres pour éviter les échanges et les inutiles justifications de ceci ou cela....
  • Livre : Dictionnaire intime des femmes par Laure Adler
    Un délicieux livre à parcourir au gré des envies, car c'est un dictionnaire, une page par-ci puis une autre plus loin, pour revenir dans un ordre non alphabétique. Laure Adler nous instruit, nous amuse, nous ouvre ses lectures et surtout nous parlent...
  • Bas nylon Vintage GARANTI avec sa boîte collector
    Les années 50, la pleine euphorie des bas nylon français, car si ceux-ci sont nés dès 1938 aux USA, après une première tranche de ventes dans ce pays, il a fallu attendre la fin de la guerre et des restrictions qui suivirent pour que des machines américaines...
  • Sombre Printemps
    Sous le soleil voilé de Printemps, entre deux nuages, je flânais sans but dans les rues, prenant les passages sous les arcades pour des portes vers d'autres univers. Une forte envie d'échapper à ce monde oppressant dont je ne comprenais plus vraiment...

ORDRE de la JARRETELLE

Pour rendre hommage aux BAS NYLON, aux JARRETELLES, au Glamour, au symbole d'une féminité des années 50-60, aux instants de mode actuelle, mais aussi aux créateurs, aux fabricants (vintage et actuels) et plus encore aux Femmes, j'ai lancé l'initiative d'un "ORDRE DE LA JARRETELLE".

Nos objectifs sont de défendre la volupté du port des Bas Nylon, de promouvoir une image noble et saine auprès des médias, de défendre la finesse incomparable du véritable nylon, digne signature haut-de-gamme du glamour moderne, de créer une communauté d'ambassadrices autour de l'élégance au féminin, de publier des ouvrages (textes et photos) de référence sur le sujet.

 

Les statuts sont rédigés. Les critères d'entrée sont définis par une validation de la réelle motivation du port du bas nylon et de votre enthousiasme à  promouvoir cet art de vivre. Un entretien et/ou un lettre pour démontrer cette passion, tel sera la premièré étape avant un parrainnage.

Ordre de la Jarretelle : gentleman.nylon@gmail.com

Quelques articles sur le sujet :

Ordre-de-la-jarretelle-Acte-1

Ordre-de-le-jarretelle-Acte-2

Ordre-de-le-jarretelle-Acte-3

Ordre-de-la-Jarretelle-Acte-4

 

Bas-Nylon-mais-alors !

Bas Nylon, quel talon ?

Je-suis-alle-au-paradis des Bas Nylon

 

Site web uniquement accessible pour les membres.

 

Coups de Coeur

Logo-Menu-NylonMode.com-V3.2-xs.png
 
causette-34.jpg
 
 
 
 
 
 
Mes coups de coeur, ceux où je passe régulièrement sur leurs blogs, pour leurs contenus, leurs photos, leurs articles, leurs humeurs, leurs amours, leurs critiques. Inspiration passgère, amitié ou même coup de foudre, souvent un univers de mots, de douceurs et de libertés ...

martiennes.wordpress.com  justement féministes

bebarock.com juste pour les femmes !

cameline.org prodigieuse exploration mode du temps

bellesetbiendansvotrepeau conseils beauté

leblogdebetty.com mode et sourires 

dameskarlette voyageuse en images

thebrunette.fr incroyablement élégante

lheureuseimparfaite blog féminin et impertinent

le-blog-enfin-moi.com féminité, mode et sourires

leblogdelilou féminité au quotidien

fashionandcookies  fashionista 

valimero-fashion-addict.com modeuse la + souriante du net !

mindalicious.fr géniale modeuse

lesdemoizelles mode et futilité

estelleblogmode.com  mode souriante

pinup-doodles un coup de crayon d'une génie

folievintage.fr un lieu pétillant & glamour

blog.plafonddeverre.fr réalité féministe

...

citizencouture.com la mode online

misspandora.fr super-fée de mode

leblogdebigbeauty.com ronde et alors ?

modeuse.com j'aime depuis le début

garancedore.fr oui, encore elle

...

Et si vous n'êtes pas ici, c'est pas un désamour, plutôt un oubli, 

et la liste serait peu-être un peu longue (environ 200 sites de références)

mais je vous visite régulièrement, bises à toutes !