31 octobre 2018 3 31 /10 /octobre /2018 06:21
Art et toi ?

 

Le temps a passé depuis les sorties d'école où je venais chercher ma petite fille. Un moment si particulier, survenu quatre ans après la première joie d'avoir une nouvelle personne dans la famille, une autre génération. Une petit fille, Colombe, un prénom de paix et d'espoir, une fleur venue au printemps, dans le couple de mon fils et de la si gentille belle-fille, j'étais grand-mère. Mamie plus exactement quand les premiers mots sont venus, et je me suis accommodée de cette boule d'énergie qui dévalait les pentes du jardins, remontait et recommençait durant tout l'après-midi. Insatiable ou simplement curieuse, elle aimait faire le tour du jardin en tenant la main de "son" Papy, ne le partageant pas durant ces moments complices pour découvrir le noms des fleurs, tentant vainement de les répéter. La malice de celui-ci arrivait toutefois à faire dire à une petit fille des noms en latin, qu'elle écorchait à volonté avec un grand éclat de rire ensuite. Découvrir aussi les insectes, les moineaux nichant au-dessus du garage, les lézards sur les trois pierres chauffés par le soleil, la petite mare pour les grenouilles, un univers qu'elle dévorait seule. Puis sont venus deux jumeaux dans sa maison, des cousins, des cousines aussi, le jardin avait alors son guide attitré pour expliquer aux autres, avec un brin de fantaisie, les qualités et défauts des insectes, des fleurs et même des fleurs de pissenlits. 

 

Aujourd'hui, nous sommes entrées ensemble pour partager une visite d'exposition d'art. Elle a grandi, trop vite, venant moins souvent nous voir, regrettant aussi le départ récent de son papy, retrouvant après une pré-adolescence compliquée et rebelle, une ascendance plus douce, plus proche de moi maintenant, entre adolescence et ses premiers pas d'adultes. Nous voilà heureuses en duo pour marcher sur ce parquet ancien, pour commenter les tableaux et les sculptures. Devant nous, un duo de pipelettes, hautes comme trois pommes, dissertant sur la jupe de cette ballerine, refaisant la réalité avec leurs repères d'enfants. Rires doubles de notre part, car tout cela se raccroche à nos souvenirs. Immuables émotions communes !

 

 

Nylonement

 

 

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2018 1 29 /10 /octobre /2018 06:20

Aujourd'hui je marche, je me lève de ce fauteuil design, je quitte mon bureau pour traverser les locaux de mon entreprise. Petit idée, devenue grande, ayant trouvée son marché, j'ai lancé un premier produit dans un concept-store avec la boule au ventre. Les premiers clients je les aurai embrassé pour les remercier de croire en nous. Les ventes ont grossi, les murs ont grandi, les salariés se sont multipliés. Mes horaires n'ont jamais cessé d'être à rallonge mais la fatigue était celle d'une réussite après les doutes des premiers mois, des deux premières années. Même si des débuts à tout faire, j'ai dû déléguer, me tromper sur certains recrutements, me relancer pour passer de nouveaux paliers, pour vendre d'autres produits, pour les créer et les faire produire. Toujours avec le même cahier des charges, maximum local, à un prix compétitif, avec un label Made in France bien réel. Car derrière ce simple concept marketing, il y a un environnement de travail, un écosystème comme diraient certains blablateurs, le plus souvent dans la paroles que dans les actes. Oui un ensemble de petites et moyennes entreprises capables de se comprendre, de se porter pour lancer une nouvelle gamme en quelques mois, assez solidaires pour se serrer les coudes pour supporter les premiers budgets engagés, avant d'obtenir les premiers retours financiers. Mais tout cela vit avec une belle stabilité.

 

Je suis devenue la directrice générale le titre de PDG me paraît trop pompeux, trop français aussi, surtout depuis notre développement à l'international, après à peine cinq ans d'existence. J'aime toujours autant cette ruche d'idées, de personnes impliquées et d'échanges pour toujours innover.

 

Pour lui

 

Avec mon premier vrai salaire, au bout de vingt six mois, j'ai succombé à une folie, une paire d'escarpins de rêve, un petit bonheur symbolique. Ceux que je porte aujourd'hui pour aller à cette réunion, moitié dans cette grande salle, moitié en vidéo-conférence avec les quatre autres bureaux internationaux. Nos derniers salons ont enclenché des opportunités de reventes nouvelles, démultipliant l'offre et en retour une demande bien réelle. Nous devons faire un point sur cet équilibre entre production, stock, demande et surtout qualité, car nous sommes dans le haut-de-gamme, en frontière du luxe. D'ailleurs nous pourrions franchir cette limite, pour aller plus loin mais avec d'autres codes, d'autres valeurs, une qualité renforcée dans les finitions, dans le contact avec les clientes. Je suis sereine pour ce moment-là, mon équipe avance avec les mêmes objectifs. Mes doutes sont toujours sur notre pérennité, sur le temps pour devenir une marque reconnue du secteur, innovante et incontournable. Je pense à mon père, qui avait ri, m'avait charrié en me faisant le premier chèque pour me lancer. Mimant ma réussite et ses excès, mimant la déconfiture avec encore plus d'excès pour me rappeler la réalité d'un long chemin. Son investissement n'a jamais été perdu, doublement consommé mais rentable car nous offrons un totale indépendance envers les banques. Sans cette pression supplémentaire, notre modèle économique est viable maintenant, mon père peut rire, me voir gambader en tailleur gris perle, loin de la salopette des débuts pour réceptionner les livraisons, débarrasser les cartons stockés parfois dans son garage. En fait, je suis fière de l'avoir rendu fier. Quel bonheur, une pensée positive avant de pousser cette porte, de me lancer dans cette réunion. Son soutien moral était bien plus fort que les milliers d'euros. Si importantes nos discussions sans fin certains soirs de semaine, les jours de doute, où il ne me donnait pas de réponses, juste un avis, parfois empli de malice, juste un éclairage différent pour mieux apprécier mes paramètres pour me décider ensuite. Merci !

"De toutes façons, ma fille, ton cerveau te servira encore plus que tes longues jambes à conquérir le monde."

 

 

Nylonement

 

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2018 1 24 /09 /septembre /2018 05:13

 

Ouvrir ce manteau long, ce vêtement d'automne indispensable avec ce vent installé depuis plusieurs jours, soufflant feuilles rousses et papiers gras dans les rues, soulevant les jupes, glaçant les gambettes. Mais là dans cet atelier, pas de sensations de froid, plutôt une chaleur rassurante, comme sa voix. Car c'est bien au-delà d'un défi que je m'étais lancé, je voulais retrouver un sens avec moi-même, une conscience visuelle avec mon corps. Ma psy m'avait conseillé cela avec un sourire, comme une suggestion d'amie, pour se détendre sans vraiment y croire, mais en touchant là où il fallait. J'avais cogité sagement, pas tout de suite, mais l'idée s'était renforcé un soir, sous la pluie, en regardant les vitrines, et puis soudain ce miroir, moi, mon image, parmi les mannequins, parmi les photos des autres corps, au milieu des publicités.

Aucune envie d'être ces femmes là, ces mannequins sans formes, sans réelle féminité, victimes d'un jeunisme répandu sans limites, parfois à contre-sens du produit vanté. Une crème anti-âge pour les quadras et quinquas, mais idéalisé sous les traits vides, fades et lisses d'une jeunette hybride, déconnectée de notre réalité, du moins de la mienne. Alors en riant, j'avais fouiné sur le net ce soir-là pour comprendre les possibilités de faire des photos, de devenir modèle pour une fois devant l'objectif. Pour qui ? pour moi, pour lui, pour mes enfants, pour nous en privé, pour un album ou juste des clichés numériques, avec quels droits à l'image, à la publication. J'avais pris plusieurs soirées pour m'informer sur les forums et autres réseaux sociaux, pour avoir l'avis d'amies aussi, pour entrer d'un pas léger, très prudent dans une photothérapie inavouée.

 

 

Pour moi

 

Ouvrir mon peignoir devant lui. J'avais contacté plusieurs photographes, les offres étaient nombreuses, le choix entre portrait et boudoir me titillaient déjà. Alors d'autres questions ont trouvé des réponses, avec des instants de doutes, mais toujours cette envie, sans aucun renoncement, j'en avais envie pour moi. Pour me réapproprier mon corps. Certes imparfait quand aux critères nombreux délivrés par les médias, mais je ne visais ni la couverture des magazines féminins, ni même les pages intérieures. Juste une série pour moi. Dans les books, sur les sites de photographes j'avais pu voir des femmes, comme moi, singulières, vraies, authentiques avec leurs tailles, leurs formes, leurs défauts mais aussi et surtout leurs qualités. Des séries avant-après où elles étaient sublimées par le travail de la maquilleuse, de la coiffeuse mais principalement par le regard du photographe. Des yeux sur elles, toujours bien réelles, mais resplendissantes, sur moi.

J'avais posé mon sac, une amie m'avait accompagnée pour cette première fois, par sécurité et par curiosité aussi. Nous avons discuté encore avec lui, de son style, de ses clichés vus sur le net, de mes attentes ensuite. Et puis très vite, nous avons choisi une tenue, un chemisier, une robe, des escarpins, des talons fins que je ne mets pas assez dans la vie courante et que j'adore pour élever ma silhouette, pour signer ma féminité. Un brin de lingerie, nous avons ri, choisi et essayé, je me suis changée tout naturellement.

Et devant lui, j'ai délivré l'image que je pensais être. Je me suis lâché doucement, plus exactement la deuxième fois, pour le deuxième série. Car entre temps j'ai vu, décortiqué, critiqué et finalement tant aimé me voir. Avec l'envie d'encore m'ouvrir à son regard complice, qui devenait le mien ensuite en regardant les clichés.

 

 

Merci à Katia WEYDERS pour cette collaboration visuelle, toute en féminité

Merci à Katia WEYDERS pour cette collaboration visuelle, toute en féminité

 

 

Ouvrir ma vérité. J'ai pris plusieurs mois pour libérer en confiance mon corps. Car poser est un art, une science du geste naturel, voire parfait, sans heurter les proportions, les mauvaises ombres, les lumières trop directes, les rondeurs trop présentes, les bras et les mains encombrantes. J'ai observé d'autres modèles lors d'une séance où j'étais venue en avance. Comprenant mes erreurs, réalisant ma féminité avec ce corps enfin délivré. Avec ses défauts, mais aussi avec tant d'atouts. D'ailleurs j'ai fini par les montrer à une amie, à une autre, elles ont crié de bonheur, face à cette autre femme, qu'elle voyait rayonnante. Moi, réellement moi.

 

Ouvrir cette album, ce soir pour lui montrer enfin ces autres facettes que je cache trop souvent. En scrutant ses yeux émerveillés, avec un début de larmes de bonheur. Car lui connaît de ses mains, de son amour, de notre vérité, mon corps mais lui aussi surprend ces instants figés dans une beauté qu'il a déjà vu, sans pouvoir trouver les mots, sans pouvoir me convaincre de ma réalité. J'ai adoré ce jeu de miroirs, et maintenant j'en veux encore.

 

 

" Briller de mille feux, dans ses yeux,

juste en croyant en moi. "

 

 

Nylonement

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2018 7 23 /09 /septembre /2018 09:11

 

"Je n'ai jamais rien vu dans ses yeux. Surtout pas son amour !" 

 

Marie, ma meilleure amie, venait de venir sonner, quelques minutes plus tôt à la porte de mon appartement, sans prévenir, en cette fin de journée, perdue. Derrière ma porte, à peine rentrée de mon boulot, de ces réunions sans fin et sans réels objectifs clairs, avec encore quelques courses pour remplir le frigo vide, je venais de poser des fruits dans un joli compotier ancien sur la table. Une grappe de raisins, du chasselas de Moissac bien doré, croquant et sucré, je rêvais d'un thé et d'un temps de repos, de détente précisément. Et cette sonnette, cette amie désespérée derrière ma porte. J'avais ouvert pour la laisser entrer, croyant avoir une visite surprise pleine de belle énergie, mais c'était une source infinie de larmes qui dévalait sur mon sofa.

 

Elle avait vaguement délaissée son trench trempé par cette nouvelle pluie d'automne, en venant depuis le métro, sans parapluie, sans cohérence, son sac abandonné dans l'entrée, elle voulait tout me dire, elle était là perdue dans mon salon. Ses propos étaient confus, elle s'excusait d'être venue, sans savoir où aller, sans savoir pourquoi elle était là, roulée en boules sur mon canapé, près de moi. Nous nous connaissions depuis des années, pas des copines d'université mais durant nos premiers stages, nous avions suivi les mêmes aléas de boulots instables, mal payés, sans intérêts ou grisants mais avec des heures impossibles, on avait sué ensemble, ri le plus souvent de cette situation bancale, ri de tout, ri de nous au final. Elle avait pris ses marques ensuite dans une société de communication, commerciale souriante, généreuse avec son équipe, toujours ouverte aux idées les plus folles pour satisfaire les besoins de publicité ou de simples brochures vers les clients. J'avais bifurqué vers le juridique de ce même métier, alors sans être concurrentes, ni dans la même structure, nous avions gardé des contacts pro et surtout amicaux. Nos envies de boulot avaient laissé place  à nos aventures pour des weekends de dernière minute à Deauville, à Bordeaux ou dans un spa déniché avec d'autres copines. Puis les amours avaient soudé des couples, des enfants en cours ou déjà en marche vers la maternelle. Nous étions encore célibataires, du moins entre deux histoires de prince charmant. 

 

 

Amoureuse

 

Elle avait croisé Jules, un beau brun sportif glissé dans un polo rayé sous un costume bien coupé, lors du mariage d'une amie commune. La plage, les soirées, les terrasses et les repas sympathiques, les saisons se suivaient depuis bientôt deux ans. Ils venaient parfois à la maison avec d'autres amies, elle toujours souriante, sublime avec sa petite robe noire, ses fesses rondes dont elle détestait les volumes, dont il adorait les rondeurs. On rigolait, on buvait, on mangeait, on vivait pleinement ces soirées. 

 

Là ce soir, elle était dévasté par leur histoire, elle ne voulait pas me déranger mais nous étions si complices. On avait tout partagé depuis le temps, nos doutes, nos folies, nos secrets en partie, nos vies de mode et de boulot. Tout et rien, presque tout. Une intimité d'amies devenues si proches. Alors j'avais discrètement glissé un paquet de mouchoirs sur l'accoudoir, j'avais sorti de quoi boire sans la saouler et j'écoutais son flot de mots, ses silences, ses larmes. Après un weekend impossible à se disputer après une accumulation de petites choses, de détails qui amplifiaient leurs incompréhensions mutuelles, elle avait craqué, elle l'avait foutu dehors, ne supportant plus son individualisme, son presque nombrilisme. A cette période, elle souhaitait vivre d'autres choses, construire ensemble et là, soudainement, elle venait de découvrir un grand vide entre eux. Loin de ses envies à lui, elle voyait partir leur vie sans appartement commun, sans un lieu à eux, sans un début de cheminement vers le mariage, sans enfants, sans famille. Son modèle s'était écroulé, elle qui en rêvait enfin, la jeune femme devenant femme, se voyant épouse et mère peut-être aussi. Tout cela partait, en fait surtout semblait s'évanouir dans des sables mouvants. Sans aucune base commune.

Fini le beau gosse, celui envié par les regards des autres copines, de certaines collègues quand il passait la récupérer avant un départ pour un nième weekend de fêtes, fini ce mâle bien sous tous rapports. D'ailleurs elle venait de dérouler leurs fantaisies sexuelles sur deux ans. Sans pouvoir l'arrêter j'avais vu défiler les moments très hot collés contre le mur de l'entrée, le string envolé dans l'escalier, les corps chauds et collés par la sueur. Au final, ils étaient devenus plus classiques, plus standards, moins acrobatiques dès la fin du premier été. Beau, sportif, bien carrossé mais sans assez d'envie pour la satisfaire, sans une langue assez experte pour la faire partir dans les étoiles, sans ... je l'avais stoppé avant plus de détails d'intensité, de centimètres ou d'ardeur bien réelle. Et puis ces deux phrases, comme un couperet. Une sentence mûrie par une journée où elle n'avait fait que semblant de travailler, pour au final l'appeler pour prendre ses deux sacs, ses affaires et ses baskets multicolores. Marre du sportif, des copains et des soirées sur le terrain, pour la troisième mi-temps, pour fêter ceci ou cela en chantant. 

 

Et leur amour dans tout cela, je lui proposais de ne plus compter, de ne pas forcer les qualités, encore moins les défauts. Une soupe ensemble, une quiche avec une salade, un menu tout simple, toutes les deux sur le canapé, avec une belle bouteille de blanc d'Anjou, elle reprenait quelques forces. Oubliant durant quelques minutes ces moments apparemment perdus. Pour relativiser, le chemin était encore long, à peine visible derrière ses yeux gonflés de larmes séchées, toujours présentes. J'ai pu enfin parler, donner un avis modéré de tout jugement, cherchant à lui donner un peu d'espoir, pour elle, pas pour eux.

 

 

L'amour n'existe

qu'entre deux personnes qui s'aiment,

mutuellement !

 

 

 

Nylonement

 

 

Partager cet article
Repost0

NYLON-VOLUPTE ??

Languages Translation, Dear friends & readers, enter in our world of femininity during the week, with fashion pics, travel trhough words on women universe. But also each sunday, walk through actual and vintage stockings, intense symbol of Glamour !

 

Dans le labyrinthe de la Mode, des ambiances néo-rétro et du glamour toujours, je partage avec vous cette vision du chic et de cette élégance, parfois classique, parfois décalée, pour qu'ils deviennent Votre Mode, Votre Féminité. Mon regard suit vos silhouettes, au quotidien, dans la rue, dans un espace imaginaire et romancé, pour apprécier vos tenues, votre allure mais aussi vos accessoires, sacs à main et chapeaux, gants et bijoux, sur votre peau, sur vos jambes "le voile de Volupté". 

Car de vos choix, vous devez uniques, vous créez Votre Féminité, votre vie et le plaisir de voir et être vue !

Au-delà de vos Féminités, j'immisce avec discrétion dans votre jardin féminin et avec des recoins féministes, mais toujours avec mon regard discret. Parfois je narre vos vies, j'ajoute des humeurs, des doutes pour devenir les Portraits de Femmes.

Avec légèreté toujours, j'aime le Glamour !

 

Gentleman W 

Qui êtes vous ?  ou Qui est Gentleman W ? 

gentlemen-w-xs.jpg

 

 

Les Bas Nylon, une autre facette de ce blog, un symbole fort de la Féminité, le glamour à travers les photos, les tendances et les marques actuelles, avec leurs nouveaux modèles et leurs collections, les variations mais aussi vos retours sur la modeLes Bas Nylon sont ici le fil rouge entre les articles, la couture qui suit sur vos Féminités. (chaque DIMANCHE)

Musée vivant avec l'âge d'or 50-60, le Vintage, partageons les photos des pochettes et les souvenirs de modèles plus anciens, avec vos mots et vos visuels rétro

Vous avez des stocks de pochettes vintage, des photos associées, contactez-moi pour compléter le musée.

 

 

COPYRIGHTS

Les photos sont ici uniquement à titre non marchand comme l'ensemble de ce blog non-commercial, pour un référencement, en l'honneur des marques citées, pour un usage d'hommage à la Féminité. Si toutefois, j'oublie une référence (encore faudrait-il qu'elle apparaisse en récupérant cette image sur le net, sur Pinterest et ailleurs) ou je suscite un souci de droit à l'image ou aux copyrights, contactez-moi par email gentlemanw@nylon-volupte.com.

L'image sera retirée dès que vous nous préciserez laquelle. Merci.

 

Copyrights pour tous les articles de ce site. Si vous faites référence à un article, précisez le nom de ce blog avec son lien.

 

Recherche ???

Aimez + Aidez

 

Cancer, trop proche de nous.

Faites un sourire et soutenez l'autre !

Nous sommes tous acteurs de la santé de nos proches et de nos familles.

Cette maladie frappe le col de l'utérus, les seins, la thyroïde, la prostate, le plus couramment et ailleurs aussi !

Alors soutenez vos ami(e)s, vos parents, votre compagnon et votre compagne.

Image-0201

www.ligue-cancer.net

Aimez vous les uns et les autres

Image-0297

www.cancerdusein.org

 

 

Aimez-vous,

Protégez-vous !

Vivez !

ruban-rouge-sida.jpg

 

www.info-depression.fr

 

 

Articles Récents

  • Bas nylon : NEBEL et son talon Flairette
    Au milieu des paires de bas nylon, dans le labyrinthe pas encore rangé des milliers de photos de pochettes, parfois une marque laisse trainer un fil léger. Je tire dessus, je regarde, j'explore les autres répertoires, les fichiers et les photos disponibles....
  • Bonnes Fêtes de Noël
    Ah cette belle année ! Quels mots pour la décrire ? J'ai si peu écrit d'ailleurs ici sur le blog, j'ai nourri ailleurs un manuscrit, j'ai lâché des mots dans des monologues qui ne trouvaient pas celle à qui je souhaitais parler. Pourtant des mots, des...
  • Et si la douceur était là
    Le ciel gris attend un rayon de soleil pour réchauffer son dos, pour lui céder un peu de place. Les oiseaux picorent les peaux de magrets accrochées à la branche, le chat reste là, perplexe derrière la vitre, bien au chaud, un regard vague vers eux. La...
  • Hiver serais-tu là ?
    Ce mois de décembre qui débute à peine, un pas de plus vers l'hiver, et déjà cette sensation molle mais bien présente qu'il sera trop long. Comme cette année d'ailleurs ! Pourquoi mettre douze mois dans un calendrier qui ne permet pas de savourer nos...
  • Simplement
    Prendre un peu de temps dans un agenda bien rempli, Prendre ce temps de s'évader dans un livre avec une grande tasse de thé chaud à côté de soi, Prendre le temps de ne plus le compter, S'évader plusieurs heures loin de son téléphone, de ses fausses obligations...

ORDRE de la JARRETELLE

Pour rendre hommage aux BAS NYLON, aux JARRETELLES, au Glamour, au symbole d'une féminité des années 50-60, aux instants de mode actuelle, mais aussi aux créateurs, aux fabricants (vintage et actuels) et plus encore aux Femmes, j'ai lancé l'initiative d'un "ORDRE DE LA JARRETELLE".

Nos objectifs sont de défendre la volupté du port des Bas Nylon, de promouvoir une image noble et saine auprès des médias, de défendre la finesse incomparable du véritable nylon, digne signature haut-de-gamme du glamour moderne, de créer une communauté d'ambassadrices autour de l'élégance au féminin, de publier des ouvrages (textes et photos) de référence sur le sujet.

 

Les statuts sont rédigés. Les critères d'entrée sont définis par une validation de la réelle motivation du port du bas nylon et de votre enthousiasme à  promouvoir cet art de vivre. Un entretien et/ou un lettre pour démontrer cette passion, tel sera la premièré étape avant un parrainnage.

Ordre de la Jarretelle : gentleman.nylon@gmail.com

Quelques articles sur le sujet :

Ordre-de-la-jarretelle-Acte-1

Ordre-de-le-jarretelle-Acte-2

Ordre-de-le-jarretelle-Acte-3

Ordre-de-la-Jarretelle-Acte-4

 

Bas-Nylon-mais-alors !

Bas Nylon, quel talon ?

Je-suis-alle-au-paradis des Bas Nylon

 

Site web uniquement accessible pour les membres.

 

Coups de Coeur

Logo-Menu-NylonMode.com-V3.2-xs.png
 
causette-34.jpg
 
 
 
 
 
 
Mes coups de coeur, ceux où je passe régulièrement sur leurs blogs, pour leurs contenus, leurs photos, leurs articles, leurs humeurs, leurs amours, leurs critiques. Inspiration passgère, amitié ou même coup de foudre, souvent un univers de mots, de douceurs et de libertés ...

martiennes.wordpress.com  justement féministes

bebarock.com juste pour les femmes !

cameline.org prodigieuse exploration mode du temps

bellesetbiendansvotrepeau conseils beauté

leblogdebetty.com mode et sourires 

dameskarlette voyageuse en images

thebrunette.fr incroyablement élégante

lheureuseimparfaite blog féminin et impertinent

le-blog-enfin-moi.com féminité, mode et sourires

leblogdelilou féminité au quotidien

fashionandcookies  fashionista 

valimero-fashion-addict.com modeuse la + souriante du net !

mindalicious.fr géniale modeuse

lesdemoizelles mode et futilité

estelleblogmode.com  mode souriante

pinup-doodles un coup de crayon d'une génie

folievintage.fr un lieu pétillant & glamour

blog.plafonddeverre.fr réalité féministe

...

citizencouture.com la mode online

misspandora.fr super-fée de mode

leblogdebigbeauty.com ronde et alors ?

modeuse.com j'aime depuis le début

garancedore.fr oui, encore elle

...

Et si vous n'êtes pas ici, c'est pas un désamour, plutôt un oubli, 

et la liste serait peu-être un peu longue (environ 200 sites de références)

mais je vous visite régulièrement, bises à toutes !