11 août 2015 2 11 /08 /août /2015 06:07
Lire

 

Premières envies, premiers mots, premiers livres comme une obsession de petite fille, de gamine, de bébé encore en maternelle. Combien de fois ais-je apporté des livres et mon doudou vers le canapé, pour tourner les pages, comme mon papa près de moi, comme ma maman souvent le soir devant la baie vitrée du jardin. Ils lisaient souvent, ils me lisaient des histoires. 

 

Du haut de mon pyjama constellé de princesses et de licornes, je frottais mon doudou sous mon nez, je regardais les images, je voyageais déjà. Aussi avec une terrible volonté, j'ai voulu lire avant les autres, comme un absolu sur mon chemin de croissance. Ils ont pris le temps, presque deux ans avant l'âge normal, en étudiant une méthode dite magique, et sans baguette, j'ai lu des lettres, plutôt des sons, des morceaux, des mots, des ensembles de mots. Je verbalisais naturellement ma lecture, une voix de môme pour déchiffrer avec gourmandise mes premiers livres. Des histoires de mon âge, des livres relus, appris quasi par coeur, des jeux avec les lettres, les voyelles et les consonnes, ils s'amusaient de mon désir si fort.

 

Jamais ce délice n'a réussi à me rassasier, car plus je découvrais des ouvrages, des pages de papier, plus j'avais envie de lire encore. En avance sur ma génération, oui dans le temps, en sautant une classe, en jouant avec les autres, mais avec ce plaisir réel, surtout durant les saisons où sortir devient duo avec la pluie, le vent ou le froid, j'avalais un bon livre dans un fauteuil, chez moi, tranquille. Ici, tout le monde lisait le soir, la télé souvent muette, un fond de musique, du jazz ou du classique mais aussi des groupes plus branchés, des moments de nostalgie aussi pour mes parents. A chaque auteur, à chaque histoire, un nouveau voyage dans l'imaginaire. Des petits récits, des classiques, de romans, des thèmes de plus en plus variés, des documents aussi, des carrefours avec l'histoire ou l'art, je ne me suis jamais arrêté. Picorant dans les étagères des multiples bibliothèques de famille, demandant conseil, attendant les sorties pour acheter des nouveautés, j'aimais grandir et les mots avec moi.

 

Ogre, je suis, de tous ces chapitres croqués sur le canapé avec maman, dans le fauteuil club de papa, sur le lit bateau et ses coussins moelleux chez papy, dans les édredons des chambres de la maison de campagne de mamy. Quelques miettes, rarement des livres non finis, même si parfois ils devenaient laborieux, frustants ou totalement hors de mes goûts. Néanmoins ma curiosité me comblait car ma mémoire s'amusait de cette culture inconsciente, de ces dégustations gourmandes avec des menus toujours nouveaux. J'ai aimé lire, j'aime encore lire, toujours avec la même passion, avec un ou deux livres commencés dans mon sac à main, sur une tablette proche du lit, dans le salon. Là en attendant la rentrée littéraire, mon retour de vacances dans mon magasin, une librairie, je lis encore sur le coin de l'oreiller, le nez avec le parfum du papier. La tête dans les émotions, endormie sur ce coussin tricotés de mots.

 

 

Nylonement

 

 

Partager cet article
Repost0
10 août 2015 1 10 /08 /août /2015 07:34
Jamais

Seule assise à cette table, les petites bougies, la vue sur le port, les vagues, j'attends. Avec même un coucher de soleil, l'intensité orange d'une boule carmin, l'horizon, le cliché, la beauté qui tourne les regards de la terrasse, les mains serrant les autres, sommes-nous un soir de St Valentin ?

 

Jamais je n'aurai dû être là, jamais d'ailleurs je ne devrais être avec lui. Un divorce, le mien avec un amoureux transi par mon corps de jeune blonde pétillante, par mon indépendance, mon boulot d'ostéopathe, mais ensuite surtout fondu de parties de poker interminables, et moi de soirées sans lui. Pas d'enfant, juste un adolescent sans repère d'adulte, je suis partie loin de lui, laissant les coordonnées d'un avocat, gérant les papiers et quelques embrouilles de ce type de situation. Les copines étaient là, seule ou en couple, nous faisions des sorties resto, des dégustations de vins en commun, des belles rigolades, des après-midi shopping et même une fois par trimestre, une virée chaussures. De plus j'avais eu tout le temps de réfléchir à mon avenir. Un appart, petit certes mais bien conçu, bien exposé au sud, avec une déco moderne et quelques touches rétro, un dressing dans une pièce supplémentaire. Du sport, pour me tenir en forme, pour me sortir de ma routine boulot-boulotencore-dodo. 

 

Jamais je n'aurai dû le croiser, chez cette amie, mariée qui venait de nous annoncer la venue de son premier bébé, enfin de jumeaux plutôt. Quelle beau moment, des rires, des applaudissements, une nausée, du champagne, des bulles d'eau gazeuse, tout le monde heureux pour eux, j'ai adoré. Lui aussi malgré ma volonté de lui faire manger de la salade alors qu'il n'est pas trop légumes verts. Il a ri, moi aussi. Un canapé, comme le mien, confortable,une soirée sans fin, lui et moi, moi et lui. Des draps froissés, son numéro. C'était bien. 

 

Jamais je ne voulais tomber amoureuse d'un financier, d'un homme pris par son agenda, dévoré par ses déplacements, par ses réunions, par ses repas d'affaires pour tel contrat international, je ne voulais pas d'un absent, j'avais donné. Et pourtant ce fut le cas, difficile à joindre, en opposition à celui que j'avais vu détendu sur ce canapé. Sans stress pour autant mais avec des obligations, nombreuses dans la semaine, parfois aussi durant le week-end. DIsponible mais dans des tranches programmées. Il avait toujours le sourire, des attentions, quelques retards, d'autres occupations aussi. Car jamais je n'envisageais de commencer une nouvelle vie, encore moins avec un homme en instance de divorce, le mien étant enfin signé. Encore moins avec deux gosses, deux charmantes petites filles, deux sourires magiques. 

 

Là seule dans ce restaurant, j'attendais son retour, il les appelait chaque soir, même en vacances. Nous avions pris une longue semaine pour nous détendre, sans boulot, sans internet mais juste ce rituel. Neuf mois d'amour, d'organisation pour se retrouver, pour se découvrir vraiment, pour confirmer notre amour naissant, fort, incontournable. Rien ne changeait sauf l'intensité, nos rires et notre complicité toujours plus fusionnelle. Jamais il ne devait rentré dans mes prérogatives, et pourtant. Il était doux, blessé d'une autre vie, la précédente, il était papa, entrepreneur, mais disponible, charmant, simplement mon homme. 

 

 

Nylonement

 

Jamais
Partager cet article
Repost0
9 août 2015 7 09 /08 /août /2015 07:31
Jarretelles & Bas Nylon

Porter des bas, un rituel mystique ?

Les bas nylon sont-ils des accessoires de mode à part ?

 

Extérieurement non, les véritables bas nylon avec un fil cristal ne dévoilent leur présence parfois qu'avec de légers plis au-dessus de la cheville, dus à la morphologie de chacune par rapport à la forme tricotée, mais aussi à la juste tension des jarretelles invisibles sous la jupe, là en haut des cuisses. Un simple détail que seuls les yeux experts, les réels amateurs et passionnés savent détecter, parfois espèrent avoir vu, surtout pour se rassurer du port par quelques élégantes (aussi rares dans la foule des personnes croisées). Rien ne laisse savoir que la finesse du voile enveloppant les jambes partiellement découvertes est un bas nylon. 

Certes la couture, elle aussi donne une signature toute significative à l'évocation de la sensualité verticale, à un univers poétique que de nombreux films classiques suggèrent quand une actrice soulève sa robe, puis ses jupons pour réajuster cette couture, accrocher les jarretelles à un revers plus foncé, marquant la peau claire d'une cuisse devenant doublement charnelle. Mais il existe, malheureusement des collants en trompe l'oeil pour donner cette impression de couture, et (foi d'expert esthète et un brin voyeur curieux) le plus souvent ce sont des bas jarretières (communément appelés dim-up).

 

Sincèrement les bas nylon donnent si peu de signes de leur éventuelle présence, que dans une mode quotidienne, il est évident que les jupes, les tuniques, les robes s'accompagnent certes d'une seconde peau délicate, fine, presque transparente ou opaque, nommée collants. Logique d'une époque, d'un réflexe hérité de la fin des années 60 et suivantes. La mode varie, les longueurs dégagent les jambes, du short à la robe longue. Logique d'un pratique naturel et d'un confort, libérateur diront certaines, car les collants sont un standard, un geste quotidien sans réflexion, juste une protection contre les températures, une couleur pour compléter une tenue. Simple accessoire donc. Trop souvent négligé d'ailleurs dans son rangement, malgré son extrême finesse, sa réelle fragilité en le mettant, en le retirant. Trop de tension, des ongles coupants, un accroc et c'est fini. Simple accessoire pour une grande majorité de femmes. Et pourtant des jambes nues, durant les saisons autres que l'été, semblent vides de sens dans la mode. Amusez-vous à regarder des magazines de mode, en oubliant le voile, même noir, même teinte soleil sur les jambes. Mettez des jambes nues, à peine bronzées, à cet endroit du cliché. Une certaine fadeur s'en ressentira.

Ce voile anodin est finalement un accessoire INDISPENSABLE à la mode.

 

 

Jarretelles & Bas Nylon

 

Cependant savoir s'habiller avec une paire de bas nylon ou de collants, à quel moment ce choix complexe s'offre à vous ? Car si ce n'est pas pour les autres, car ceux-ci ne sauront pas différencier le voile fin sur vos jambes, ne verront pas les jarretelles qui soulignent le haut de vos cuisses, vos fesses; c'est donc un accessoire pour vous.

 

Et là, une magie, mystique ou simplement sensitive, opère en vous, sur vous. Car les bas nylon n'habillent pas les jambes, ils embellissent votre silhouette. Epousant vos courbes, dans un  geste nuancé mais habitué (certes après quelques essais), vous allez rouler le bas, le coincer sur le quintet de vos orteils vernis, déroulant avec précision, naturellement jusqu'à contourner votre cheville. Là la couture ponctuant la symétrie de votre jambe, vous allez remonter en quelques mouvements de poignets, souples, le long du mollet, vérifiant dans un miroir la verticalité de la couture, ou par habitude vous allez caresser le voile, sentir sa tension. Encore quelques gestes pour franchir le genou, le début de cuisse, l'approche de votre intimité, la douceur réelle de cette peau, la vôtre. Un peu au-dessus du milieu, un peu plus haut, voire très haut, vous aller faire passer vos doigts sous le voile, faisant le tour entre peau et voile de nylon. Une dernière tension, une position, un premier regard satisfait. Puis une à une vous allez attacher vos jarretelles, six, huit, dix, douze. Un geste sûr, parfois acrobatique pour l'arrondi généreux des fesses, pour la précision d'une couture toujours impeccable. Voilà vous avez des bas nylon avec couture. Un choix personnel pour sublimer vos jambes, car le nylon est toujours plus fin, toujours plus enveloppant (car tricoté avec précision suivant des formes idéales et stylisés) pour vos jambes. Une sensation tactile et une élégance particulière, un choix de liberté aussi. Ce choix rappelle une tenue rétro, un clin d'oeil à des allures uniques des années 50-60, c'est une volonté d'être soi avant d'être différente, avec une lingerie non désuète, très confortable avec les matières et les coupes actuelles, mais bien une lingerie sensuelle, souriante et voluptueuse, intensément féminine. 

 

Aucune baguette magique, juste une paire de bas nylon et quelques jarretelles. 

Cette magie s'appelle très probablement le glamour. Un ensemble de détails, de belles étincelles comme votre coiffure soignée, votre rouge à lèvres hypnotisant, vos escarpins légers, votre silhouette assurée. Vous, une femme à la féminité assumée !

 

 

Jarretelles & Bas Nylon

 

 

Nylonement

 

 

Partager cet article
Repost0
8 août 2015 6 08 /08 /août /2015 11:19
Nude is a color

Fin juillet passe le témoin à début août, fatalité calendaire, transition de journées de plein été, croisements involontaires entre des vacanciers partis puis revenus, d'autres partants, mais aussi de nombreuses personnes restées chez elle. Là aussi le monde est à deux vitesses, les travailleurs en vacances, les chômeurs en quête d'un espoir, libres apparemment de leurs horaires, de leurs agendas, mais avec la tension des fins de mois, d'un certain vide en eux. Sous le soleil, avec ce bel été, heureusement chacun, chacune expose ou non sa peau, suivant des envies de teintes d'un pantone soyeux. 

 

Blanches gambettes, visages pâles, peaux claires, douceurs hâlées, premières couleurs en passant par le rouge quand on oublie, quand on réagit trop vite aux rayons cachés, simples ébullitions, sans le parfum, le caramel apparaît. Bronzage avec toutes ses nuances, changeant suivant les facettes, que dis-je, les courbes du corps. Fesses arrondies, maillots de bain une pièce, deux pièces ou string, les couleurs glissent sur toutes les faces. Rayures du dos, plus exactement, formes volontaires ou rayons malicieux, les bretelles, les positions varient là encore les couleurs, les zones blanches, les avant-après. Pour la poitrine, certaines resteront sérieuses, d'autres moins, car les seins n'aiment pas le caramel, certaines maladies en découlant, même si les rêves de photos de magazines les trompent (eh oui l'auto-bronzant facilite les teintes super-soleil sans vraiment en être). Corps avachis ou galbés, le soleil picore, joue avec le sucre de ses envies, de votre détente méritée, sous ce pin, sous ce parasol ou directement sur le sable, en version grillade intégrale. La peau, les bras, le visage, le buste, les jambes, ce tout se colorise.

 

Les couleurs se croisent donc sur les trottoirs de la ville, là une robe blanche sublime sur une peau de gazelle, ici un petit crop-top citron sur une peau trop foncée, un caramel brûlé, un short vert. Plus loin des jambes claires, une petite robe noire, des ballerines qui sourient à des claquettes, des tongs, une rare paire de talons hauts, pieds nus pour toutes. Jambes nues aussi, corps quasi nus en ode à l'été chaud.

Ou presque ! car le soir, quand le vent se lève, que les élégantes préfèrent le restaurant au barbecue de plage, les bas nylon sortent de leurs pochettes satinées. Un ballet de nude, de blush et de melon. Un choix délicat pour comprendre si la teinte de la peau, claire, hâlée ou bronzée à outrance, attend une caresse, une transparence ou un souffle poudré. Brilllance parfois en bonus. Mais une teinte claire, un nombre de deniers qui ne tient que dans un chiffre. Finesse extrême.

 

Osez quand la température baisse, quand votre envie le souhaite, quand votre désir le clame, succombez à une belle teinte "nude" sur vos jambes d'été.

 

Nude is a color
Nude is a color

 

 

Nylonement

 

 

Nude is a color
Partager cet article
Repost0

NYLON-VOLUPTE ??

Languages Translation, Dear friends & readers, enter in our world of femininity during the week, with fashion pics, travel trhough words on women universe. But also each sunday, walk through actual and vintage stockings, intense symbol of Glamour !

 

Dans le labyrinthe de la Mode, des ambiances néo-rétro et du glamour toujours, je partage avec vous cette vision du chic et de cette élégance, parfois classique, parfois décalée, pour qu'ils deviennent Votre Mode, Votre Féminité. Mon regard suit vos silhouettes, au quotidien, dans la rue, dans un espace imaginaire et romancé, pour apprécier vos tenues, votre allure mais aussi vos accessoires, sacs à main et chapeaux, gants et bijoux, sur votre peau, sur vos jambes "le voile de Volupté". 

Car de vos choix, vous devez uniques, vous créez Votre Féminité, votre vie et le plaisir de voir et être vue !

Au-delà de vos Féminités, j'immisce avec discrétion dans votre jardin féminin et avec des recoins féministes, mais toujours avec mon regard discret. Parfois je narre vos vies, j'ajoute des humeurs, des doutes pour devenir les Portraits de Femmes.

Avec légèreté toujours, j'aime le Glamour !

 

Gentleman W 

Qui êtes vous ?  ou Qui est Gentleman W ? 

gentlemen-w-xs.jpg

 

 

Les Bas Nylon, une autre facette de ce blog, un symbole fort de la Féminité, le glamour à travers les photos, les tendances et les marques actuelles, avec leurs nouveaux modèles et leurs collections, les variations mais aussi vos retours sur la modeLes Bas Nylon sont ici le fil rouge entre les articles, la couture qui suit sur vos Féminités. (chaque DIMANCHE)

Musée vivant avec l'âge d'or 50-60, le Vintage, partageons les photos des pochettes et les souvenirs de modèles plus anciens, avec vos mots et vos visuels rétro

Vous avez des stocks de pochettes vintage, des photos associées, contactez-moi pour compléter le musée.

 

 

COPYRIGHTS

Les photos sont ici uniquement à titre non marchand comme l'ensemble de ce blog non-commercial, pour un référencement, en l'honneur des marques citées, pour un usage d'hommage à la Féminité. Si toutefois, j'oublie une référence (encore faudrait-il qu'elle apparaisse en récupérant cette image sur le net, sur Pinterest et ailleurs) ou je suscite un souci de droit à l'image ou aux copyrights, contactez-moi par email gentlemanw@nylon-volupte.com.

L'image sera retirée dès que vous nous préciserez laquelle. Merci.

 

Copyrights pour tous les articles de ce site. Si vous faites référence à un article, précisez le nom de ce blog avec son lien.

 

Recherche ???

Aimez + Aidez

 

Cancer, trop proche de nous.

Faites un sourire et soutenez l'autre !

Nous sommes tous acteurs de la santé de nos proches et de nos familles.

Cette maladie frappe le col de l'utérus, les seins, la thyroïde, la prostate, le plus couramment et ailleurs aussi !

Alors soutenez vos ami(e)s, vos parents, votre compagnon et votre compagne.

Image-0201

www.ligue-cancer.net

Aimez vous les uns et les autres

Image-0297

www.cancerdusein.org

 

 

Aimez-vous,

Protégez-vous !

Vivez !

ruban-rouge-sida.jpg

 

www.info-depression.fr

 

 

Articles Récents

  • Bas nylon : NEBEL et son talon Flairette
    Au milieu des paires de bas nylon, dans le labyrinthe pas encore rangé des milliers de photos de pochettes, parfois une marque laisse trainer un fil léger. Je tire dessus, je regarde, j'explore les autres répertoires, les fichiers et les photos disponibles....
  • Bonnes Fêtes de Noël
    Ah cette belle année ! Quels mots pour la décrire ? J'ai si peu écrit d'ailleurs ici sur le blog, j'ai nourri ailleurs un manuscrit, j'ai lâché des mots dans des monologues qui ne trouvaient pas celle à qui je souhaitais parler. Pourtant des mots, des...
  • Et si la douceur était là
    Le ciel gris attend un rayon de soleil pour réchauffer son dos, pour lui céder un peu de place. Les oiseaux picorent les peaux de magrets accrochées à la branche, le chat reste là, perplexe derrière la vitre, bien au chaud, un regard vague vers eux. La...
  • Hiver serais-tu là ?
    Ce mois de décembre qui débute à peine, un pas de plus vers l'hiver, et déjà cette sensation molle mais bien présente qu'il sera trop long. Comme cette année d'ailleurs ! Pourquoi mettre douze mois dans un calendrier qui ne permet pas de savourer nos...
  • Simplement
    Prendre un peu de temps dans un agenda bien rempli, Prendre ce temps de s'évader dans un livre avec une grande tasse de thé chaud à côté de soi, Prendre le temps de ne plus le compter, S'évader plusieurs heures loin de son téléphone, de ses fausses obligations...

ORDRE de la JARRETELLE

Pour rendre hommage aux BAS NYLON, aux JARRETELLES, au Glamour, au symbole d'une féminité des années 50-60, aux instants de mode actuelle, mais aussi aux créateurs, aux fabricants (vintage et actuels) et plus encore aux Femmes, j'ai lancé l'initiative d'un "ORDRE DE LA JARRETELLE".

Nos objectifs sont de défendre la volupté du port des Bas Nylon, de promouvoir une image noble et saine auprès des médias, de défendre la finesse incomparable du véritable nylon, digne signature haut-de-gamme du glamour moderne, de créer une communauté d'ambassadrices autour de l'élégance au féminin, de publier des ouvrages (textes et photos) de référence sur le sujet.

 

Les statuts sont rédigés. Les critères d'entrée sont définis par une validation de la réelle motivation du port du bas nylon et de votre enthousiasme à  promouvoir cet art de vivre. Un entretien et/ou un lettre pour démontrer cette passion, tel sera la premièré étape avant un parrainnage.

Ordre de la Jarretelle : gentleman.nylon@gmail.com

Quelques articles sur le sujet :

Ordre-de-la-jarretelle-Acte-1

Ordre-de-le-jarretelle-Acte-2

Ordre-de-le-jarretelle-Acte-3

Ordre-de-la-Jarretelle-Acte-4

 

Bas-Nylon-mais-alors !

Bas Nylon, quel talon ?

Je-suis-alle-au-paradis des Bas Nylon

 

Site web uniquement accessible pour les membres.

 

Coups de Coeur

Logo-Menu-NylonMode.com-V3.2-xs.png
 
causette-34.jpg
 
 
 
 
 
 
Mes coups de coeur, ceux où je passe régulièrement sur leurs blogs, pour leurs contenus, leurs photos, leurs articles, leurs humeurs, leurs amours, leurs critiques. Inspiration passgère, amitié ou même coup de foudre, souvent un univers de mots, de douceurs et de libertés ...

martiennes.wordpress.com  justement féministes

bebarock.com juste pour les femmes !

cameline.org prodigieuse exploration mode du temps

bellesetbiendansvotrepeau conseils beauté

leblogdebetty.com mode et sourires 

dameskarlette voyageuse en images

thebrunette.fr incroyablement élégante

lheureuseimparfaite blog féminin et impertinent

le-blog-enfin-moi.com féminité, mode et sourires

leblogdelilou féminité au quotidien

fashionandcookies  fashionista 

valimero-fashion-addict.com modeuse la + souriante du net !

mindalicious.fr géniale modeuse

lesdemoizelles mode et futilité

estelleblogmode.com  mode souriante

pinup-doodles un coup de crayon d'une génie

folievintage.fr un lieu pétillant & glamour

blog.plafonddeverre.fr réalité féministe

...

citizencouture.com la mode online

misspandora.fr super-fée de mode

leblogdebigbeauty.com ronde et alors ?

modeuse.com j'aime depuis le début

garancedore.fr oui, encore elle

...

Et si vous n'êtes pas ici, c'est pas un désamour, plutôt un oubli, 

et la liste serait peu-être un peu longue (environ 200 sites de références)

mais je vous visite régulièrement, bises à toutes !