24 février 2016 3 24 /02 /février /2016 06:26

Voyager dans le temps, toujours une volonté vaine, une application impossible malgré les écrans toujours plus nombreux qui nous entourent. Mais heureusement sur mes étagères, dans la chaleur de mon petit appartement, je trouve des livres, ceux de mes parents et même certains de mes grands-parents. Et dans un coin, les albums photos de l’époque, des vestiges que je n’ouvre pas souvent. La douleur a été longtemps là, en pensant au déménagement forcé de ces grands formats reliés parmi tant d’autres affaires, au lendemain de leur départ. J’avais le trouble de cet accident, de leur décès, l’un immédiat, l’autre après plusieurs semaines de coma. Un uppercut brusque, droit au coeur, une violence intense, une force rattachée à tous leurs objets hérités trop tôt, trop vite, sans un mot.

 

Souvenirs instantanés, toujours là, mais aujourd'hui, avec le temps passé mais pas l'oubli, la guérison de certaines blessures, j’avais envie de rompre cet aura obscure pour ne plus vivre qu’avec la nostalgie de mon enfance avec eux. Rien de plus, juste des traces communes, de notre passé commun, de leurs vies d’avant. Calée dans un fauteuil club, celui du bureau de mon père, enroulée dans ma tunique longue en laine bleu roi, mes jambes chaudement lovées dans un collant opaque noir, sous mes fesses, la chaleur d’un cocon, j’ai ouvert le premier des cinq tomes. Mes grands-parents, maternels et paternels, un grand mix, des photos en noir et blanc, figées dans les poses d'antan, des annotations dessous, je voyageais dans leurs villages, leurs métiers, devant la boulangerie pour une famille, devant la quincaillerie et épicerie pour l’autre. Des lieux, des lumières et toujours les fêtes officielles comme les mariages, les baptêmes et les communions, mes parents redevenaient enfants. Curieux de les voir ainsi, si jeunes, si proches de mes sœurs, mon frère et moi, des traits de visages si familiers. Sourires, une gorgée de thé chaud, le chat qui bondit sur l’accoudoir, lui aussi semble intéresser par le contenu de ces pages. Je passe au deuxième, toujours la famille, quelques photos plus anciennes, des ancêtres même, parfois des très vieux clichés de la fin du XIXe siècle. Tout cela me semble si loin, des personnes inconnues, que je découvre comme étant des aïeuls, des robes d’époque, des corsets aussi pour la belle époque, une vague d'histoire. Une mariée un peu triste, juste après la première guerre, un mari manchot, je tourne et retourne les pages car je vois cette famille pour la première fois. Ma famille. Je sais que les volumes quatre et cinq sont consacrés à ma génération, quelques cousins mais surtout nous, en noir et blanc sur quelques photos, mais abondamment en couleurs. Toutes nos vacances, nos exploits sportifs et scolaires, nous bébés, enfants et adolescents. Ma génération, avec eux.

 

Le troisième s’ouvre devant mes yeux. La vie de mes parents, des photos triées par ma mère, durant les vacances d’hiver, en reprenant les tas qui traînaient ici et là, dans des boîtes cartonnées, trouvées chez les anciens, oubliées le plus souvent. Elle avait appris à utiliser le scanner pour numériser, pour partager avec tous mes oncles et tantes, les exemplaires uniques, les liens des uns et des autres, les fêtes de famille, les nombreux mariages, les rigolades de leurs enfances. Tourbillon dans le temps, au cœur de leur adolescence, de leurs premières libertés, mai 68 étant passé par là, leurs premiers pas en couple, en communauté même, un instant flower power, entre les années 60 et 70, un traveling complet sur la mode, mon père devait être amoureux pour conserver autant de clichés de ma mère. Leurs voyages en France mais aussi en Europe, une autre dimension de ces décennies, et un parallèle fort avec la modernité de notre monde actuel. Les paysages sont là, les voitures plus rares, les ambiances semblent désuètes. Douceur, le chat ronronne, regarde mes mains qui tournent les feuilles, attrapent la tasse et un gâteau. Pas de caresses, il cherche mon regard perdu dans les pages, sautillant de photo en photo.

 

Au fil du temps
 

Ma mère, un peu de mes sœurs, les mêmes yeux que mon frère, mon père, leurs jeunesses, une confusion possible avec notre vie d’adultes, nos enfants, les visages se mêlent. Seules les voitures, les couleurs des tapisseries en arrière-plan diffèrent. Parfois certains meubles sont bien là, dans mon couloir, chez ma sœur aînée, dans le bureau d’avocat de mon frère, d’autres ont disparu de notre univers. La mode, les jupes longues, les jupes midi, les mini-jupes, tous les formats, des matières lourdes et puis aussi plus fluides, des imprimés difficiles à vivre pour un caméléon. Des couleurs vives, quelques rares pastelles, des pulls moulants, des cols roulés en polyester d’une autre génération, des couleurs toujours, des collants, ma mère adorait les porter et savait miser sur ses jambes. Des bottes, deux paires de cuissardes, des escarpins, peu de hauts talons ou alors avec des talons compensés assez lourds visuellement.

 

Au fil des pages, des polaroids ou des photos, une couleur qui ressort, une volonté, une force, une signature marquante, le rouge, la mini-jupe rouge en velours boutonnée devant, une version trapèze sur collant noir, une autre version en skaï peut-être avec une coupe très Courrèges. Des robes aussi, version trois trous, revenues à la mode des années après, je me vois dedans, ma fille, ma longue adolescente aussi. Etrange voyage entre le passé et le présent, entre les tendances qui changent, varient, se renouvèlent pour finalement emprunter des saveurs d’antan.  Trapèze ou droite, crayon ou plutôt corolle, patineuse ou longuee, fluide ou un peu plus rigide, les matières et les couleurs adoptent les saisons et les années. Leurs styles, le style de la mère, mon style, celui de ma fille, des liens invisibles s’immiscent sur nos silhouettes, s’amusent de pièces vintage ou de nouvelles créations pour nous immortaliser sur des photos, des polaroids, des cartes numériques. Images d’hier, d’aujourd’hui ou de demain, les souvenirs, les infimes traces que nous laissons derrière nous, les signes d’une filiation d’envie de mode, de vies, d’héritage.

 

Je suis émue, dès le prochain week-end, je vais aller sur le net ou en boutique pour me trouver une nouvelle jupe rouge, un lien féminin insoluble malgré le temps.

 

Nylonement

 

Ma mère, un peu de mes sœurs, les mêmes yeux que mon frère, mon père, leurs jeunesses, une confusion possible avec notre vie d’adultes, nos enfants, les visages se mêlent. Seules les voitures, les couleurs des tapisseries en arrière-plan diffèrent. Parfois certains meubles sont bien là, dans mon couloir, chez ma sœur aînée, dans le bureau d’avocat de mon frère, d’autres ont disparu de notre univers. La mode, les jupes longues, les jupes midi, les mini-jupes, tous les formats, des matières lourdes et puis aussi plus fluides, des imprimés difficiles à vivre pour un caméléon. Des couleurs vives, quelques rares pastelles, des pulls moulants, des cols roulés en polyester d’une autre génération, des couleurs toujours, des collants, ma mère adorait les collants et savait miser sur ses jambes. Des bottes, deux paires de cuissardes, des escarpins, peu de hauts talons ou alors avec des talons compensés assez lourds visuellement.

 

Mais toujours une couleur qui ressort, une volonté, une force, une signature au gré des pages, le rouge, la mini-jupe rouge en velours boutonnée devant, une version trapèze sur collant noir, une autre version en skaï peut-être avec une coupe très Courrèges. Des robes aussi, version trois trous, revenues à la mode des années après, je me vois dedans, ma fille, ma longue adolescente aussi. Etrange voyage entre la passé et le présent, entre les tendances qui changent, varient, se renouvèlent pour finalement emprunter des saveurs d’antan.  Trapèze ou droite, crayon ou plutôt corolle, patineuse ou longue, fluide ou un peu plus rigide, les matières et les couleurs adoptent les saisons et les années, leurs styles, le style de la mère, mon style, celui de ma fille, des liens invisibles s’immiscent sur nos silhouettes, s’amusent de pièces vintage ou de nouvelles créations pour nous immortaliser sur des photos, des polaroids, des cartes numériques. Images d’hier, d’aujourd’hui ou de demain, les souvenirs, les infimes traces que nous laissons derrière nous, les signes d’une filiation d’envie de mode, de vies, d’héritage.

 

Je suis émue, et ce week-end, je vais aller sur le net ou en boutique pour me trouver une nouvelle jupe rouge, un lien féminin insoluble malgré le temps.

 

Nylonement

 

Partager cet article

Repost0
21 février 2016 7 21 /02 /février /2016 18:31
Eternel débat

Le hasard des dîners entre amis, un repas copieux et chaleureux, bien au chaud avec cet hiver froid, tout le monde discute, refait le monde, oubliant les politiques et les scènes navrantes de notre société. Le bonheur ou les sujets propres à un tourbillon d'idées, une opposition ou une réelle complicité, avec quelques verres, des bonnes bouteilles, un dessert, des mots encore, des contextes, des pour et des contre, et au final des rires, avec toujours autant du respect. 

Surtout quand le groupe d'amis voit s'ajouter de nouvelles têtes, questionne sur vos études, votre job, vos passions, et que la maîtresse de maison lance au-dessus d'un canapé où s'entasse tout ce petit monde, dans le salon rempli de discussions diverses,  "Au fait, en dehors de son boulot, lui il est expert en bas nylon."

 

Vous pourrez être sûr de l'effet, même si débarquait au même instant un bus entier de pompom girls, l'effet est quasi immédiat sur l'assistance. Même le groupe de mecs en pleine folie sur les résultats des derniers matchs de foot, s'arrête, se tourne vers vous, estimant en quelques secondes votre potentiel. Ce type-là travaille dans la lingerie, quel chanceux ! Ce type est forcément homsexuel, même si il est arrivé avec une belle brune ? Ce type est un sorcier, limite vaudou pour connaître les détails dentelle et dessous de mini-jupe ? Ce type va me trouver le cadeau idéal pour la prochaine st valentin, ah zut la fête vient juste de passer ? Ce type travaille dans le porno, étonnant car il fait plutôt anodin ? Ce type n'est pas casanova, comment fait-il ? Ouais ce type connait les mensurations mais moi je connais les meilleurs pronostics pour le foot ! Leur discussion reprend, toujours aussi gorgée de testostérones, de bons mots et d'analyses précises des capacités physiques ou intellectuelles des joueurs.

 

Et moi, je regarde mon verre, les bulles de champagne, attendant la première vague de questions.

 

Ce sont bien sûr les femmes qui vont alors se rapprocher pour connaître ma face cachée. Car le sujet fait vite débat, attirant toutes les femmes, les jeunes, les trentenaires, les quadras, les quinquas, les autres aussi, les grandes et les petites, les blondes, les brunes, les rousses, les silver, les féministes autant que les féminines. Les plus discrètes comme les plus grandes gueules, je me dois alors de préciser leurs pensées, de casser les préjugés classiques. Car "les bas sont des vieux trucs", "pas pratiques", "vulgaires", "juste pour la st valentin", "d'un autre âge", "de mon enfance mais heureusement il y a les collants", "pour séduire les hommes", "sans confort", "de toute façon c'est pas pour moi".

Tant de belles phrases, souvent revisitées, souvent justifiées d'expériences (très courtes, un soir, à la va-vite), de rires ou de colère mesurée pour certaines féministes qui m'ajoutent alors le laïus de la domination masculine, des désirs machistes sur les pauvres femmes, je fais le dos rond, je justifie ma passion délicate, le hasard du nylon dans ma vie. Sagement je réponds, je souris, je demande à comprendre mon entourage, je valide certains inconforts passés.

 

Et puis chemin faisant, avec d'autres bulles de champagne, je justifie, je donne des exemples, je confirme que je n'en porte pas, mais ma compagne plus régulièrement. Interrogations, lingerie et bas nylon, passé et présent, les mots viennent et s'échangent. Les arguments aussi. Les points positifs apparaissent, se renforcent de belles adresses, actuelles ou vintage, de nouveau confort avec la lingerie néo-rétro. Quelques clics plus tard, sur une tablette, sur mes blogs, sur les autres blogs ou sites du net en relation avec le sujet, bas nylon et porte-jarretelles reprennent des reflets plus glamour, éternellement féminins. Je ne cherche pas à changer les femmes, juste à promouvoir une expérience personnelle, juste pour elle, pour leur quotidien, occasionnel ou régulier, avec cette sensation différente à fleur de peau.

Comme avec des talons plus hauts, c'est différent, et soudainement vous êtes une autre femme, vous appréhendez votre corps autrement.

 

Ma compagne, elle sourit de loin, puis revenue parmi elles, dans le groupe curieux. La maîtresse de maison propose un prochain atelier lingerie glamour et bas nylon, boîtes de rangement, voire même une séance avant-après pinup. De nombreuses approbations.

 

Et si certains préjugés s'envolent, je peux être rassurer, en posant la main sur sa jupe, sur cet endroit invisible, là juste au-dessus des doubles jarretelles, du revers soyeux.

 

 

Nylonement

 

 

Eternel débat

Partager cet article

Repost0
17 février 2016 3 17 /02 /février /2016 10:44
Douceur

Je  le savais tendu par un projet personnel, par d'autres pressions familiales, mais il restait digne, surtout endormi dans l'oreiller, la tête plongée au coeur de mon oreiller. Un réflexe quotidien pendant que je prenais ma douche, que je me maquillais, il bougeait juste un peu pour se coller dans mon parfum. 

 

 

Une première bouffée d'air empreint de mon odeur, de celle qui le faisait rêver depuis notre première rencontre, disait-il. Le moelleux du tissu, la tendresse de ses mains comme accrochées à mes courbes, je l'observais par reflet dans  le miroir, je l'aimais ainsi. Fragile, totalement dénudé, une fesse à l'air, une jambe nue en dehors de la couette, il était sans résistance, sans protection quand il était dans notre lit. Depuis des années, jamais il n'avait osé se donner intégralement à l'autre, pour ne pas souffrir de s'être dévoiler, avec son corps mais surtout intérieurement. Par étapes, au gré de notre amour grandissant, quand nos sentiments s'étaient affirmés avec une profonde vérité, il s'était ouvert, plutôt découvert, n'opposant plus de limites, de frontières ou de mots pour se donner infiniment. Ce lâcher prise était peut-être une preuve d'amour, mais surtout une quête de liberté commune. Rien ne pouvait nous atteindre quand nous étions là, nus, enlacés, en silence ou dans du tourbillon charnel intense, dans nos cris, nos larmes, nos joies, les câlins nous rendaient invincibles. Simplement notre bulle de sentiments, si forte.

 

 

Et chaque matin, malgré le temps qui aurait dévorer de sa routine certains couples, nous sortions en douceur de cette bulle pour affronter la vie, le quotidien bruyant de nos métiers. Il savourait encore un peu de moi, le nez dans ce nuage voluptueux. Je déposais un baiser sur son dos, délicatement pour passer de la réalité jusque dans ses rêves.

 

 

Nylonement

 

 

Partager cet article

Repost0
14 février 2016 7 14 /02 /février /2016 16:22
Les jarretelles font de la résistance !
Les jarretelles font de la résistance !

VINTAGE

Un des rares articles consacrés aux jarretelles et donc indirectement aux bas nylon, publié dans un magazine de taille nationale, Paris Match. Ce numéro 1301 est pourtant majoritairement consacré au président disparu, Georges POMPIDOU, mais quand vous lisez la page 95, vous pourrez sourire de ce plaidoyer en faveur des jarretelles. Car si le collant a imposé son statut d'accessoire indispensable sur les jambes, encore plus sous les mini-jupes d'après 1968, avec la mode des 70's, les bas font un léger retour.

 

Les marques proposent encore des bas, en quantité infinitésimale, au milieu du flot de collants, colorés ou chair (à forte tendance orangée) comme Chesterfield, toujours innovante tant dans ses produits que ses publicités.

 

Je vous laisse savourer les mots, qui semblent si actuels, pour promouvoir une résistance du voile fin, voire une révolution sur vos gambettes. (Version PDF à votre disposition par email gentleman.nylon@gmail.com)

 

 

 

Nylonement

 

Chesterfield publicité bas 1954

Chesterfield publicité bas 1954

Chesterfield publicité bas 1956

Chesterfield publicité bas 1956

Les jarretelles font de la résistance !
Les jarretelles font de la résistance !

Partager cet article

Repost0

NYLON-VOLUPTE ??

Languages Translation, Dear friends & readers, enter in our world of femininity during the week, with fashion pics, travel trhough words on women universe. But also each sunday, walk through actual and vintage stockings, intense symbol of Glamour !

 

Dans le labyrinthe de la Mode, des ambiances néo-rétro et du glamour toujours, je partage avec vous cette vision du chic et de cette élégance, parfois classique, parfois décalée, pour qu'ils deviennent Votre Mode, Votre Féminité. Mon regard suit vos silhouettes, au quotidien, dans la rue, dans un espace imaginaire et romancé, pour apprécier vos tenues, votre allure mais aussi vos accessoires, sacs à main et chapeaux, gants et bijoux, sur votre peau, sur vos jambes "le voile de Volupté". 

Car de vos choix, vous devez uniques, vous créez Votre Féminité, votre vie et le plaisir de voir et être vue !

Au-delà de vos Féminités, j'immisce avec discrétion dans votre jardin féminin et avec des recoins féministes, mais toujours avec mon regard discret. Parfois je narre vos vies, j'ajoute des humeurs, des doutes pour devenir les Portraits de Femmes.

Avec légèreté toujours, j'aime le Glamour !

 

Gentleman W 

Qui êtes vous ?  ou Qui est Gentleman W ? 

gentlemen-w-xs.jpg

 

 

Les Bas Nylon, une autre facette de ce blog, un symbole fort de la Féminité, le glamour à travers les photos, les tendances et les marques actuelles, avec leurs nouveaux modèles et leurs collections, les variations mais aussi vos retours sur la modeLes Bas Nylon sont ici le fil rouge entre les articles, la couture qui suit sur vos Féminités. (chaque DIMANCHE)

Musée vivant avec l'âge d'or 50-60, le Vintage, partageons les photos des pochettes et les souvenirs de modèles plus anciens, avec vos mots et vos visuels rétro

Vous avez des stocks de pochettes vintage, des photos associées, contactez-moi pour compléter le musée.

 

 

COPYRIGHTS

Les photos sont ici uniquement à titre non marchand comme l'ensemble de ce blog non-commercial, pour un référencement, en l'honneur des marques citées, pour un usage d'hommage à la Féminité. Si toutefois, j'oublie une référence (encore faudrait-il qu'elle apparaisse en récupérant cette image sur le net, sur Pinterest et ailleurs) ou je suscite un souci de droit à l'image ou aux copyrights, contactez-moi par email gentlemanw@nylon-volupte.com.

L'image sera retirée dès que vous nous préciserez laquelle. Merci.

 

Copyrights pour tous les articles de ce site. Si vous faites référence à un article, précisez le nom de ce blog avec son lien.

 

Recherche ???

Aimez + Aidez

 

Cancer, trop proche de nous.

Faites un sourire et soutenez l'autre !

Nous sommes tous acteurs de la santé de nos proches et de nos familles.

Cette maladie frappe le col de l'utérus, les seins, la thyroïde, la prostate, le plus couramment et ailleurs aussi !

Alors soutenez vos ami(e)s, vos parents, votre compagnon et votre compagne.

Image-0201

www.ligue-cancer.net

Aimez vous les uns et les autres

Image-0297

www.cancerdusein.org

 

 

Aimez-vous,

Protégez-vous !

Vivez !

ruban-rouge-sida.jpg

 

www.info-depression.fr

 

 

Articles Récents

  • Simplement
    Prendre un peu de temps dans un agenda bien rempli, Prendre ce temps de s'évader dans un livre avec une grande tasse de thé chaud à côté de soi, Prendre le temps de ne plus le compter, S'évader plusieurs heures loin de son téléphone, de ses fausses obligations...
  • Douceurs
    Le silence est parfois plus sage que les paroles. Voici des jours, des semaines, des mois déjà que je ne pose plus des mots ici, sans savoir réellement pourquoi, tout en pensant à ces milliers de pages écrites depuis plus de dix ans. Cette année ne pourra...
  • Reflet
    Un simple rayon de soleil, un plus malicieux que les milliards d'autres, parti de l'astre lumineux avec une vitesse folle, ayant parcouru des trillions de kilomètres pour venir se poser sur le bout de mes pieds, là sur la terrasse, pendant je me repose...
  • Bas nylon talon Demon - Demon heel for Nylon stockings
    Explorons ensemble l'univers délicat des bas nylon, en vous proposant aujourd'hui le premier article sur les finitions de talon. Car si les fines coutures soulignent vos pas, enveloppent de magie les mouvements de vos jambes sous vos robes, disparaissent...
  • Mirifique
    Les vitrines sont restées allumées, jour et nuit, pour nous rappeler que dans cette nouvelle prison, nous pouvions encore regarder derrière les vitres. Uniquement derrière cette frontière de verre. Les boutiques sont closes depuis des semaines, sans ce...

ORDRE de la JARRETELLE

Pour rendre hommage aux BAS NYLON, aux JARRETELLES, au Glamour, au symbole d'une féminité des années 50-60, aux instants de mode actuelle, mais aussi aux créateurs, aux fabricants (vintage et actuels) et plus encore aux Femmes, j'ai lancé l'initiative d'un "ORDRE DE LA JARRETELLE".

Nos objectifs sont de défendre la volupté du port des Bas Nylon, de promouvoir une image noble et saine auprès des médias, de défendre la finesse incomparable du véritable nylon, digne signature haut-de-gamme du glamour moderne, de créer une communauté d'ambassadrices autour de l'élégance au féminin, de publier des ouvrages (textes et photos) de référence sur le sujet.

 

Les statuts sont rédigés. Les critères d'entrée sont définis par une validation de la réelle motivation du port du bas nylon et de votre enthousiasme à  promouvoir cet art de vivre. Un entretien et/ou un lettre pour démontrer cette passion, tel sera la premièré étape avant un parrainnage.

Ordre de la Jarretelle : gentleman.nylon@gmail.com

Quelques articles sur le sujet :

Ordre-de-la-jarretelle-Acte-1

Ordre-de-le-jarretelle-Acte-2

Ordre-de-le-jarretelle-Acte-3

Ordre-de-la-Jarretelle-Acte-4

 

Bas-Nylon-mais-alors !

Bas Nylon, quel talon ?

Je-suis-alle-au-paradis des Bas Nylon

 

Site web uniquement accessible pour les membres.

 

Coups de Coeur

Logo-Menu-NylonMode.com-V3.2-xs.png
 
causette-34.jpg
 
 
 
 
 
 
Mes coups de coeur, ceux où je passe régulièrement sur leurs blogs, pour leurs contenus, leurs photos, leurs articles, leurs humeurs, leurs amours, leurs critiques. Inspiration passgère, amitié ou même coup de foudre, souvent un univers de mots, de douceurs et de libertés ...

martiennes.wordpress.com  justement féministes

bebarock.com juste pour les femmes !

cameline.org prodigieuse exploration mode du temps

bellesetbiendansvotrepeau conseils beauté

leblogdebetty.com mode et sourires 

dameskarlette voyageuse en images

thebrunette.fr incroyablement élégante

lheureuseimparfaite blog féminin et impertinent

le-blog-enfin-moi.com féminité, mode et sourires

leblogdelilou féminité au quotidien

fashionandcookies  fashionista 

valimero-fashion-addict.com modeuse la + souriante du net !

mindalicious.fr géniale modeuse

lesdemoizelles mode et futilité

estelleblogmode.com  mode souriante

pinup-doodles un coup de crayon d'une génie

folievintage.fr un lieu pétillant & glamour

blog.plafonddeverre.fr réalité féministe

...

citizencouture.com la mode online

misspandora.fr super-fée de mode

leblogdebigbeauty.com ronde et alors ?

modeuse.com j'aime depuis le début

garancedore.fr oui, encore elle

...

Et si vous n'êtes pas ici, c'est pas un désamour, plutôt un oubli, 

et la liste serait peu-être un peu longue (environ 200 sites de références)

mais je vous visite régulièrement, bises à toutes !