18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 05:38

Féminité, Egalité, Sensualité, Censuré !

 

Une question qui suit la ligne éditoriale de ce blog sur les féminités, écrit par une blogueuse, non un blogueur discret, caché derrière son clavier. Mais dois-je me censurer ?

 

Une censure auto-proclamée contre le mâle qui refoule en moi des envies de femmes plus sexy ?


Une censure pour montrer juste le politiquement correct des photos de mode et de la publicité ?

 

Une censure pour conserver ma vision de la femme, à la fois féministe et glamour ?

 

zuzanna-bijoch5.jpg

 

J'opterai plutôt pour la dernière solution, une voie difficile et chaotique au milieu des dizaines de blogs, de magazines français et internationaux que je feuillete. Ici et là, la publicité, les sujets des rédactions au féminin s'ajoutent sur ma liste de choix, mes envies sélectionnent, mon imagination sautille entre mes mots écrits à l'avance ou dans l'inspiration de dernière minute, en alliance directe ou indirecte avec des clichés.

 

Et cette série par exemple, pour la publication presse "25 Magazine", photographies de Catherine Servel, modèle Zuzanna Bijoch, styliste lingerie Catherine Newell-Hanson.

 

zuzanna-bijoch6.jpg

 

Oui j'ai censuré, car si le premier cliché m'avait attiré les yeux sur un retour des bas nylon dans la presse, entre deux pages lingeries, avec une belle pose. Ma surprise fût de taille en constatant les ébats et autres glissades de la suite, immontrables ici. Et pourtant !

 

Oui ceci va vers des yeux, des esprits au féminin, qui ici et là apercevront l'irrespect du corps féminin au nom de l'art, comme pour tant de publicités. Je n'y peux rien, sauf à user d'une coin de censure pour vous livrer le meilleur de leur féminité.

 

zuzanna-bijoch2.jpg

 

Bon lundi, je pars pour Bordeaux.

 

Bises

 

Nylonement

Partager cet article
Repost0
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 15:10

Et si il y a vingt ans, par pur souci de modernité, de rationnalisation économique, on avait arrêté, démantelé les dernières fées de fonte et d'acier, les dernières machines à tisser de véritables bas nylon.

 

cervin Xs

Bas FULLY FASHIONED CERVIN

Photos Gentleman W

 

 

Mais les connaissez-vous ?

 

D'un passé pas si lointain, il ne reste aujourd'hui que six de ces machines en activité dans le monde, sur notre petite planète bleue de la mode. Crées dans les années 40, perfectionnées durant la décennie 50 suivante, concurrencée dès la fin des années 60 par des tisseuses à collants, nos monstres n'ont pas eu d'essor industriel, d'investissements en recherche, et donc aucun développement. La dure loi de l'offre et de la demande, mais encore faut-il accompagner cette demande avec des publicités, pardon, des réclames de l'époque années 70 , totalement détournées vers le "collant miracle" de la mode. Nos machines sont restées comme figées dans leur jus, leur époque. Personne n'en voulait plus à la fin du siècle dernier, certaine ont fait le bonheur de ferailleurs, et parfois d'un musée, comme à Troyes. Elles devenaient encombrantes avec leur près de vingt mètres, leurs vingt tonnes, leurs systèmes électriques avec des lampes, sans électronique, sans pièces détachées, leur huile et leur carapace de dignes dinosaures.

 

cervin015

Métier READING dans l'atelier CERVIN - L'ARSOIE

 

Rien ne justifiait de stocker, et encore moins d'utiliser, ces engins qui demandent un réel savoir, plusieurs années de connaissances et d'apprentissage avant une totale maîtrise du caractère bruyant, plein de chaleur. Rien ne donnait raison et envie !

 

Mais une étincelle, plusieurs feux d'artifices et de fiers souvenirs dans l'imaginaire de quelques personnes, ont relancé le feu, celui du GLAMOUR !

 

Ce pétillant détail qui donne un bonus magique à votre féminité, entre vos talons et votre jupe, avec vos sublimes bas nylon.


 

De cette sueur industrielle, de ce passé incopiable avec les technologies actuelles, de ces processus ancestraux, dans l'ambiance chaude de la graisse mécanique, de très fins fils se mêlent, s'entremêlent, se tissent pour devenir un fin voile blanc. Plusieurs ouvrages s'accomplissent en parallèle dans une parfaite danse des cliquetis, des aiguilles, des bielles et des engrenages, pour obtenir au bout de quelques minutes, un morceau de fin nylon. Pas encore un bas, une forme plate, d'une opacité douce ou d'une presque transparence suivant les deniers choisis.

 

cervin019

Métier READING dans l'atelier CERVIN - L'ARSOIE

 

Là délicatement l'homme intervient pour déposer les jambes de nylon, des formes qui reproduisent à l'échelle des tailles de vos silhouettes, vos cuisses, vos mollets, vos chevilles et vos pieds. Le nylon n'étant pas extensible dans les trois dimensions, un peu plus sur la longueur de jambe, il est tissé pour épouser vos arrondis. Ainsi tranportés dans des bacs recouverts de coton, en vrac, les bas seront finis par des mains féminines, expertes de chaque nouvelle étape. 

 

cervin016

Métier READING dans l'atelier CERVIN - L'ARSOIE

 

Là ils seront vérifiés plusieurs fois, cousus pour avoir une couture bein droite au dos de la jambe, teintés, lavés, séchés, vérifiés encore, écartés si besoin, pliés d'un simple geste sûr, assemblés et emballés par paire. Vos bas nylon seront alors en route vers vous, vers voter boîte à froufrous. 

 

cervin011

 

Vos bas Nylon sont des oeuvres d'art, sauvés par des passionnés, fabriqués encore en France, par CERVIN, en Angleterre par GIO. Uniquement les véritables bas nylon, ceux avec une couture à l'ancienne, avec du vrai nylon (sans additif comme le lycra), avec ce toucher d'exception, cet oeillet rond dans le revers, si traditionnel, seuls ses bas nylon sont encore fabriqués à l'ancienne. Il y a eu d'autres machines ensuite, d'autres techniques, mais que des détournements de techniques, de rendus, d'imprimés (les fausses couture par exemple).

 

Vous portez, vous porterez un jour des clins d'oeil à une époque GLAMOUR , les années d'or vintage 50-60, et votre féminité resplendira comme une nouvelle Audrey Hepburn.

 

bas nylon beige poudre

Nouveau Bas Nylon CERVIN couleur blush

pour un effet poudré sur vos jambes

 

 

Nylonement

 

Prochainement (courant juillet) le blog Nylon-Volupté

verra de nouvelle rubriques apparaîtrent,

un référencement clarifié des articles sur la Féminité,

mais aussi sur le Musée virtuel du Bas Nylon

et de l'Ordre de la Jarretelle

 

 

Articles complémentaires

 

cervinleblog.com/article-cervin-donne-le-ton

nylon-volupte.com/article-je-suis-alle-au-paradis-1

nylon-volupte.com/article-je-suis-alle-au-paradis-2

nylon-volupte.com/article-je-suis-alle-au-paradis-3

 


Partager cet article
Repost0
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 09:57
Une terrasse de café, quartier Madeleine, un vendredi de printemps, un rare jour avec du soleil, sans nuages dans le ciel, presque bleu, je mange des brochettes d’une cuisine fusion, sans origine, sans destination, avec une salade. Et fidèle à mes mauvaises habitudes, je regarde la rue. Pas les camions de livraison, si nombreux à toute heure de la journée, ni même les bus, ou ce brouhaha chaotique de voitures, arrêtées, redémarrant dans une course bruyante. Je porte plutôt mon regard vers le large trottoir, vers cette foule toujours mouvante.

 

 

Habituel flot avec cette plage de macadam à la limite de l’océan de véhicules, avec son flux et son reflux de demoiselles, de jeunes et de moins jeunes, de touristes perdus, de femmes flânant juste pour la durée de leur pause vers les belles boutiques, quelques rares mâles soit en short et sac à dos, soit en costume et blackberry.

 

1651228 LOOKBOOK

Copyrights Kristina BAZAN

 

Robes, jupes, jean, mini-short et autres tenues, la mode est un grand chamarré de matières et de marques. Des bottines, des sandales, des ballerines, tiens une paire de pieds nus, des talons de toutes tailles, des tongs, des chaussures de randonnée, pour un treck parisien, des baskets et des santiags, d’autres chaussures, je contemple la variété incroyable de modèles.

 

Et quelques couacs ! Un effet secondaire des yeux d’un gentleman, probablement aussi un effet secondaire du schweppes. Car au milieu de toute cette agitation, certaines s’arrêtent, prenant des photos avec leur téléphone, repartent en parlant à leur caméra, agitant les bras, stoppant net devant un groupe de chinois encore plus pressé que les japonais passés il y a trois minutes. Il y a çà et là des choix de mode heureux, mais aussi malheureux, surprenants, improbables même.

 

Un duo de jeunes femmes en talons très hauts, l’une en tenue mode tendance, l’autre en combinaison de tee-shirt long et legging ultra-moulant aux couleurs du drapeau américain. Des talons fous aux pieds.

 

1735593 KRISTINA BAZAN

Copyrights Kristina BAZAN

 

Plus loin, une extraterrestre en body très échancré de dentelle noire, ne laissant rien oublié de son anatomie avantageuse, de ce soutien-gorge quasi inexistant, le tout glissé dans un jean taille très basse, fesses au vent. Toute la terrasse a suivi, le temps de son passage, cette figure, cette virgule dans les discussions.

 

Une autre jeune femme passe, avec un sac, maxi taille d’une marque célèbre, elle si petite, pourrait presque y dormir. Elle a choisi, mal choisi, une jupe maxi-format, terrible pour les jambes courtes, on dirait un modèle réduit de Barbie en robe princesse. Heureusement elle se cache derrière des lunettes, un modèle seventies avec de larges découpes en plastique vert.


Une autre tendance va aux quelques leggings et caleçons qui deviennent pantalon d’un jour. Parfois la tunique suit le bas du dos, couvre le début des cuisses, telle une jupe, parfois elle est plus courte. De même avec un pull long, les fesses apparaissent dans leur splendeur arrondie, mais toujours il faut se rappeler que la pénombre de votre chambre le matin, devient lumière en plein jour. Alors le caleçon en coton fin, ou plus encore le legging si élégant avec vos escarpins, libérant vos fines chevilles, celui-ci devient transparent en journée. Ainsi il m’a été donné en spectacle de braille, la lecture de plusieurs dentelles, shorty enveloppant ou minuscule string, en recto-verso, sous des leggings plus proche du collant, loin de l’opaque, même parfois du semi-opaque. Je rappellerai simplement que les collants, les leggings en voile ne sont pas des pantalons. Ou sinon demain venez directement en lingerie uniquement pour prendre un café avec vos collègues ;-)

 

4c80540b

 

Une dernière attire mon regard, pas uniquement le mien, celui de mes voisines BCBG. Elles commentent en dégustant leur café gourmand, plein de sucreries, superbe pirouette à la salade light avalée avant. Une belle créature aux cheveux dorés par le bout de soleil, dans le vent, un sac sur l’épaule, une robe couleur nude en guipure avec une coupe sobre. De belles hanches qui ondulent au gré des talons hauts, des babies vernis avec un anneau doré, elle approche, ses jambes semblent sans fin vers cette robe, un bronzage luxueux. Nos yeux restent figés quant à la longueur de la doublure satinée sous cette guipure, qui par définition est une dentelle  maxi format, avec des trous. Vision recto, un semblant de jupe en haut des cuisses, et quand nos regards suivent son verso, ils découvrent un string perdu entre deux rondeurs de chair parfaitement caramel bronzé. Petite explication pour une vue perçante, la doublure semble être restée sur sa taille, ne suivant pas le mouvement de sa silhouette et de cette robe évaporée.

 

J’ai payé, et en partant j’ai croisé une ravissante quinqua, dont le bronzage était impeccable sous ce soutien-gorge blanc en dentelle très fine, ornée de fleurs. Vous rigolez déjà de ce dessert improvisé pour un esthète gourmet, de ma propension à regarder un peu trop dans les décolletés. Eh bien non, son chemisier était ouvert non pas au deuxième bouton, celui de la sensualité qui offre une vue sur l’ombre de l’entre-seins, mais sur un quatrième bouton, qui flirtait plutôt avec une observation obligée de son nombril.

 

Vive les féminités , et quelques excentricités ou couacs.

 

Nylonement

Partager cet article
Repost0
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 12:36

Au cœur de ce beau quartier chic et vivant, elle assurait chaque jour le service de cette brasserie. Quarante ans de labeur, depuis si longtemps qu’elle avait oublié sa date d’embauche.

Adolescente, sans formation, elle était rentrée chez cet auvergnat, sans recommandation, mais juste avec un nom du cantal, un sourire, un décolleté si frais. Elle avait fait la plonge pendant trois ans, dormant au-dessus de la brasserie, au fond du couloir. Un coin à elle, loin de sa province, de son cantal, de cette famille où la belle-mère ne l’aimait pas, elle était partie, tournant le dos à une époque.

 

 zoom miranda

 

Puis chemin faisant, elle a pris les assiettes, gérée les commandes, en aidant le patron le soir. Un vieux qui rêvait du pays, qui lui parlait de montagnes, de sorties et de vaches. Le week-end elle pouvait manger chez lui, avec sa femme, la caissière, des plats mitonnés, de la tradition, des larmes parfois derrière une roue de Salers. Mais jamais elle n’était repartie, elle flânait dans Paris, dansait dans les bals, fréquentait sans conclure malgré des jambes aiguisées par des talons, des kilomètres de marche par semaine, des allers-retours vers la cuisine, la terrasse, à mettre en place, à servir, à ranger. Elle adorait ce métier harassant, qui dépassait les cinquante heures par semaine. Ce contact avec les clients, les habitués mais aussi les touristes, les VRP de passage, elle aimait parler, de tout et de rien, prendre des clichés dans sa mémoire pour servir encore plus sereinement les plus fidèles.

 

Elle avait vu les bougnats partir, les suivants investir, et demander plus pour changer tout et revenir aux habitudes de la brasserie, du café, à la tradition. Les années passaient, les décennies avec, elle bossait, affûtant ses jambes, sa petite jupe sur des hanches plus larges, le temps faisait son travail, mais son buste était toujours fier dans son chemisier blanc. Elle était la femme, la seule femme du lieu, au milieu des quelques serveurs, et des rares stagiaires, trop jeunes, trop peu motivés.

 

eva-mendes-1-1

 

Elle menait la salle, ordonnait en cuisine, couchait avec le chef depuis que ce jeune trentenaire avait craqué pour ses gambettes, sa maturité, sa force sensuelle. Il était inspiré à chaque saison pour les plats en fonction des fraîcheurs du marché, mais il était encore plus inspiré en la voyant virevolter entre les tables, lui glissant un bisou entre deux commandes, la tête entre deux portes. Sa silhouette semblait éternelle dans ce lieu, pour les jeunes devenus moins jeunes, pour les clients qui avait vu passer plusieurs patrons mais toujours leur « Dame de Zinc ». Un surnom donné par un poète de fond de bouteille, un ami désœuvré qui rangeait les tables le soir, en toute saison, mangeant gratis pour cela. Elle l’avait imposé, année après année.

 

Elle était cette femme qui aujourd’hui n’envisageait pas encore la retraite, mais avec un regard derrière elle, sur ses belles années dans ce lieu. Tant de souvenirs.

 

Nylonement

Partager cet article
Repost0

NYLON-VOLUPTE ??

Languages Translation, Dear friends & readers, enter in our world of femininity during the week, with fashion pics, travel trhough words on women universe. But also each sunday, walk through actual and vintage stockings, intense symbol of Glamour !

 

Dans le labyrinthe de la Mode, des ambiances néo-rétro et du glamour toujours, je partage avec vous cette vision du chic et de cette élégance, parfois classique, parfois décalée, pour qu'ils deviennent Votre Mode, Votre Féminité. Mon regard suit vos silhouettes, au quotidien, dans la rue, dans un espace imaginaire et romancé, pour apprécier vos tenues, votre allure mais aussi vos accessoires, sacs à main et chapeaux, gants et bijoux, sur votre peau, sur vos jambes "le voile de Volupté". 

Car de vos choix, vous devez uniques, vous créez Votre Féminité, votre vie et le plaisir de voir et être vue !

Au-delà de vos Féminités, j'immisce avec discrétion dans votre jardin féminin et avec des recoins féministes, mais toujours avec mon regard discret. Parfois je narre vos vies, j'ajoute des humeurs, des doutes pour devenir les Portraits de Femmes.

Avec légèreté toujours, j'aime le Glamour !

 

Gentleman W 

Qui êtes vous ?  ou Qui est Gentleman W ? 

gentlemen-w-xs.jpg

 

 

Les Bas Nylon, une autre facette de ce blog, un symbole fort de la Féminité, le glamour à travers les photos, les tendances et les marques actuelles, avec leurs nouveaux modèles et leurs collections, les variations mais aussi vos retours sur la modeLes Bas Nylon sont ici le fil rouge entre les articles, la couture qui suit sur vos Féminités. (chaque DIMANCHE)

Musée vivant avec l'âge d'or 50-60, le Vintage, partageons les photos des pochettes et les souvenirs de modèles plus anciens, avec vos mots et vos visuels rétro

Vous avez des stocks de pochettes vintage, des photos associées, contactez-moi pour compléter le musée.

 

 

COPYRIGHTS

Les photos sont ici uniquement à titre non marchand comme l'ensemble de ce blog non-commercial, pour un référencement, en l'honneur des marques citées, pour un usage d'hommage à la Féminité. Si toutefois, j'oublie une référence (encore faudrait-il qu'elle apparaisse en récupérant cette image sur le net, sur Pinterest et ailleurs) ou je suscite un souci de droit à l'image ou aux copyrights, contactez-moi par email gentlemanw@nylon-volupte.com.

L'image sera retirée dès que vous nous préciserez laquelle. Merci.

 

Copyrights pour tous les articles de ce site. Si vous faites référence à un article, précisez le nom de ce blog avec son lien.

 

Recherche ???

Aimez + Aidez

 

Cancer, trop proche de nous.

Faites un sourire et soutenez l'autre !

Nous sommes tous acteurs de la santé de nos proches et de nos familles.

Cette maladie frappe le col de l'utérus, les seins, la thyroïde, la prostate, le plus couramment et ailleurs aussi !

Alors soutenez vos ami(e)s, vos parents, votre compagnon et votre compagne.

Image-0201

www.ligue-cancer.net

Aimez vous les uns et les autres

Image-0297

www.cancerdusein.org

 

 

Aimez-vous,

Protégez-vous !

Vivez !

ruban-rouge-sida.jpg

 

www.info-depression.fr

 

 

Articles Récents

  • Bas nylon : NEBEL et son talon Flairette
    Au milieu des paires de bas nylon, dans le labyrinthe pas encore rangé des milliers de photos de pochettes, parfois une marque laisse trainer un fil léger. Je tire dessus, je regarde, j'explore les autres répertoires, les fichiers et les photos disponibles....
  • Bonnes Fêtes de Noël
    Ah cette belle année ! Quels mots pour la décrire ? J'ai si peu écrit d'ailleurs ici sur le blog, j'ai nourri ailleurs un manuscrit, j'ai lâché des mots dans des monologues qui ne trouvaient pas celle à qui je souhaitais parler. Pourtant des mots, des...
  • Et si la douceur était là
    Le ciel gris attend un rayon de soleil pour réchauffer son dos, pour lui céder un peu de place. Les oiseaux picorent les peaux de magrets accrochées à la branche, le chat reste là, perplexe derrière la vitre, bien au chaud, un regard vague vers eux. La...
  • Hiver serais-tu là ?
    Ce mois de décembre qui débute à peine, un pas de plus vers l'hiver, et déjà cette sensation molle mais bien présente qu'il sera trop long. Comme cette année d'ailleurs ! Pourquoi mettre douze mois dans un calendrier qui ne permet pas de savourer nos...
  • Simplement
    Prendre un peu de temps dans un agenda bien rempli, Prendre ce temps de s'évader dans un livre avec une grande tasse de thé chaud à côté de soi, Prendre le temps de ne plus le compter, S'évader plusieurs heures loin de son téléphone, de ses fausses obligations...

ORDRE de la JARRETELLE

Pour rendre hommage aux BAS NYLON, aux JARRETELLES, au Glamour, au symbole d'une féminité des années 50-60, aux instants de mode actuelle, mais aussi aux créateurs, aux fabricants (vintage et actuels) et plus encore aux Femmes, j'ai lancé l'initiative d'un "ORDRE DE LA JARRETELLE".

Nos objectifs sont de défendre la volupté du port des Bas Nylon, de promouvoir une image noble et saine auprès des médias, de défendre la finesse incomparable du véritable nylon, digne signature haut-de-gamme du glamour moderne, de créer une communauté d'ambassadrices autour de l'élégance au féminin, de publier des ouvrages (textes et photos) de référence sur le sujet.

 

Les statuts sont rédigés. Les critères d'entrée sont définis par une validation de la réelle motivation du port du bas nylon et de votre enthousiasme à  promouvoir cet art de vivre. Un entretien et/ou un lettre pour démontrer cette passion, tel sera la premièré étape avant un parrainnage.

Ordre de la Jarretelle : gentleman.nylon@gmail.com

Quelques articles sur le sujet :

Ordre-de-la-jarretelle-Acte-1

Ordre-de-le-jarretelle-Acte-2

Ordre-de-le-jarretelle-Acte-3

Ordre-de-la-Jarretelle-Acte-4

 

Bas-Nylon-mais-alors !

Bas Nylon, quel talon ?

Je-suis-alle-au-paradis des Bas Nylon

 

Site web uniquement accessible pour les membres.

 

Coups de Coeur

Logo-Menu-NylonMode.com-V3.2-xs.png
 
causette-34.jpg
 
 
 
 
 
 
Mes coups de coeur, ceux où je passe régulièrement sur leurs blogs, pour leurs contenus, leurs photos, leurs articles, leurs humeurs, leurs amours, leurs critiques. Inspiration passgère, amitié ou même coup de foudre, souvent un univers de mots, de douceurs et de libertés ...

martiennes.wordpress.com  justement féministes

bebarock.com juste pour les femmes !

cameline.org prodigieuse exploration mode du temps

bellesetbiendansvotrepeau conseils beauté

leblogdebetty.com mode et sourires 

dameskarlette voyageuse en images

thebrunette.fr incroyablement élégante

lheureuseimparfaite blog féminin et impertinent

le-blog-enfin-moi.com féminité, mode et sourires

leblogdelilou féminité au quotidien

fashionandcookies  fashionista 

valimero-fashion-addict.com modeuse la + souriante du net !

mindalicious.fr géniale modeuse

lesdemoizelles mode et futilité

estelleblogmode.com  mode souriante

pinup-doodles un coup de crayon d'une génie

folievintage.fr un lieu pétillant & glamour

blog.plafonddeverre.fr réalité féministe

...

citizencouture.com la mode online

misspandora.fr super-fée de mode

leblogdebigbeauty.com ronde et alors ?

modeuse.com j'aime depuis le début

garancedore.fr oui, encore elle

...

Et si vous n'êtes pas ici, c'est pas un désamour, plutôt un oubli, 

et la liste serait peu-être un peu longue (environ 200 sites de références)

mais je vous visite régulièrement, bises à toutes !