18 janvier 2013 5 18 /01 /janvier /2013 12:48

Rien de ne va plus, la neige tombe, emcombre, refroidit .... mais c'est l'hiver, c'est la saison.

 

Les esquimaux ont pris possession des trottoirs, le sel brûle nos bottes et nos chaussures, les pantalons sont unanimes, ils ont pris le pouvoir, le jean vient de faire un push intégriste, et total. Notre monde change, rien ne lui résiste, car il n'y aucun signe venant du ciel. Celui-ci rassure les gaulois, il ne tombera pas tout de suite sur leurs têtes, il reste blanc, glacé et parfois crachouille encore dans un accompagnement de vent, il neige.

 

334603447284654094_MqljiTc1_c.jpg

 

La mode esquimau prend toute son ampleur sur les places glissantes, où chacun retient son souffle après chaque pas sur les lieux dégelés avec de l'eau chaude puis totalement devenus miroirs de glace. Pirouette en grosses bottes,en grosses chaussettes, en manteaux longs et doudounes d'exploration polaire. Il fait froid.

 

8282890475_3de19ec8d9_b.jpg

 

Alors depuis l'amphithéâtre où je donne un cours aujourd'hui sur le modélisation des stratégies d'entreprise, je vois tout cela, je ferme les yeux, c'est la pause. Je rêve, oui j'ouvre la porte de rêves éveillés, celle qui habite à côté de moi, en moi, celle qui me permet de donner un ciel rose, avec une mode plus légère, plus d'été avec plus de soleil.

 

Femmes-2013-0031.JPG

Copyrights Jo'Style

 

Je ressens la chaleur, c'est bon.

Un rayon de soleil, échappé entre deux nuages me caresse le bras.

C'est l'hiver.

 

Nylonement

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 07:28

Le froid a pris le temps en otage. Ici devant cette église, sous un crachin mêlé de flocons de neige, nous t'attendons. C'est notre dernier hommage, notre dernière fois ensemble, car après tu deviendras poussières. Nous allons pensé à toi, à ce que tu fûs avant, avant aujourd'hui vivante, mais aussi avant cet oubli intérieur.

 

robe-de-bal-Mme-CARVEN-1951.jpg

 

Depuis plus de vingt ans, tu ne savais plus qui nous étions, nous tes enfants, tes petits-enfants, tes arrière-petits-enfants, tout cela et tant d'autres choses avait disparu. Tu avais un contact sporadique avec ton entourage avec ses infirmières si dévouées, si incroyables dans un mone ou chaque heure tu perdais tes repères. Humaine devenue un corps sans lecture, sans écriture, sans mémoire, sans souvenirs, sauf quelques moments de ton passé.

 

Celui-ci, nous l'avons vécu avec toi, une grand-mère toujours apprêtée, avec des jupes et des corsages froufroutant, tu avais un corps de femme, tu ne le voyais pas vieillir car tu étais si jeune, si vive, si dynamique, parfois même en décalage des autres avec ton énergie. Sur tes doigts, on voyais toujours ce louis d'or enchassé dans une bague, celle de ton premier mari, ton seul amour, ta jeunesse et des moments difficiles mais heureux dans tes yeux. Ah le fort des halles de la Villette, tu l'aimais tant, tu le voyais tous les jours, tu croquais son araignée, son aloyau, sa poire, ses morecaux de choix. Tu le draguais toujours malgré votre mariage, tu étais légère et vêtue de bas nylon, de dessous légers comme tes envies. L'amour, la féminité, les bijoux, les robes et les jupes, tu étais une éternelle sensuelle, toujours en quête de volupté.

 

tumblr_lhlufr4cNd1qfc5mvo1_500_large.jpg

 

Quand tu devins strandardiste pour les taxis parisiens, tu avais une voix de titie (oui avec un "e" pour sa fière féminité) parisienne. Arletty était presque un euphémisme de ta gouaille si vive des quartiers nord de la capitale. Tu donnais du coeur, pour nourrir tes mômes et pour aider les autres. Tu recevais des fleurs de tes amoureux, des tacots parisiens enflammés par ta seule voix, mais aussi par tes cuisses aperçues en passant à Ménilmontant te voir. Unique jusqu'à ta retraite, un peu loin de Paris dans l'Yonne avec ce Jean, amoureux gagnant, ronchonneur de première classe, un peu avare, mais toujours conquis par tes envolées.

 

Mais la fin, nous la connaissons, quand la maladie, celle qui ronge et ne dévore pas, qui vous enlève une vie, en effaçant les liens mais pas le corps, en croquant le mot famille, pour que tu ne nous reconnaisse plus. Tu ne nous avais pas tourné le dos, nous le savons.

 

tumblr_m4ne8keQuC1rqh5gio1_500.jpg

 

Oui, moi, je garde des souvenirs, des souvenirs peut-être un peu flous, un peu édulcorés par le temps, par mon enfance, par ce recul sur le temps, mais je te garde comme une grand-mère, une femme rayonnante, solaire même. Tu es partie. Toute entière cette fois, ton grand âge pouvait le justifier, tu nous manquais depuis près de vingt ans.

 

Tiens le soleil caresse ton dernier lit, il te sourit.

Belle Chouquette, on ne t'oubliera pas.

 

Nylonement

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 04:44

Sur une banquette de train de banlieue, en skaï orange devenue vintage avec le temps, sous les popotins de plusieurs générations, elle papotent.

L'une a conservé son bonnet de laine sur ses cheveux longs châtains, une laine prune, une écharpe, un snood peut-être, d'une couleur proche du bonnet mais avec des paillettes argentées, un pull vert de gris, une jupe en laine beige, un collant noir, des chausses en laine bordeaux qui sortent des bottes de cuir fauve, elle explique son week-end. Son sac repose sur son manteau, à côté d'elle.

Son amie, sa collègue peut-être, mais elles semblent proches, est vêtue d'une jupe droite en cuir, un collant opaque violet en harmonie avec son pull, sous un blouson court en cuir avec un col en fourrure. On ne peut oublier ses lèvres marquées d'un rose , presque fluo, volé à une starlette des années 80.

 

260434790921765644_l18CTwZr_c.jpg

 

 

La discussion va bon train. Les soldes, les petites courses, la soirée de samedi, le réveil de dimanche, le sport avorté avec la météo, enfin les hommes, et quelques jalousies de passage, tout est décrypté avec grand soin. Elles rient.

 

Je lis, juste à côté d'elle, je tente de lire mon féminin du lundi, désolé mais le journal l'Equipe n'est pas du tout ma tasse de thé. Et soudain les articles rejoignent leurs mots, les écrits se mélangent à leur réalité, leurs propos sur l'éternel sujet des poils.

 

15.JPG

 

Mon article, du moins celui que je lis, explique avec force et détails que des études sont menées pour comprendre les raisons des évolutions, mais aussi pour justifier certaines publicités, certaines photos de notre société actuelle. Sociologues, historiens, chercheurs et autres philosophes argumentent des choix et des évolutions des cultures à travers le temps, les époques depuis plusieurs millénaires, avec des extrêmes bien évidemment.

 

Ici, sur cette banquette en skaï, se sont assis des beatniks, avec leurs longs cheveux, leurs barbes et leurs lunettes roses, ils étaient heureux, les femmes portaient des robes en coton, léger. Elles vivaient le flower power, avec des poils sous les aisselles, des poils entre les jambes, libres de toute contrainte, le soutien-gorge brûlé quelques années avant. Les mots décrivaient en trois pages, les approches et les thèses de tout poil.

 

71.jpg

 

Elles étaient parties sur une copine allemande, présente samedi soir, venue avec un collant semi-opaque noir ligné, mais surtout avec une floppée de poil en dessous. Le dégoût se lit dans leur échange, les habitudes, puis les méthodes sont évoquées, reprises, tant pour le laser que la cire. Chaque endroit a droit à son commentaire, du confortable à l'intime, tout est déballé. Mais elles finissent en parlant de contraintes indispensables.

 

79.jpg

Copyrights Photos Mode The Tall Blonde

 

Un soyeux paradoxe aux pays des jambes féminines, voire féministes. Elles sonnent chaque argument, carillonent entre elles, justifiant par ceci ou cela. Je finis par croire qu'elles lisent mon article, le parallèle est trop fort.

Je tourne la page, vers les livres, les critiques, mon regard tombe de la page vers leurs jambes.

Avec un sourire intérieur, contraint mais indispensable.

 

Nylonement

 


Partager cet article
Repost0
15 janvier 2013 2 15 /01 /janvier /2013 06:53

Ma fille je dois te dire.

 

Nous avions décidé de faire les soldes ensemble, elle était venue avec une amie, pour que cette séquence shopping entre "filles" soit une journée de soleil. Il faisait froid, les soldes d'hiver, un manteau, un planning plus ou moins établi, et puis l'envie, ce plaisir de marcher ensemble, de traverser les rues, sans regarder, avec un large sourire vers les conducteurs, de croquer l'insouciance, de s'asseoir pour boire un café, un chocolat viennois. Nous en étions d'ailleurs là, sur cette terrasse chauffée, avec déjà quelques sacs à nos pieds.

 

520306563169434763_97JmYJ4c_c.jpg

 

"Maman je dois te dire". Ma fille parlait, elle était rayonnante, je ne la voyait que si peu, elle vivait en province, depuis ses études de droit, trop loin pour se voir plus souvent, d'autres enfants, une vie remplie, on se croisait une dizaine de fois dans l'année, on utilisait internet, les sms et les emails, et des heures au téléphone certains week-ends.

"Maman je dois te présenter Séverine, elle est mon amie, enfin ... ma petite amie. Enfin tu comprends." J'ai souri car j'avais compris depuis quelques années, pas de mâle ou de petit ami, juste des copines, trop de boulot, l'excuse, bref, j'avais fini par comprendre.

 

520306563169383541_4asF7hyb_c.jpg


"Je suis heureuse pour vous, je suis heureuse pour toi ma fille. C'est ... c'est ... formidable" je ne trouvais pas mes mots, non par un jugement et une fausse impression, ni par mensonge, j'étais simplement émue, oui profondément heureuse de leur bonheur, comme pour les petits couples avec mes fils. 

Elles se sont rapprochées, s'évitant malgré elles durant le shopping, je sentais les mains voulant se tenir, et puis réfléchissant. 

"L'année 2013 sera encore plus belle ainsi. Mesdemoiselles, je suis follement heureuse de cet amour, d'ailleurs depuis quand, allez dites moi tout, je suis maman et belle-maman." Nous papotèrent assez pour passer du petit déjeuner de matinée au déjeuner avec deux desserts et deux cafés. Elles se libérèrent, l'une et l'autre, amoureuses, joyeuses. 

"On voudrait se marier, mais à défaut, se pacser."

 

520306563169459385_2aEcMlyS_c.jpg


J'hurlais, oui, j'éclatais comme un bouchon de champagne, une fête, un mariage, entre deux amours, deux soleils devant moi. Elles étaient si belles, si éperdues l'une de l'autre, je voyais la femme, plus la jeune femme, encore moi la jeune fille, et surtout je ressentais son relâchement, cette sérénité, ce bien-être partagé. Elles riaient au diapason, en totale harmonie.

Nous avons parlé de tout, de rien, de leur vie, de leur appartement, une colocation que je comprenais mieux maintenant. Elles me parlèrent de leur joie, de leurs passions communes, un peu des parents de Séverine, au courant depuis quelques mois, plus rétifs au début, heureux eux aussi du bonheur de leur fille maintenant. 

Nous sommes reparties pour les soldes, entre boutiques de lingerie et de chaussures, nous avons fait un casse sur les bottes, elles sont très féminines, l'une et l'autre, deux beautés. On a ri, plus encore, on a parlé, elles étaient main dans la main.

 

520306563169383545_3viCyUZ0_c.jpg

 


"Ma fille je dois te dire, ta grand-mère quand tu l'a connue, toute petite. Elle vivait dans cette maisonde province, vers Tours, avec la Tante Agnès. Te rappelles-tu ?" Nous avons parlé de souvenirs, de repas dans le jardin cernée de mille iris, de ses deux grands-mères, de ses deux femmes âgées.

"Eh bien, ce n'était pas une tante, c'était sa petite amie, mais par convention ... enfin l'époque ... enfin tu comprends." Elles ont souri. La journée ne fût pas assez longue avant, après le dîner du soir pour discuter encore.

Mon mari, lui, il a baissé la tête, s'est levé en silence. Il a disparu, on a continué à parler, et quelques minutes après, il est revenu avec quatre flûtes, et du champagne. "Ma fille, Séverine, je suis heureux pour vous. Et si vous voulez vous marier, je vais commander d'autres bouteilles."

 

Cette vidéo m'a tiré des larmes de part sa beauté,

et l'amour qu'elles dégagent

 

Pour relire d'autres articles de la série

"Portraits de Femme" ici

 

Nylonement


Partager cet article
Repost0

NYLON-VOLUPTE ??

Languages Translation, Dear friends & readers, enter in our world of femininity during the week, with fashion pics, travel trhough words on women universe. But also each sunday, walk through actual and vintage stockings, intense symbol of Glamour !

 

Dans le labyrinthe de la Mode, des ambiances néo-rétro et du glamour toujours, je partage avec vous cette vision du chic et de cette élégance, parfois classique, parfois décalée, pour qu'ils deviennent Votre Mode, Votre Féminité. Mon regard suit vos silhouettes, au quotidien, dans la rue, dans un espace imaginaire et romancé, pour apprécier vos tenues, votre allure mais aussi vos accessoires, sacs à main et chapeaux, gants et bijoux, sur votre peau, sur vos jambes "le voile de Volupté". 

Car de vos choix, vous devez uniques, vous créez Votre Féminité, votre vie et le plaisir de voir et être vue !

Au-delà de vos Féminités, j'immisce avec discrétion dans votre jardin féminin et avec des recoins féministes, mais toujours avec mon regard discret. Parfois je narre vos vies, j'ajoute des humeurs, des doutes pour devenir les Portraits de Femmes.

Avec légèreté toujours, j'aime le Glamour !

 

Gentleman W 

Qui êtes vous ?  ou Qui est Gentleman W ? 

gentlemen-w-xs.jpg

 

 

Les Bas Nylon, une autre facette de ce blog, un symbole fort de la Féminité, le glamour à travers les photos, les tendances et les marques actuelles, avec leurs nouveaux modèles et leurs collections, les variations mais aussi vos retours sur la modeLes Bas Nylon sont ici le fil rouge entre les articles, la couture qui suit sur vos Féminités. (chaque DIMANCHE)

Musée vivant avec l'âge d'or 50-60, le Vintage, partageons les photos des pochettes et les souvenirs de modèles plus anciens, avec vos mots et vos visuels rétro

Vous avez des stocks de pochettes vintage, des photos associées, contactez-moi pour compléter le musée.

 

 

COPYRIGHTS

Les photos sont ici uniquement à titre non marchand comme l'ensemble de ce blog non-commercial, pour un référencement, en l'honneur des marques citées, pour un usage d'hommage à la Féminité. Si toutefois, j'oublie une référence (encore faudrait-il qu'elle apparaisse en récupérant cette image sur le net, sur Pinterest et ailleurs) ou je suscite un souci de droit à l'image ou aux copyrights, contactez-moi par email gentlemanw@nylon-volupte.com.

L'image sera retirée dès que vous nous préciserez laquelle. Merci.

 

Copyrights pour tous les articles de ce site. Si vous faites référence à un article, précisez le nom de ce blog avec son lien.

 

Recherche ???

Aimez + Aidez

 

Cancer, trop proche de nous.

Faites un sourire et soutenez l'autre !

Nous sommes tous acteurs de la santé de nos proches et de nos familles.

Cette maladie frappe le col de l'utérus, les seins, la thyroïde, la prostate, le plus couramment et ailleurs aussi !

Alors soutenez vos ami(e)s, vos parents, votre compagnon et votre compagne.

Image-0201

www.ligue-cancer.net

Aimez vous les uns et les autres

Image-0297

www.cancerdusein.org

 

 

Aimez-vous,

Protégez-vous !

Vivez !

ruban-rouge-sida.jpg

 

www.info-depression.fr

 

 

Articles Récents

  • Livre : Maigret à New-York - Simenon
    Cet été a été une saison de changements, car la vie ou plutôt le manque de vie a choisi de modifier les parcours des uns et des autres. La météo et la planète blessée ont ajouté des aléas de chaleur intense mais surtout une pénurie de pluie (celle-là...
  • Vagues
    Pris entre deux courants, un peu perdu sans vraiment être noyé, je regarde ce soleil auquel je ne crois plus pour sa lumière car mon chemin de coeur est ailleurs. Secoué par des vagues contraires, par les paradoxes d'une vie effilochée durant les derniers...
  • Continuer
    J'aime tant les mots, le sens des mots, les jeux avec eux, les phrases simples devenues aphorismes s'envolant avec mes pensées, les phrases longues car je n'ai pas du tout envie de retrouver mon souffle, gardant ainsi l'éveil de mes envies et de mes passions,...
  • Touches de couleurs
    Savourer ce Printemps, ce renouveau de la nature avec des fleurs et des couleurs dans mon jardin, voilà le leitmotiv que j'avais pris après deux années perdues, diluées dans le temps infini des doutes et des éloignements involontaires. Alors aujourd'hui...
  • Si loin des autres
    Comment peut-on croire, se convaincre durant toute une vie, d'être au-dessus des autres ? D'avoir même la prétention d'incarner l'entité quasi divine, la plus haute représentation d'une religion ? Comment peut-on être aussi loin des autres, en jetant...

ORDRE de la JARRETELLE

Pour rendre hommage aux BAS NYLON, aux JARRETELLES, au Glamour, au symbole d'une féminité des années 50-60, aux instants de mode actuelle, mais aussi aux créateurs, aux fabricants (vintage et actuels) et plus encore aux Femmes, j'ai lancé l'initiative d'un "ORDRE DE LA JARRETELLE".

Nos objectifs sont de défendre la volupté du port des Bas Nylon, de promouvoir une image noble et saine auprès des médias, de défendre la finesse incomparable du véritable nylon, digne signature haut-de-gamme du glamour moderne, de créer une communauté d'ambassadrices autour de l'élégance au féminin, de publier des ouvrages (textes et photos) de référence sur le sujet.

 

Les statuts sont rédigés. Les critères d'entrée sont définis par une validation de la réelle motivation du port du bas nylon et de votre enthousiasme à  promouvoir cet art de vivre. Un entretien et/ou un lettre pour démontrer cette passion, tel sera la premièré étape avant un parrainnage.

Ordre de la Jarretelle : gentleman.nylon@gmail.com

Quelques articles sur le sujet :

Ordre-de-la-jarretelle-Acte-1

Ordre-de-le-jarretelle-Acte-2

Ordre-de-le-jarretelle-Acte-3

Ordre-de-la-Jarretelle-Acte-4

 

Bas-Nylon-mais-alors !

Bas Nylon, quel talon ?

Je-suis-alle-au-paradis des Bas Nylon

 

Site web uniquement accessible pour les membres.

 

Coups de Coeur

Logo-Menu-NylonMode.com-V3.2-xs.png
 
causette-34.jpg
 
 
 
 
 
 
Mes coups de coeur, ceux où je passe régulièrement sur leurs blogs, pour leurs contenus, leurs photos, leurs articles, leurs humeurs, leurs amours, leurs critiques. Inspiration passgère, amitié ou même coup de foudre, souvent un univers de mots, de douceurs et de libertés ...

martiennes.wordpress.com  justement féministes

bebarock.com juste pour les femmes !

cameline.org prodigieuse exploration mode du temps

bellesetbiendansvotrepeau conseils beauté

leblogdebetty.com mode et sourires 

dameskarlette voyageuse en images

thebrunette.fr incroyablement élégante

lheureuseimparfaite blog féminin et impertinent

le-blog-enfin-moi.com féminité, mode et sourires

leblogdelilou féminité au quotidien

fashionandcookies  fashionista 

valimero-fashion-addict.com modeuse la + souriante du net !

mindalicious.fr géniale modeuse

lesdemoizelles mode et futilité

estelleblogmode.com  mode souriante

pinup-doodles un coup de crayon d'une génie

folievintage.fr un lieu pétillant & glamour

blog.plafonddeverre.fr réalité féministe

...

citizencouture.com la mode online

misspandora.fr super-fée de mode

leblogdebigbeauty.com ronde et alors ?

modeuse.com j'aime depuis le début

garancedore.fr oui, encore elle

...

Et si vous n'êtes pas ici, c'est pas un désamour, plutôt un oubli, 

et la liste serait peu-être un peu longue (environ 200 sites de références)

mais je vous visite régulièrement, bises à toutes !