12 septembre 2013 4 12 /09 /septembre /2013 05:58

Avoir ce contact visuel, c'est mon métier, c'est peut-être plus encore une passion, cet instant magique qui me pousse le matin à croquer la vie, plus encore, plus fort.

 

Voir et photographier, mon métier, mon obsession, non pas dans une recherche du beau, surtout pas du stéréotype, mais bien dans la nouveauté, dans l'excellence, dans le surprenant, dans ces premiers pas sur le trottoir, en se faufilant dans la foule, et là un visage, une chevelure de dos, une silhouette, une démarche.

 

Hier encore, je prenais mon journal, version papier sous le bras, six croissants dans un sac, mon jus de pamplemousse frais dans un thermos, notre petit déjeûner du jour, je cherchais la voiture de mon associé, habitude de covoiturage, économie de temps, d'argent, mais surtout renfort de convivialité avec toute l'équipe, chaque semaine, on change, l'un fait le taxi des autres.

J'attendais, un peu de circulation, la rentrée, une femme traverse la rue, en bottes, oui en cette fin d'été, mon regard la suit, elle passe entre deux bus, dynamique, une allure folle, ce plus qui attire l'oeil. Derrière un arbre, puis un abribus, elle avance finalement vers moi, la soixantaine conquérante, une féminité exquise, une femme qui assumait son tailleur, ses jambes fines, son maquillage, son sublime Kelly orange. Un visage lumineux.

 

356ece26a59560d830f967dc697d7627.jpg

 

Puis je suis monté dans la voiture, flânant comme d'habitude, contemplatif jamais rassasié, autour de moi, en croquant le croissant. Papotant avec mes complices habituels, rires et sombres histoires de nos vies, je regardais la rue, les voitures, les vitrines, avec un commentaire par-çi, par-là. Une jeune femme, juste des yeux, un voile fin bleu sur le visage, pour la pollution, pour ses convictions, je ne sais, elle est passé, son regard vert avec elle.

 

Un autre feu, une belle brune en tailleur pantalon, le soleil sur elle, une ombre à contre-jour, des cheveux longs, un téléphone à la main, elle court vers un absolu que je ne connais pas. Elle s'envole, part vers d'autres contrées. Un visage aperçu quelques secondes, mémorisé. Un gloss à lèvres orangé, une bonne idée pour l'été indien qui arrive. 

 

 

241224123762726027_15qgbrqZ_c.jpg

 

 

Plus loin, des travaux, le plaisir de nos politiques, pas pour les citoyens mais pour leur ré-élection proche, on dépense pour des rond-points inutiles, pour des travaux attendus ou non. Vitrines, tristesse de celles offrant de la lingerie dans des décors minimalistes, sans glamour, avec fadeur, on commente un peu plus, on se propose de les contacter avec les idées du studio. 

 

Elle attend le bus, un foulard sur la tête, un peu sixties, blonde comme elle. Personne ne trouve son prénom, on se lance un défi, oui, mais cette actrice, enfin tu sais, elle lui ressemble... mais le prénom, le nom, rien ne vient vers nous. Son regard est dans le vide, scrutant l'horizon des immeubles, à quoi pense-t-elle ? A ses enfants, à son bébé peut-être même ? A son mari, à son amant ? Nous ne saurons jamais, la circulation reprend, nous emporte.

 

9c5cb63d6db41925fc7a033a2e855bf2.jpg

 

 

Et puis là, notre quartier, un parking souterrain, le noir après la lumière, on rentre dans l'ascenseur, vite. Plus de croissant. Petite sonnette, l'étage s'annonce d'une voix chaude sortant de derrière les boutons. Notre studio de photos, de création, l'agence pour toutes et tous. Deux fauteuils, un canapé à l'accueil. Des bonjours à toute l'équipe.

 

Elle est là, hésite, se lève, je vais vers elle, un regard, ses yeux, son visage au naturel. Des tâches de rousseur, une moue, je suis conquis. Dans un anglais parfait, avec deux mots de français, elle sourit. La journée va être belle, car comme chaque jour, je peins, je module, je ré-interprète des corps et des visages, de la mode, des idées et des mots. On échange, elle se détend, la magie opère.

 

Les féminités illuminent de leur diversité nos vies. Ma vie.


 

4cf82a32e86d02746a198a43e371de63.jpg

 

La semaine en noir et blanc continue encore demain.

 

Nylonement

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 06:38

Aujourd'hui elle regarde par la fenêtre, le temps est à la pluie, une fin d'été qui embrasse déjà l'automne. Les gouttes sur cette vitre, le jardin, les meubles à l'intérieur, rien n'a changé depuis plus de trente ans. Il est rare, peut-être pas finalement quand on veillit, de voir des souvenirs vivants, présents du moins. Dans les générations nouvelles, on change de meubles, de vie, de mode, de mari. Mais quand on a atteint la soixantaine, la retraite, parfois et surtout pour les plus âgés, le temps s'arrête, on garde la nostalgie près de soi, par manque d'argent, surtout par une envie profonde, silencieuse de conserver cette vie si belle qui est derrière nous.

 

Papy était parti depuis plus de vingt cinq ans, le jardin était enretenu par un voisin et ami, un peu de causette, des gâteaux sur la terrasse, des légumes partagés par moitié entre retraités, et puis le plaisir de sa parler de tout, de rien. Les petits services, une présence pour Mamy.

 

1920s.jpg

 

Elle range les affaires, pas convaincue, mais c'est fini, elle est partie aussi. Personne ne viendra plus faire du tricot près de la cheminée, les bûches attendent, l'odeur de cette pièce ne semble pas avoir changé depuis trente ans. La pipe du papy est encore là, un souvenir de lui, des photos de la famille, des enfants, des petits-enfants, des arrière-petits-enfants, de tous. Les vivants et les morts, immortalisés ici à tous les âges, dans près d'un siècle de vie.

 

Le bahut du salon contient tout, des boîtes anciennes à gâteaux, ceux de son enfance, les liqueurs en bas, les assiettes du dimanche au centre. Elle sourit, elle pose les albums de photos, les liens de toute une vie. Avant on ne faisait pas des intagrams flous sur rien et surtout sur rien, on prenait la pause, on était raide, on attendait le flash ou le signe pour sortir de l'état figé. Il y a peu, mais elle voyage dans le temps.

 

9570217929938667_DEApdVgt_c.jpg

 

Années 20, 30, 40, 50, 60, les années de vie, d'enfance, d'adultes et de guerre, de souffrances et de nouveaux départs, elle suit le parcours, les petits mots notés par Mamy sous les clichés, des instants qu'elle n'avait jamais vu. Des têtes inconnues, un frère avant la guerre, plus ensuite, où est-il passé ? Là, d'autres photos jaunies, un grand-père usé, bouffi par l'alcool, casseur de pierre pour fabriquer des pavés pour les rues de Paris, puis pour le Sacré-coeur, la seule fois où il avait été à la Capitale. Un forçat du froid en hiver, du chaud en été, du caillou plus que dur. Il est là, souriant la casquette sur les genoux, l'oeil froid. Elle voit sa mère, les rues après la Libération, des instants de l'histoire qui parraissent si loin, pour d'autres même, et soudain la famille est là, toute entière et silencieuse. 

 

Les pages se tournent, elles défilent. Les évolutions, les mariages, les enfants, les photos couleurs, les jupes qui grandissent ou rapetissent suivant les années, les décennies. Les photos de classe. Tout est là. Véritables souvenirs de papier , et bien plus de morceaux choisis, d'une vie, de plusieurs vie, d'une famille.

 

286189751291197480_hflz4qAN_c.jpg

 

Une larme, des fantômes, la pluie sur la vitre coule doucement.

 

Nylonement

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 23:37

Les dernières heures sont troublantes, elles sont les derniers instants de ma courte pause vacances, les derniers rayons de soleil en ce début de septembre. Demain sera une autre vie. Je ne change pas de job, enfin un peu, je deviens la responsable de mon service. Après être rentrer ici une première fois comem simple stagiaire, jeune fille à tout faire, entre photocopieuse, rangements inutiles dans des bureaux anciens avec des pigistes jaloux et aux dents longues, des journalistes à l'égo surdimensionné pour les portes doubles du couloir.

 

J'ai vu, j'ai beaucoup appris, j'ai noté dans un coin de ma tête, oubliant les remarques machistes concernant mon derrière, et certaines mains malheureuses. J'avais besoin de ce petit boulot pour comprendre et compléter ma formation, et pour me nourrir.

 

6a23c2e9.jpg

 

Puis j'ai continué mes études, demandant des bourses, travaillant en plus de celles-ci, sortant finalement peu par manque de temps, d'argent un peu mais aussi d'envie tout simplement. Aucune jalousie face au bronzage de mes amies , ces années-là, plus sereines, plus libres, avec les parents qui payaient le studio, les sorties, voir même la voiture. Finalement, j'ai réussi,plutôt brillamment mon cursus, cela rassurait tout le monde, ma mère, mon beau-père, mes futurs employeurs. Un diplôme, un papier qui semblait futile car j'avais si peu d'expérience, mais tant de volonté. Le papier était le passe-partout pour rentrer dans une entreprise, j'ai pris la première, puis je suis partie, lasse et surtout conquérante pour revenir ici, dans les locaux. 

 

Pigiste économiste, un brin politique, un brin relations internationales, avec en plus un mastère de langue anglaise sur les mêmes sujets. J'ai profité d'une mutation à l'international, une création de poste, un côté sauvage, sans filet, en pionnière sur les cotinent américain pour ce magazine. J'ai donné tout mon temps, croisant un jour une belle aventure au passage, en mangeant si tardivement un burger dans un bar moche et froidoù tous les journalistes attendaient la fin de débats, attendaient sans savoir quand il fallait se réveiller, choper l'exclusivité avec qui. Nous étions deux parmi un groupe de cinquante humains mous, avachis devant leurs claviers et leurs téléphones.  

 

Finalement heureuse, le débat de ce jugement traîna deux jours de plus, une infinie longueur que je comblais dans ses bras, dans ses mots, avec sa bouche.

 

aline-weber-abrand1.jpg

 

Pourquoi, je pense à cela aujourd'hui après des vacances pleines de boulot en fait ? Peut-être un brin de nostalgie ? ce fû bon, ce fût court, ce fût très intense avec elle. Nous nous sommes aimées, j'ai compris ma différence alors dans ce pays étrange avec tant de communautés, de divisions et de respect affiché, de lois et de ségragations encore en cours. Je fus heureuse, pleinement sereine de cet amour-là. Vivant avec elle, partageant nos métiers mais dans des médias différents, dans deux pays, elle aux USA, moi en France via internet. 

 

Puis ils m'ont rappelé ici, demandant une évolution en rapport avec mon excellent travail. remplaçant au passage le vieux macho de mon passage de stagiaire, lui envoyant avec du retard la réponse dans mon discours d'arrivée, pour aussi son départ. La Femme prenait le poste convoité par les mâles en présence, historique changement car si peu de place sont données aux femmes dans les médias, dans les magazines, surtout proche des rédactions en chef, près des sous, proche des financiers mâles. Une fin d'hégémonie !

 

Ainsi depuis six mois, je suis en France, depuis quelques semaines je deviens la rédactrice en chef adjointe, sur les rails pour le prochaine étage de la fusée. La fondatrice du magazine m'a invitée à déjeûner, me regardant dans les yeux, me prenant la main, ma rassurant malgré mon calme absolu et ajoutant qu'elle sera encore là quand je prendrais la première place. J'ai souri. Nous avons discuté de tout, de vie, d'amour, de féminité, de causes perdues, de l'inégalité, de politique, de macro-économie, était-ce un test ?

 

 

562809284652448244_PTPxD4Rc_c.jpg

 

Demain, je serai dans mon nouveau bureau, celui dont j'ai vu chaque nuit les meubles dans mes rêves, la baie vitrée, les autres journalistes à proximité. Cela fait des heures que je pense à tout cela, que je ne dors pas, que je suis excitée par ce job.

 

J'ai même préparé ma tenue, un beau tailleur clair, une veste Chanel, mon cadeau personnel pour cette promotion.

 

Mais finalement c'est à elle que je pense. Elle me manque, je l'aime.

 

 

Nylonement

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 08:17

Une semaine de mode en Noir & Blanc !

 

Une semaine, parmi les autres semaines, celle de la rentrée, du rythme du café le matin, des bols de céréales pour les enfants, du maquillage, d'une brosse pour les cheveux rebelles, avec ou sans pince, puis un coup sur la tête des petits, des chaussures disparues, des cartables encore endormis. Tout cela tourne, comme le temps sur l'horloge, pour courir vers la voiture, des bises, des sourires vers les copines, des salutations en repartant vers le boulot, un nouveau job peut-être, une nouvelle saison.

 

Oui ce matin, le froid nous saisit, nous pique les jambes, sagement le collant revient dans nos têtes, le soleils era encore là nous conseille notre optimisme hérité de l'été, mais le parapluie ressort du coffre quand la pluie tombe déjà. Un bouchon, du temps de perdu, c'est ainsi, le télétravail est encore une hypothèse, une boîte à gants, des affaires d'été, des lunettes, des casquettes, des gâteaux et un legging oublié, ce sera mieux que rien.

 

Un coup d'oeil dans le rétroviseur, le temps de remettre du peu de rouge à lèvres. Une touche de couleur dans le fris de cette journée.

 

cora9.jpg

 

La mode du jour, un concentré de tout, de rien, de gilets, de jeans, de robes sous un premier manteau, de jupes d'été trop courtes pour le bureau, de sandales et de quelques bottines, l'intersaison montre l'indécision du dressing.

 

Une stagiaire, très modeuse, en cuir, comme si elle sortait d'une soirée, ou allait directement à un dîner en amoureux. Superbe, les yeux la suivent, elle sourit, le soleil pointe entre deux nuages.

 

 

tumblr_m8knnvh78q1qk0mqro1_500.jpg

 

 

Réunion, la première d'une liste, d'un agenda qui se remplit trop, qui ne laisse le temps pour réfléchir. Un groupe arrive, une constellation de hauts talons, une comète suivis de bijoux et de sacs à mains, les rédactrices, les assistantes, une porte s'ouvre, les voix montent entre téléphones et rappels à l'ordre, entre papotages et rentrée, les projets sont là, les têtes encore un peu ailleurs, sur la plage ou en terrasse.

 

 

37f8c15c42b217de7a1708229820a97d.jpg

 

 

 

Nylonement

 

 

 

Partager cet article
Repost0

NYLON-VOLUPTE ??

Languages Translation, Dear friends & readers, enter in our world of femininity during the week, with fashion pics, travel trhough words on women universe. But also each sunday, walk through actual and vintage stockings, intense symbol of Glamour !

 

Dans le labyrinthe de la Mode, des ambiances néo-rétro et du glamour toujours, je partage avec vous cette vision du chic et de cette élégance, parfois classique, parfois décalée, pour qu'ils deviennent Votre Mode, Votre Féminité. Mon regard suit vos silhouettes, au quotidien, dans la rue, dans un espace imaginaire et romancé, pour apprécier vos tenues, votre allure mais aussi vos accessoires, sacs à main et chapeaux, gants et bijoux, sur votre peau, sur vos jambes "le voile de Volupté". 

Car de vos choix, vous devez uniques, vous créez Votre Féminité, votre vie et le plaisir de voir et être vue !

Au-delà de vos Féminités, j'immisce avec discrétion dans votre jardin féminin et avec des recoins féministes, mais toujours avec mon regard discret. Parfois je narre vos vies, j'ajoute des humeurs, des doutes pour devenir les Portraits de Femmes.

Avec légèreté toujours, j'aime le Glamour !

 

Gentleman W 

Qui êtes vous ?  ou Qui est Gentleman W ? 

gentlemen-w-xs.jpg

 

 

Les Bas Nylon, une autre facette de ce blog, un symbole fort de la Féminité, le glamour à travers les photos, les tendances et les marques actuelles, avec leurs nouveaux modèles et leurs collections, les variations mais aussi vos retours sur la modeLes Bas Nylon sont ici le fil rouge entre les articles, la couture qui suit sur vos Féminités. (chaque DIMANCHE)

Musée vivant avec l'âge d'or 50-60, le Vintage, partageons les photos des pochettes et les souvenirs de modèles plus anciens, avec vos mots et vos visuels rétro

Vous avez des stocks de pochettes vintage, des photos associées, contactez-moi pour compléter le musée.

 

 

COPYRIGHTS

Les photos sont ici uniquement à titre non marchand comme l'ensemble de ce blog non-commercial, pour un référencement, en l'honneur des marques citées, pour un usage d'hommage à la Féminité. Si toutefois, j'oublie une référence (encore faudrait-il qu'elle apparaisse en récupérant cette image sur le net, sur Pinterest et ailleurs) ou je suscite un souci de droit à l'image ou aux copyrights, contactez-moi par email gentlemanw@nylon-volupte.com.

L'image sera retirée dès que vous nous préciserez laquelle. Merci.

 

Copyrights pour tous les articles de ce site. Si vous faites référence à un article, précisez le nom de ce blog avec son lien.

 

Recherche ???

Aimez + Aidez

 

Cancer, trop proche de nous.

Faites un sourire et soutenez l'autre !

Nous sommes tous acteurs de la santé de nos proches et de nos familles.

Cette maladie frappe le col de l'utérus, les seins, la thyroïde, la prostate, le plus couramment et ailleurs aussi !

Alors soutenez vos ami(e)s, vos parents, votre compagnon et votre compagne.

Image-0201

www.ligue-cancer.net

Aimez vous les uns et les autres

Image-0297

www.cancerdusein.org

 

 

Aimez-vous,

Protégez-vous !

Vivez !

ruban-rouge-sida.jpg

 

www.info-depression.fr

 

 

Articles Récents

  • Quel âge avons-nous ?
    Du rangement, j'en avais fait durant les derniers mois, retrouvant au passage ces vieux albums de photos que nous faisions avant. L'occasion de se replonger dans le passé, dans les souvenirs surtout, car en observant de plus près les photos, j'ouvrais...
  • Les jours sombres approchent
    Depuis des mois, il travaillait sans comprendre le sens réel des informations qu'il recevait, sans prendre le temps de voir le monde avancer. D'ailleurs durant des semaines, les gens avaient disparu de la ville, des rues et les journées avançaient sans...
  • Livre : 'Vivre avec nos morts' de Delphine Horvilleur
    Lecture de vacances, je vois déjà votre sourire au coin des lèvres, en relisant le titre du livre. Et pourtant j'ai dévoré ce livre en quelques heures, durant une journée de détente, entre canapé et fauteuil, regardant la pluie lécher les vitres, savourant...
  • Un baiser
    Respirer avant les prochains pas. Respirer en pensant à ce moment tant attendu, des heures de balade dans les limbes du net, avec ses impasses et ses mirages. Un, deux et même trois sites de rencontres, en même temps, pour meubler mes soirées après le...
  • Partir
    Sévader. S'échapper de ce monde où le grand président déconnecté de notre monde réel, prêche son savoir, ses diktats et sa vision unique dans un écran vide. Plus personne ne le regarde sauf les journalistes nourris de la Politique à toutes heures. Alors...

ORDRE de la JARRETELLE

Pour rendre hommage aux BAS NYLON, aux JARRETELLES, au Glamour, au symbole d'une féminité des années 50-60, aux instants de mode actuelle, mais aussi aux créateurs, aux fabricants (vintage et actuels) et plus encore aux Femmes, j'ai lancé l'initiative d'un "ORDRE DE LA JARRETELLE".

Nos objectifs sont de défendre la volupté du port des Bas Nylon, de promouvoir une image noble et saine auprès des médias, de défendre la finesse incomparable du véritable nylon, digne signature haut-de-gamme du glamour moderne, de créer une communauté d'ambassadrices autour de l'élégance au féminin, de publier des ouvrages (textes et photos) de référence sur le sujet.

 

Les statuts sont rédigés. Les critères d'entrée sont définis par une validation de la réelle motivation du port du bas nylon et de votre enthousiasme à  promouvoir cet art de vivre. Un entretien et/ou un lettre pour démontrer cette passion, tel sera la premièré étape avant un parrainnage.

Ordre de la Jarretelle : gentleman.nylon@gmail.com

Quelques articles sur le sujet :

Ordre-de-la-jarretelle-Acte-1

Ordre-de-le-jarretelle-Acte-2

Ordre-de-le-jarretelle-Acte-3

Ordre-de-la-Jarretelle-Acte-4

 

Bas-Nylon-mais-alors !

Bas Nylon, quel talon ?

Je-suis-alle-au-paradis des Bas Nylon

 

Site web uniquement accessible pour les membres.

 

Coups de Coeur

Logo-Menu-NylonMode.com-V3.2-xs.png
 
causette-34.jpg
 
 
 
 
 
 
Mes coups de coeur, ceux où je passe régulièrement sur leurs blogs, pour leurs contenus, leurs photos, leurs articles, leurs humeurs, leurs amours, leurs critiques. Inspiration passgère, amitié ou même coup de foudre, souvent un univers de mots, de douceurs et de libertés ...

martiennes.wordpress.com  justement féministes

bebarock.com juste pour les femmes !

cameline.org prodigieuse exploration mode du temps

bellesetbiendansvotrepeau conseils beauté

leblogdebetty.com mode et sourires 

dameskarlette voyageuse en images

thebrunette.fr incroyablement élégante

lheureuseimparfaite blog féminin et impertinent

le-blog-enfin-moi.com féminité, mode et sourires

leblogdelilou féminité au quotidien

fashionandcookies  fashionista 

valimero-fashion-addict.com modeuse la + souriante du net !

mindalicious.fr géniale modeuse

lesdemoizelles mode et futilité

estelleblogmode.com  mode souriante

pinup-doodles un coup de crayon d'une génie

folievintage.fr un lieu pétillant & glamour

blog.plafonddeverre.fr réalité féministe

...

citizencouture.com la mode online

misspandora.fr super-fée de mode

leblogdebigbeauty.com ronde et alors ?

modeuse.com j'aime depuis le début

garancedore.fr oui, encore elle

...

Et si vous n'êtes pas ici, c'est pas un désamour, plutôt un oubli, 

et la liste serait peu-être un peu longue (environ 200 sites de références)

mais je vous visite régulièrement, bises à toutes !