2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 11:51

Réveil difficile, nuit tout aussi rude, angoisses d'une vie qui jouent à saute-moutons, avec des double saltos arrière carpé, mais surtout des sauts périlleux épuisants. Une bonne douche, un manteau, direction le centre commercial pour dénicher les cadeaux de Noël. Plus vraiment des jouets, loin des playmobil des autres années, ils grandissent mes enfants.

 

800x1065xchantelle-lingerie-fall1.jpg.pagespeed.ic.z0UEgQlK.jpg

 

Calme du lundi matin dans les allées, des boutiques pleines de lumière, des vitrines de Noël qui s'embellissent de paillettes, de papiers brillants, de faux cadeaux plus ou moins réussis, et des idées de cadeaux.

 

Quelques plantes, deux bancs, une vieille personne apparemment un peu perdue, elle attend. des chariots passent, des retraités probablement à cette heure ou de jeunes adultes sans travail, la petite musique anime le lieu, des carillons de fête, un paradis artificiel de commerces. 

 

800x1065xchantelle-lingerie-fall6.jpg.pagespeed.ic.9-y5aayn.jpg

 

Des personnes, celles que l'on ne voit pas, dont votre regard ne garde aucun souvenir, aperçues, à peine vues, aucunement mémorisées. le flou volontaire non pas de vos yeux, mais de votre cerveau, elles passent. Puis soudain deux belles silhouettes.

 

Une brune aux cheveux longs, un sourire d'ange, un joli collier qui se perd sur le volume de sa voluptueuse poitrine enveloppée d'un pull noir à col roulé, une doudoune courte. Elle s'arrête devant la vitrine des bijoux, papote avec son amie, elles doivent choisir leurs rêves de Noël, remplir leur liste imaginaire. De vraies hanches, une ronde dirait certains, simplement un corps heureux et pleins de formes, une jupe noire, justement courte sur un collant opaque noir avec des motifs en sur-impression, des bottines vernies.

Bellissima, mon regard l'a aperçu, vu et contemplé, puis j'ai souri, une plénitude face à cette féminité élégante.

 

800x1065xchantelle-lingerie-fall4.jpg.pagespeed.ic.ofhWXxXn.jpg

 

 

800x1065xchantelle-lingerie-fall7.jpg.pagespeed.ic.nmcsOaQ8.jpg

 

Son amie, blonde presque châtain clair, une coupe avec un carré plongeant bien structuré, une taille fine sous une doudoune cintrée, pleine de couleurs. Des boucles d'oreilles qui dodelinent sur ses épaules, un sac à main rouge et uniquement des jambes dans un collant noir, longues, fines, élancées avec pour unique fin, des talons de ses bottines.

 

Deux femmes, deux trentenaires, deux copines heureuses qui picorent de vitrines en vitrines, manteaux, mannequins, accessoires de mode, chaussures, bijoux encore, lingerie. Elles s'amusent, entrent parfois mais ressortent les mains vides, glânant leurs plaisirs dans la complicité d'être ensemble. Différentes, simplement femmes, des femmes d'aujourd'hui.

 

 

Nylonement

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2013 7 01 /12 /décembre /2013 17:52

Juste des mots.

 

Et bien au-delà de ceux-ci, des émotions.

 

Oui, je laisse à cette foule de moutons, de gens pleins de préjugés, sans aucun sens du partage, sans aucune envie de tendre la main vers son prochain, je laisse le monde de l'indifférence, cet espace sans vie, sans regard mais gorgé de jalousie, d'ignorance ou de jugements peu altruistes.

 

Je rêve.

Je vis et je vivrais dans un univers où les journées ne seront pas toutes roses, ni toujours avec un ciel bleu, mais avec tant de clichés en noir et blanc, un peu de nostalgie avant de croire à la réalité d'une paix extérieure. Un atmosphère bien réel, mais délicat et serein. Une douceur devenue art de mode, art de vivre, joie de l'échange et lieu de rencontres entre les êtres, de tous âges, de rgards entre eux, avec des sourires. Un aperçu du paradis, non pas du tout, juste une vie, des vies, des femmes et des hommes, du respect, de l'élégance en plus, du bonheur très probablement.

 

316295_10150302732426783_480276966_n.jpg

 

Alors dans ce rêve éveillé, les jambes seront libres de choisir leurs modes, avec ou sans talons, avec ou sans jean, avec ou sans robe, avec ou sans bas nylon. Rien ne s'impose mais la féminité se signe souvent de jupes, de robes, de tuniques, quelques soient les âges et morphologies, chacune devrait, doit être libre de choisir ce qui recouvrira ses jambes.

 

Volonté de ne pas s'exhiber, mais bien de vivre avec sourire sa féminité, en portant de jolis escarpins ou des bottes, de porter ce voile là, si fin, si enveloppant, si caressant à fleur de peau, un reflet irisé de sensations.

 

Là sont les émotions dont je parlais, dont je parle, dont je parlerai sur ce bog, ailleurs aussi, entre amis et amies, entre passionnés de mode féminine.

 

 

562370_10150814177946783_1679152229_n.jpg

 

 

260371_10150202330121783_2545387_n.jpg

 

Comment ? Pourquoi ? Pour qui ? Tant de questions auxquelles j'ai tenter de donner plusieurs réponses car je crois que les sensations sont variables pour chacun, chacune d'entre nous. Or il est évident que le glamour devient paix intérieure, un pas vers un bien-être pour être un peu plus femme, pour soi, pour son amour, pour lui, pour elle.

 

Ce voile-là n'est pas un signe religieux, ni une provocation, il est un baiser déposé sur la cheville, une caresse sur le mollet, un reflet de plus sur le début de cuisse, et quand on connaît son secret, un tendre main qui aperçoit le revers, les attaches des jarretelles.

 

Non décidément, ce voile n'est qu'un accessoire de lingerie, de mode et de volupté.

Rien d'autre ... et tant d'émotions que je ne cesserai de mettre en mots.

 

248940_10150202328841783_7157053_n.jpg

 

Copyrights pour tous les clichés un ami Photographe

Génial amoureux des courbes, 

Respectueux artiste de la féminité.

 

 

 

 

nylonement

 

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 06:02

Etre une femme, et parfois sans aucune schizophrénie, vivre la vie de deux femmes.

 

Oui, je vois encore le regard souriant de cet homme croisé récemment à un mariage, nous parlions de tout, de rien, patientant sans nous connaître, en petits groupes, dans le jardin de la famille du marié. Des phrases banales, et puis soudain, un détail sur un arbuste, une anecdote, et mon voisin qui se trompe, volontairement ou non, sur la dénomination de cette plante. Je corrige, il sourit.

Sa curiosité revient vers moi, en cherchant à savoir si j'étais passionnée de jardins, ou finalement de botanique. Notre discussion part alors sur les pivoines, un amateur lui aussi. Les parfumées, les herbacées, les arbustives, les grandes familles, de chaque zone du monde, les croisements, il me pose des questions, et moi dans ma robe bleue nuit, impeccable, mes talons fins sur ce gazon fraîchement coupé, je lui décris les couleurs, les raretés des parcs français en particulier. Il est intrigué, mais la cérémonie commence. 

 

KTR_1483.JPG


Mariée si belle en robe blanche, je la regarde comme si elle était une princesse, j'adore les paillettes, les dentelles, les roses blanches dans sa coiffure, et cette légère voilette sur le visage. Départ éparpillé en voiture, mairie, église, soleil et pétales de rose avant les félicitations, les photos trop nombreuses, les hsytéries des uns, les oublis des autres, les deux belles-mères en quête de la perfection. Moi je regarde les robes, les sasc à main, les chapeaux, un foisonnement de beauté et de mode.

 

La variété de femmes, d'allures, certaines trop endimanchés, d'autres totalement perdues dans une tenue qui les boudinent, d'autres très altières, mais beaucoup simplement féminines soit en simplicité, soit en sophistication. Un beau festival de diversité, de couleurs, de longueurs, de coiffures, de perles et de bijoux. C'est l'été, le corps parle.

 

Les heures passent, la fin de journée, le vin d'honneur, le soir, le buffet, des tables dans un jardin, celui d'un manoir, une flûte de champagne qui vient vers moi et lui derrière. Il m'avoue être un peu perdu, ami de classe de la mariée, mais ne connaissant personne, à peine les parents, remariés depuis leur baccalauréat, les frères et soeurs, trop petits à l'époque. Je rigole car moi-aussi, je connais que peu ce petit monde, je suis le petit canard noir de la famille, cousine par mésalliance des familles recomposées du côté du marié. On rigole de ce détail, et j'explique pourquoi. 

 

Alors que tout ce petit monde vit à la ville, en petite bourgeoisie de commerces locaux, de début de statut de notables, je suis celle qui vit à la campagne. Oui je suis garde forestier, un choix personnel après des études de chercheuses en botanique, en développement des écosystèmes ruraux, je voulais vivre dans la forêt, je le fais chaque jour. Il se recule et me regarde. Des pieds à la tête.


1--1-.jpg

 

Plus exactement des talons de mes escarpins, bien hauts, en passant par mes jambes fines, ma robe bleue et sa fine ceinture, mon petit gilet sur les épaules, ma coiffure blonde en chignon. Il ne semble pas me croire, me charriant un peu, validant le bon choix du rouge à lèvres qui pourrait peut-être effrayer les renards ou les sangliers. Je me justifie, il me rassure, il a bien compris le sens de mes mots, la valeur de mes choix.

 

Nous nous installons à une des tables posées dans ce grand espace, des bougies et des lampes, des grands arbres, nous parlons poésie, fleurs, plantes et un peu de mon métier. Il s'amuse de ma tenue si élégante, si féminine, avec des mots très respectueux mais plus facilement relâchés avec les verres, les plats grapillés ensemble à ce buffet géant.

 

Les mariées passent, saluent et papotent avec chacun des invités, nous les embrassons, nous leurs souhaitons de belles années pleines de bonheur, de joie et d'enfants. J'ajoute aussi avec un beau jardin, et les rayons d'un soleil intérieur, eux, et extérieur. L'ambiance est chaleureuse.

 

0lpm.jpg

 

Mon interlocuteur revient avec des fruits frais, des framboises et des fraises des bois, nous les mangeons en continuant nos balades entre les oiseaux, les lieux magnifiques de nos régions, les forêts en particulier. Sans aucun équilibre nous bondissons aussi dans la mode. 


Il est surpris de me savoir en rangers et pantalon de toile durant mes journées, avant d'être rassuré de ma seconde vie en rentrant chez moi. J'adore autant les parfums des bruyères, le matin, dans la brume d'automne, entre les roux des feuilles mortes, les jaunes des autres arbustes, autant que j'aime les magazines féminins et mes soirées à commander des belles affaires chez ASOS ou NEW LOOK, ou pour commenter chez les blogueuses et modeuses. Il apprécie cette dualité, cette cendrillon cachée dans les bois.

 

Lyrisme, alcool, proximité, lui est un être d'internet, il quitte peu son écran, même si on le croit souvent dans une tour de verre, dans un quartier d'affaires alors qu'il travaille avec internet, d'un peu partout. Dans une maison, avec deux fenêtres donnant sur des arbres, un tilleul, des noisetiers, des chênes, la forêt lui aussi. Nous avons tous deux cette alchimie sans explication, avec la nature, par choix de vie, plus encore par essence de complicité avec le milieu ambiant. C'est un besoin.

 

final-eq-6.jpg

 

 

Moi qui venait pour profiter de la mode qui se regroupe les jours de fête, je croise un homme, un esthète de la mode. Pivoines arbustives, je vous regarderai différemment dès demain, en recensant les jeunes pousses d'une parcelle en pleine éco-rénovation, coupée mais laissée en friches pour étudier les changements, les implantations naturelles, les dégradations et les espèces de plantes qui reprennent le dessus. Charmante rencontre, nous nous sommes quittés sur un sourire, il m'a dit avoir été surpris par les deux femmes qui fusionnaient en moi, charmés par leurs intelligences mutuelles, celle du jour et de la nuit, par leurs envies de croquer la vie, en gourmandise de nature, en plaisir gourmet de la mode. 

 

Et avant de partir, de nous éloigner, il m'a demandé où se cachait la femme glamour le jour.

"Dans son rouge pour les lèvres, dans le vernis sous les gants."

 

Il a ri, puis m'a embrassé.


 

 

Nylonement

 

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 06:11

Prendre l'air du temps, ouvrir sa fenêtre, absorber le ciel en soi.

 

Un grand vide, un silence, une rupture, je ne sais pas où se trouvaient les frontières invisibles de mon couple, et un jour, cela devint la nuit. Un contraste fou, une lueur au fond d'un tunnel de médiocrité et de routine, un chemin, cabossé et cumulant l'ennui, que l'on suit sans connaître la fin, sans vouloir reculer. Mais peut-on refaire son passé ?

 

0000059323 20090803130928 large

 

Alors là devant moi, comme cet ami que j'avais vu se détruire, se décomposer, s'étioler avant de devenir transparent. Ce souvenir présent.  Et un jour, là entre amis, nous étions devant sa future ex devenue sa veuve. Il avait disparu de nos yeux, laissant des messages que l'on ne voulait peut-être pas voir. Là aussi des souvenirs, des moments communs de notre amitié, de notre passé. Pourquoi ce lien, cette image de lui ?

 

Maintenant, mon tunnel se renforçait de noirceur avec cette prise de conscience inexorable. Soudainement je croyais en une sortie, glaçante évidence, en un nouveau chemin, ailleurs, autrement. Avec de nouvelles bases !

 

 

1382895_742092102474105_1566389106_n.jpg


 

Là son sourire, une fois, puis une autre fois, et sans savoir un jour mes larmes à cet homme que je ne connaissais pas, mais dont la proximité me paraissait naturelle. J'étais tombée à la fois de mon piedestal d'épouse et de mère, ne comprenant plus pourquoi j'avais gâché plusieurs années de ma vie, ajoutant aussi que j'étais tombée amoureuse.

 

Lui, inconnu et son sourire.

 

Folle, moi, non, il avait pris cela avec un détachement digne d'un poête qui flâne dans la rue, en quête de mots, de belle inspiration. Avec son épaule et un mouchoir, il avait donné un renfort à mon écroulement, ne souhaitant pas me tenir, mais plutôt me contenir, et au final me rassurer sans rien me donner. Juste m'écouter, je me vidais, par strates entières, le premier domino tombant pour écrouler par dizaines, centaines, milliers les niveaux de convictions accumulées dans une vie de couple. Patatra ! un glissement de terrain intérieur, un fatras après l'ouragan, mais aussi de nouveaux espaces pour moi, enfin quelqu'un qui viendrait s'installer en moi, pour me dire de regarder devant, de choisir d'avancer vers une autre vie.

 

 

800x534xanine-bing-pictures2.jpg.pagespeed.ic.9zHqIl7hEn.jpg

 

L'aimer, je ne sais plus, ni comment, ni quand, ni même pourquoi, simplement un sourire, une sensibilité, une écoute, à moins que cela ne soit sa peau douce. Mais cet effondrement, après le tunnel, tout cela devenait évident, imprévu mais volontaire, j'oscillais vers le vide, j'avançais vers moi. 

 

Une femme, une nouvelle femme, un coeur palpitant mais blessé, blessé mais palpitant.

 

Une nouvelle vie.

 


 

Nylonement


Partager cet article
Repost0

NYLON-VOLUPTE ??

Languages Translation, Dear friends & readers, enter in our world of femininity during the week, with fashion pics, travel trhough words on women universe. But also each sunday, walk through actual and vintage stockings, intense symbol of Glamour !

 

Dans le labyrinthe de la Mode, des ambiances néo-rétro et du glamour toujours, je partage avec vous cette vision du chic et de cette élégance, parfois classique, parfois décalée, pour qu'ils deviennent Votre Mode, Votre Féminité. Mon regard suit vos silhouettes, au quotidien, dans la rue, dans un espace imaginaire et romancé, pour apprécier vos tenues, votre allure mais aussi vos accessoires, sacs à main et chapeaux, gants et bijoux, sur votre peau, sur vos jambes "le voile de Volupté". 

Car de vos choix, vous devez uniques, vous créez Votre Féminité, votre vie et le plaisir de voir et être vue !

Au-delà de vos Féminités, j'immisce avec discrétion dans votre jardin féminin et avec des recoins féministes, mais toujours avec mon regard discret. Parfois je narre vos vies, j'ajoute des humeurs, des doutes pour devenir les Portraits de Femmes.

Avec légèreté toujours, j'aime le Glamour !

 

Gentleman W 

Qui êtes vous ?  ou Qui est Gentleman W ? 

gentlemen-w-xs.jpg

 

 

Les Bas Nylon, une autre facette de ce blog, un symbole fort de la Féminité, le glamour à travers les photos, les tendances et les marques actuelles, avec leurs nouveaux modèles et leurs collections, les variations mais aussi vos retours sur la modeLes Bas Nylon sont ici le fil rouge entre les articles, la couture qui suit sur vos Féminités. (chaque DIMANCHE)

Musée vivant avec l'âge d'or 50-60, le Vintage, partageons les photos des pochettes et les souvenirs de modèles plus anciens, avec vos mots et vos visuels rétro

Vous avez des stocks de pochettes vintage, des photos associées, contactez-moi pour compléter le musée.

 

 

COPYRIGHTS

Les photos sont ici uniquement à titre non marchand comme l'ensemble de ce blog non-commercial, pour un référencement, en l'honneur des marques citées, pour un usage d'hommage à la Féminité. Si toutefois, j'oublie une référence (encore faudrait-il qu'elle apparaisse en récupérant cette image sur le net, sur Pinterest et ailleurs) ou je suscite un souci de droit à l'image ou aux copyrights, contactez-moi par email gentlemanw@nylon-volupte.com.

L'image sera retirée dès que vous nous préciserez laquelle. Merci.

 

Copyrights pour tous les articles de ce site. Si vous faites référence à un article, précisez le nom de ce blog avec son lien.

 

Recherche ???

Aimez + Aidez

 

Cancer, trop proche de nous.

Faites un sourire et soutenez l'autre !

Nous sommes tous acteurs de la santé de nos proches et de nos familles.

Cette maladie frappe le col de l'utérus, les seins, la thyroïde, la prostate, le plus couramment et ailleurs aussi !

Alors soutenez vos ami(e)s, vos parents, votre compagnon et votre compagne.

Image-0201

www.ligue-cancer.net

Aimez vous les uns et les autres

Image-0297

www.cancerdusein.org

 

 

Aimez-vous,

Protégez-vous !

Vivez !

ruban-rouge-sida.jpg

 

www.info-depression.fr

 

 

Articles Récents

  • Quel âge avons-nous ?
    Du rangement, j'en avais fait durant les derniers mois, retrouvant au passage ces vieux albums de photos que nous faisions avant. L'occasion de se replonger dans le passé, dans les souvenirs surtout, car en observant de plus près les photos, j'ouvrais...
  • Les jours sombres approchent
    Depuis des mois, il travaillait sans comprendre le sens réel des informations qu'il recevait, sans prendre le temps de voir le monde avancer. D'ailleurs durant des semaines, les gens avaient disparu de la ville, des rues et les journées avançaient sans...
  • Livre : 'Vivre avec nos morts' de Delphine Horvilleur
    Lecture de vacances, je vois déjà votre sourire au coin des lèvres, en relisant le titre du livre. Et pourtant j'ai dévoré ce livre en quelques heures, durant une journée de détente, entre canapé et fauteuil, regardant la pluie lécher les vitres, savourant...
  • Un baiser
    Respirer avant les prochains pas. Respirer en pensant à ce moment tant attendu, des heures de balade dans les limbes du net, avec ses impasses et ses mirages. Un, deux et même trois sites de rencontres, en même temps, pour meubler mes soirées après le...
  • Partir
    Sévader. S'échapper de ce monde où le grand président déconnecté de notre monde réel, prêche son savoir, ses diktats et sa vision unique dans un écran vide. Plus personne ne le regarde sauf les journalistes nourris de la Politique à toutes heures. Alors...

ORDRE de la JARRETELLE

Pour rendre hommage aux BAS NYLON, aux JARRETELLES, au Glamour, au symbole d'une féminité des années 50-60, aux instants de mode actuelle, mais aussi aux créateurs, aux fabricants (vintage et actuels) et plus encore aux Femmes, j'ai lancé l'initiative d'un "ORDRE DE LA JARRETELLE".

Nos objectifs sont de défendre la volupté du port des Bas Nylon, de promouvoir une image noble et saine auprès des médias, de défendre la finesse incomparable du véritable nylon, digne signature haut-de-gamme du glamour moderne, de créer une communauté d'ambassadrices autour de l'élégance au féminin, de publier des ouvrages (textes et photos) de référence sur le sujet.

 

Les statuts sont rédigés. Les critères d'entrée sont définis par une validation de la réelle motivation du port du bas nylon et de votre enthousiasme à  promouvoir cet art de vivre. Un entretien et/ou un lettre pour démontrer cette passion, tel sera la premièré étape avant un parrainnage.

Ordre de la Jarretelle : gentleman.nylon@gmail.com

Quelques articles sur le sujet :

Ordre-de-la-jarretelle-Acte-1

Ordre-de-le-jarretelle-Acte-2

Ordre-de-le-jarretelle-Acte-3

Ordre-de-la-Jarretelle-Acte-4

 

Bas-Nylon-mais-alors !

Bas Nylon, quel talon ?

Je-suis-alle-au-paradis des Bas Nylon

 

Site web uniquement accessible pour les membres.

 

Coups de Coeur

Logo-Menu-NylonMode.com-V3.2-xs.png
 
causette-34.jpg
 
 
 
 
 
 
Mes coups de coeur, ceux où je passe régulièrement sur leurs blogs, pour leurs contenus, leurs photos, leurs articles, leurs humeurs, leurs amours, leurs critiques. Inspiration passgère, amitié ou même coup de foudre, souvent un univers de mots, de douceurs et de libertés ...

martiennes.wordpress.com  justement féministes

bebarock.com juste pour les femmes !

cameline.org prodigieuse exploration mode du temps

bellesetbiendansvotrepeau conseils beauté

leblogdebetty.com mode et sourires 

dameskarlette voyageuse en images

thebrunette.fr incroyablement élégante

lheureuseimparfaite blog féminin et impertinent

le-blog-enfin-moi.com féminité, mode et sourires

leblogdelilou féminité au quotidien

fashionandcookies  fashionista 

valimero-fashion-addict.com modeuse la + souriante du net !

mindalicious.fr géniale modeuse

lesdemoizelles mode et futilité

estelleblogmode.com  mode souriante

pinup-doodles un coup de crayon d'une génie

folievintage.fr un lieu pétillant & glamour

blog.plafonddeverre.fr réalité féministe

...

citizencouture.com la mode online

misspandora.fr super-fée de mode

leblogdebigbeauty.com ronde et alors ?

modeuse.com j'aime depuis le début

garancedore.fr oui, encore elle

...

Et si vous n'êtes pas ici, c'est pas un désamour, plutôt un oubli, 

et la liste serait peu-être un peu longue (environ 200 sites de références)

mais je vous visite régulièrement, bises à toutes !