12 septembre 2014 5 12 /09 /septembre /2014 05:57

Mouchoir, je cherche dans le fatras de mon sac à main, avec discrétion, des mouchoirs. Indispensable dès maintenant en sentant l'émotion déjà me gagner face à cette scène vide. Les fauteuils se remplissent, les allées bruissent de discussions passionnées, entre parents et invités, entre professeurs et élèves. 

 

164370fb82e33f404b82fd470c21d283.jpg

 

Une audition, un presque concours, un moment de présentation de longues heures de travail, entre son instrument et elle, ma fille, je suis prise par l'intensité de tous les efforts qu'elle a accumulés depuis des mois. Un piano, seul sous la lumière, le parquet, la salle qui parle encore, soudain le noir, un début de silence, les derniers bruits, le silence absolu.

 

Le velours du fauteuil, mon compagnon à côté de moi, son beau-père devenu premier complice de son implication, aidant sans connaître la musique, mais la motivant chaque jour, chaque fois qu'elle se relâchait, n'y croyait plus. Sa main, ma main, serrées en attendant la présentation, un professeur vient expliquer le déroulement de la séance, il nous invite à rester silencieux durant les morceaux, mais enthousiastes ensuite. Il salue quelques personnes, encourage et lance la première personne, une jeune femme, toute frêle, des partitions à la main. Chopin, des mains souples qui brisent le silence, des notes enlevées avec aisance, des variations, de la délicatesse. Elle joue, puis s'arrête, se lève pour recevoir les premiers applaudissements, une tension qui s'efface avec cette première interprète.

 

0528d05c8ceadc16634451299e5ac36d-nb.jpg

 

 

1e44fc7e5ae40202dd1a4338674c4dc7.jpg

 

D'autres suivent, des adolescents, quelques adultes, des débutants, des quasi virtuoses, parfois très jeunes. Je l'attends, soudain c'est elle, concentrée. Son visage n'émet aucun signe de tension, elle est si passionnée, si heureuse dans la musique. Face au clavier, dans une routine naturelle, elle s'asseoit, positionne sa partition, pose ses mains, et là la magie opère. Ma première larme juste après la première note, intense en moi et pourtant un trémolo si doux, un Liszt soyeux, maintes fois entendu à la maison. Mais là, la dimension de la scène, le lieu, ma fille, son interprétation parfaite, sa rigueur, sa droiture, je suis émue, prise dans son jeu. Rien de compte, sauf ce bien-être qui m'enveloppe de sons mais plus encore me remplit d'émotions. Des années de travail, une passion nourrit depuis le plus jeune âge, avec des ruptures, des doutes, des retours plus tard vers ce clavier si exigeant mais aussi si émouvant. Elle et lui, ils s'expriment ensemble, devenant une échappée de volutes musicales, plus uniquement une vision de solfège, mais un sentiment communicant. Rien n'est plus beau, et je n'avais imaginer cette explosion, des larmes avec, des notes encore, et les dernières notes, celles que je connais. 

 

 

854e723191c861de6eb43ce1549bd1c1.jpg

 

 

Libérée, elle ralentit ses mains, sort de cette symbiose, s'extrait de l'instrument, se tourne vers la salle, debout, pour elle seule. Applaudissements, un enthousiasme de connaisseurs, et pour moi, le coeur qui bat si fort, celui d'une mère horriblement fière d'elle. Juste un regard flou, où est ce mouchoir ? Je pleure de joie, je reste sans voix, je la regarde, elle brille.

 

 

 

Nylonement

 

 

Repost 0
11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 05:24

Calme dans la maison, avec ce soleil qui entre vaillamment dans le salon, les volets ont dû rester ouverts. Surprise par tant de lumière, j'entre doucement, pieds nus sur le parquet, avec juste ma longue chemise de coton, un orange pastel, un confort d'automne, mon cocon qui a enveloppé ma nuit. Il est là, dans son coin, son capharnaüm de papiers, de livres, de crayons, d'idées et d'objets insolites. Il dort. Sur son bureau, épuisé par la nuit, par les heures, les touches sans limites qui ont saturées son ivresse de mots. Hier soir, il m'a embrassé, s'est levé, nous lisions ensemble dans notre lit, encore une bise, un signe d'amour. L'insipiration l'agitait, je m'étais endormie seule, connaissant ses gestes-là, ce cliquetis au loin sur le clavier.

 

 

800x533xthread-sence11.jpg.pagespeed.ic.pTUzTNFtKa.jpg


 

Dans le noir, il est venu là, il a probablement ouvert la fenêtre, laissant  les volets ouverts sur notre courte terrasse pour voir la nuit, la sentir présente, et pour apprécier le silence. Bien que celui-ci soit relatif, en fond sonore, presque peu audible avec les sons du jour, de l'extérieur, j'entends des sonates, le clavier subtil et les teintes endiablées de Glenn Gould. Ce cd tourne sans fin, une boucle qui signe en général la fin d'un texte, d'un roman. Pause. Je connais ce signe, je trouve sur le canapé, les pages imprimées, raturées, le manuscrit entier, sans titre, d'autres ratures en majuscules, il aime que nous en décidions ensemble. c'est le ruban commun pour entourer la fin d'un ouvrage. Tout semble là, entre version imprimée et complément manuscrite.

 

Il a écrit, donné ses dernières forces, poussant sa conclusion, accouchant des dernières phrases, vivant l'intensité de cette histoire d'amour, j'en avais lu quelques pages, celle d'un chapitre au hasard. Mystérieusement il les laisse traîner, attisant ma curiosité, attendant de savoir où il va, et si cela ne me plait pas, il faudra les réécrire. Patience face à cette critique, la mienne, sa première lectrice, sa muse aussi. Un rôle en plus de celle d'épouse, de maman, de femme, il me l'a dit un jour, car sans moi, il ne peut écrire, même si ils ne nous racontent pas. Mais je suis un point de repère dans les brumes de son inspiration, dans les envolées de nuit comme de jour, dans ses moments de doutes, dans ses moments forts et vamipiriques où les mots le sucent jusqu'à ne laisser que des mains crispées, inertes, sclérosées par l'effort. Mais sans les pages, sans cette imagination qu'il ne maîtrise, sans accomplir cet acte humain de donner vie à des histoires, il ne peut vivre. Il exorcise des douleurs intérieures ainsi, simplement, durement.

 

 

785x1200xkarlie-kloss-home1.jpg.pagespeed.ic.h2zphJvDp6.jpg

 

 

800x599xanais-mali-model5.jpg.pagespeed.ic.2gSwL7UYGM.jpg


 

Avec un thé, je m'enroule discrètement dans la couverture douce, je me love dans le canapé, et je lis. Première page, premiers mots, premiers pas dans son imaginaire, dans ce labyrinthe où il aime capturer tout de suite l'attention des yeux qui le veulent. Là, il me prend, plutôt me donne sa vérité, ce chemin avec une personne, peut-être son héroine, je lis, j'avance. Devant moi, il dort la tête sur un coussin, à côté de son clavier, une pose sans élégance, peu confortable car assis, mais c'est une de ses habitudes, la fatigue a pris totalement possession de lui. Ses rêves sont des espaces blancs, s'amuse-t-il à me dire, après cette course folle pour une conclusion, pour une fin. Il dort, et moi, je décortique son intrigue, ses personnages, l'intensité des mots, du style que je connais, que j'aime comme l'homme derrière, un privilège entre ce futur livre, lui et moi. Je le lis, je voyage en lui, sagement, je pose les pages, je note des fautes, je souris de ses étourderies, de ses redites, de ses tournures trop molles, de ses excentricités si fidèles à notre complicité. Je lis, chaque lettre, chaque mot, chaque paragraphe, chaque page, j'approche de la fin, le tas lu s'épaissit sur le coin de table. Je le dévore, sans limites moins non plus, les heures passent, je me remplis de lui, de ses mots, de son parfum, car son style est parallèle à son odeur. Il n'y a que lui, que moi, que nous, ses mots qui donnent un trait d'union de plus.

 

Sur le mot "fin", je pose la dernière page, le soleil a tourné, picore son bureau, bientôt sa tête affaissée sur le coussin, je prends ma tasse. Repue de littérature, je bois le thé fumé, une ponctuation. J'attends son retour auprès de moi, après cette apnée nocturne dans les grandes profondeurs des voyelles et des consonnes. 

 

 

800x546xeva-mendes-flare1.jpg

 

 

Nylonement

Repost 0
Rédigé par Gentleman W. - dans Féminité & Sensualité
commenter cet article
10 septembre 2014 3 10 /09 /septembre /2014 05:26

J'avais mis ma petite robe noire, une nouvelle, un peu drapée sur les hanches, avec un collier moderne, entre fils et perles de couleurs, mes cheveux libres et coiffés. Une amie m'invitait dans sa nouvelle colocation, un superbe appartement avec terrasse sur les toits, une centaine de mètres carré partagé avec deux autres femmes. Une soirée pour mélanger les amis, de nouvelles rencontres m'avait-elle promis, mais avec un thème un peu chic "ladies and gentlemen". Le beau quartier appelait cette élégance.

 

271156_338869486205104_220350678_n.jpg

 

En sortant du taxi, j'avais troqué mes ballerines pour des hauts talons, prévoyante mais aussi féminine, mon grand sac à main me permettrait d'être toujours en plein confort, le bouquet de fleurs dans l'autre main. Ascenseur à grille au centre d'une escalier large haussmannien, je me serrai avec un couple lui en costume gris, triste comme un financier voyant dégringolé la bourse, et elle en tailleur gris, aussi triste mis à part son sac de marque exhibé.

Dernier étage, de la musique, contrastant avec le silence monacal des précédents, ils sortent, mais heureusement ils ouvrent leur porte opposée à mon chemin, les grincheux ne me suivent pas. Sonnette, attente, sonnette, et enfin une ravissante blonde, un robe bleue, une embrassade joviale avec elle que je ne connais pas, une foule dans le salon ouvert. Je pose mon trench, dans la chambre de mon amie, retrouvée dans la cuisine, entre tapas et champagne, elle me libère aussi des fleurs, de mon sac, et m'entraîne.

 

 

426286_347300125362040_785994987_n.jpg

 

Des lumières colorées sur les longs murs blancs, des moulures au plafond, des canapés larges, un lounge bar ou leur salon, j'hésite, bel espace en tout cas. Je pioche dans les bouchées apéritives, je la suis, vers la terrasse. Elle me présente à des personnes différentes, dont je ne retiens même pas les prénoms, artistes, consultants, copines, collègues, des gens avec d'autres gens. La nuit est là, la chaleur aussi, je retrouve d'une autre relation, déjà vue, je ne sais plus où.

On boit, on discute du lieu, de tout, de rien avec la musique pour les silences. On en arrive aux compliments pour mes talons, une question sur la marque, j'hésite entre la copie d'une marque connue, so chic, et une simple affaire faite entre deux pauses déjeuners, je ne sais plus, pour éviter de mentir, mais c'est vrai ils en jettent mes escarpins. Double brides, paillettes, et talons fins, belle cambrure, on parle des autres chaussures accessibles devant nous, dont une paire magnifiques, au bout de jambes interminables. On rigole de cette robe si courte, si moulante sur la caricaturale blonde à forte poitrine, elle semble attendre avec sa flûte, entre deux pots de fleurs, une bimbo sur un toit. Alcool aidant, on sympathise en cherchant d'autres belles créations, en repassant sur la blonde au passage pour persiffler encore un peu. On se rassure sur nos petites robes noires plus classiques, plus sobres, plus longues malgré tout, moins tapageuses. On disserte sur la féminité, la sensualité et le vulgaire, le regard des hommes aussi.

 

 

1044834_479330872141558_598251475_n.jpg


 

Et là surprise, j'ai failli renversé mon verre sur ma robe, un homme se dirige vers la blonde, toujours aussi caricaturale dans ses poses. Je le connais, même très bien. C'est mon ex. Lui, le type le plus coincé du monde, un brin geek, concerné par son boulot la semaine, et son boulot le week-end, que j'ai quitté en renonçant de le surprendre même en passant en nuisette, porte-jarretelles et bas noirs devant son clavier. Jamais le temps ! Lui, il est là avec cette pétasse moulé comme une barbie de trottoir, une pamela étouffé par ses nichons sur-gonflés. J'hallucine, la personne avec moi, me demande pourquoi mes yeux sont si ronds, si ce sont les bulles du champagne rosé. Non, juste ce con avec cette ***** blonde. 

 

Je bois ma flûte, je ne réponds pas, j'attrape un seau de glace, je retire les deux bouteilles, je me dirige vers lui, lui tape sur l'épaule. "Toi" et "ici" seront les deux seuls mots qu'il aura dit. Je lui offre un défi en version express, de l'eau et de la glace, de quoi lui rafraîchir les idées, de calmer la chaleur des poumons de la robe minimaliste toute proche et aussi mouillée. 

"Tu as gagné, maintenant fais un don."

 

 

019ffc47721205101ef43c0a6c8a303a.jpg


 

Un froid dans la soirée, puis une immense rigolade, tout le monde applaudit. J'en profite pour filer, avec mes ballerines dans l'escalier, mon trench pour cacher l'eau qui m'a ruiné mes bas et une partie de ma robe. Quelle douche froide !

Je ne suis pas sure d'avoir à mémoriser l'adresse, pas sure de revenir ici, invitée ou non.

 

 

 

 

Nylonement


Repost 0
Rédigé par Gentleman W. - dans Féminité & Sensualité
commenter cet article
9 septembre 2014 2 09 /09 /septembre /2014 05:02

Comment croiser nos habitudes liées aux saisons, nos réflexes face à la météo et surtout ses aléas et notre dressing ?

 

408ed63971d082aa960fad0b21580ce4.jpg

 

Un coup d'oeil par la fenêtre, à peine réveillée, la tête entre les rêves et le parfum de notre amoureux encore endormi, vus apprécier avec difficulté ce temps de septembre. Gris dehors, le jour pointe son nez, la fraîcheur est là, va-t-elle devenir permanente ? Un coup d'oeil à vos chaussures dans l'entrée, vos étagères qui débordent, en allant vers la cuisine, bottes ou ballerines, escarpins ou simples sandales, vous ne savez plus exactement.

 

Café ou thé, quelques tartines de pain grillé, une odeur douce, un peu de confitures, un yaourt , non, ce fromage frais et crémeux avec des petits bouts de pommes caramélisées, votre corps se réveille avec le goût, un petit bonheur. Des pas, c'est lui qui va directement vers la douche, le bruit de l'eau. Le jour pousse un rayon de soleil vers votre tabouret, vous vous frottez à lui. L'esprit rassasié, vous évoluez de nouveau vers la salle de bain, vers la chambre, pour préparer votre petit top en coton, pas trop épais, juste moulant, libérant vos épaules, idéal avec cette jupe mi-longue, fluide.

 

8213483934_98ec9152b3_b.jpg

 

 

37658665988e3cb96c1fab35e6626145-copie-1.jpg

 

Douche, maquillage, détente un peu, mais le temps file, des bisous en passant, il est déjà habillé, prêt à partir vers son univers de travail, il passe sa main sur votre dos, sur vos fesses, vous reculez, vous revenez vers lui, un doux jeu complice. La mode, elle vous habille encore aujourd''hui, simplement avec en plus ce bracelet multiple, ses ballerines bicolores.

 

Un miroir, vous, lui derrière devant son clavier, vous avec votre brosse, quelques coups pour lisser les pointes, mais aussi pour laisser libre votre coiffure. Une touche de rouge à lèvres, votre touche personnelle, toujours raccord avec vos ongles vernis. Un sousire, et là étrangement son regard vers vous, discret, il vous regarde. Il vous aime.

 

 

8ac77945501bc5e9bbb3d939d7a95447.jpg


 

Votre sac à main, des bisous encore, votre téléphone, une hésitation pour ce trench ourt ou ce gilet fin, fait-il encore assez froid ? fera-t-il chaud ? La journée commence.

 

 

Nylonement

 


Repost 0
Rédigé par Gentleman W. - dans Femmes - vous
commenter cet article

NYLON-VOLUPTE ??

Languages Translation, Dear friends & readers, enter in our world of femininity during the week, with fashion pics, travel trhough words on women universe. But also each sunday, walk through actual and vintage stockings, intense symbol of Glamour !

 

Dans le labyrinthe de la Mode, des ambiances néo-rétro et du glamour toujours, je partage avec vous cette vision du chic et de cette élégance, parfois classique, parfois décalée, pour qu'ils deviennent Votre Mode, Votre Féminité. Mon regard suit vos silhouettes, au quotidien, dans la rue, dans un espace imaginaire et romancé, pour apprécier vos tenues, votre allure mais aussi vos accessoires, sacs à main et chapeaux, gants et bijoux, sur votre peau, sur vos jambes "le voile de Volupté". 

Car de vos choix, vous devez uniques, vous créez Votre Féminité, votre vie et le plaisir de voir et être vue !

Au-delà de vos Féminités, j'immisce avec discrétion dans votre jardin féminin et avec des recoins féministes, mais toujours avec mon regard discret. Parfois je narre vos vies, j'ajoute des humeurs, des doutes pour devenir les Portraits de Femmes.

Avec légèreté toujours, j'aime le Glamour !

 

Gentleman W 

Qui êtes vous ?  ou Qui est Gentleman W ? 

gentlemen-w-xs.jpg

 

 

Les Bas Nylon, une autre facette de ce blog, un symbole fort de la Féminité, le glamour à travers les photos, les tendances et les marques actuelles, avec leurs nouveaux modèles et leurs collections, les variations mais aussi vos retours sur la modeLes Bas Nylon sont ici le fil rouge entre les articles, la couture qui suit sur vos Féminités. (chaque DIMANCHE)

Musée vivant avec l'âge d'or 50-60, le Vintage, partageons les photos des pochettes et les souvenirs de modèles plus anciens, avec vos mots et vos visuels rétro

Vous avez des stocks de pochettes vintage, des photos associées, contactez-moi pour compléter le musée.

 

 

COPYRIGHTS

Les photos sont ici uniquement à titre non marchand comme l'ensemble de ce blog non-commercial, pour un référencement, en l'honneur des marques citées, pour un usage d'hommage à la Féminité. Si toutefois, j'oublie une référence (encore faudrait-il qu'elle apparaisse en récupérant cette image sur le net, sur Pinterest et ailleurs) ou je suscite un souci de droit à l'image ou aux copyrights, contactez-moi par email gentlemanw@nylon-volupte.com.

L'image sera retirée dès que vous nous préciserez laquelle. Merci.

 

Copyrights pour tous les articles de ce site. Si vous faites référence à un article, précisez le nom de ce blog avec son lien.

 

Recherche ???

Aimez + Aidez

 

Cancer, trop proche de nous.

Faites un sourire et soutenez l'autre !

Nous sommes tous acteurs de la santé de nos proches et de nos familles.

Cette maladie frappe le col de l'utérus, les seins, la thyroïde, la prostate, le plus couramment et ailleurs aussi !

Alors soutenez vos ami(e)s, vos parents, votre compagnon et votre compagne.

Image-0201

www.ligue-cancer.net

Aimez vous les uns et les autres

Image-0297

www.cancerdusein.org

 

 

Aimez-vous,

Protégez-vous !

Vivez !

ruban-rouge-sida.jpg

 

www.info-depression.fr

 

 

Articles Récents

  • Passion aveugle
    L'amour des bas nylon ? Non, ce n'est pas une obsession quotidienne, juste un fil pour poser des mots dessus, le tout afin de jouer des angles de vue, des éclairages pour autant de figures de styles dans autant d'articles sur le voile de nylon. Oui, c'est...
  • Obsession ou Passion
    Marches froides d'un marbre d'antan, une porte avec une sonnette sourde. Je presse le bouton de plastique ancien, rien. Enfin si, des pas feutrés derrière une porte, un couloir derrière, une lumière, cette vieille personne qui m'indique une minusucule...
  • Printemps
    "Pourquoi il pleut, maman ?" La petite main dans la mienne, le souffle de vent dans nos manteaux à peine la porte de notre immeuble ouverte, nous voilà dehors, sous les gouttes un peu fraîches du matin. Pourtant c'est le printemps, mais les giboulées...
  • Esthétisme & Bas nylon
    Troublantes images si nombreuses que tous vos clics et vos recherches apportent devant vos yeux gourmands au gré des liens, des propositions de vos réseaux sociaux. Divers reflets des jambes des femmes, associés aux mots "Bas nylon" ou "Nylon Stockings"...
  • Musique : DEPECHE MODE Spirit
    Féminité ? Je vois déjà vos sourires avec le titre de cet article. Un groupe d'hommes, de la new wave des années 80, un son ténébreux et profond, des coups de batterie lourds et marqués, des guitares volontaires et puis cette poésie de synthés d'aujourd'hui,...

ORDRE de la JARRETELLE

Pour rendre hommage aux BAS NYLON, aux JARRETELLES, au Glamour, au symbole d'une féminité des années 50-60, aux instants de mode actuelle, mais aussi aux créateurs, aux fabricants (vintage et actuels) et plus encore aux Femmes, j'ai lancé l'initiative d'un "ORDRE DE LA JARRETELLE".

Nos objectifs sont de défendre la volupté du port des Bas Nylon, de promouvoir une image noble et saine auprès des médias, de défendre la finesse incomparable du véritable nylon, digne signature haut-de-gamme du glamour moderne, de créer une communauté d'ambassadrices autour de l'élégance au féminin, de publier des ouvrages (textes et photos) de référence sur le sujet.

 

Les statuts sont rédigés. Les critères d'entrée sont définis par une validation de la réelle motivation du port du bas nylon et de votre enthousiasme à  promouvoir cet art de vivre. Un entretien et/ou un lettre pour démontrer cette passion, tel sera la premièré étape avant un parrainnage.

Ordre de la Jarretelle : gentleman.nylon@gmail.com

Quelques articles sur le sujet :

Ordre-de-la-jarretelle-Acte-1

Ordre-de-le-jarretelle-Acte-2

Ordre-de-le-jarretelle-Acte-3

Ordre-de-la-Jarretelle-Acte-4

 

Bas-Nylon-mais-alors !

Bas Nylon, quel talon ?

Je-suis-alle-au-paradis des Bas Nylon

 

Site web uniquement accessible pour les membres.

 

Coups de Coeur

Logo-Menu-NylonMode.com-V3.2-xs.png
 
causette-34.jpg
 
 
 
 
 
 
Mes coups de coeur, ceux où je passe régulièrement sur leurs blogs, pour leurs contenus, leurs photos, leurs articles, leurs humeurs, leurs amours, leurs critiques. Inspiration passgère, amitié ou même coup de foudre, souvent un univers de mots, de douceurs et de libertés ...

martiennes.wordpress.com  justement féministes

bebarock.com juste pour les femmes !

cameline.org prodigieuse exploration mode du temps

bellesetbiendansvotrepeau conseils beauté

leblogdebetty.com mode et sourires 

dameskarlette voyageuse en images

thebrunette.fr incroyablement élégante

lheureuseimparfaite blog féminin et impertinent

le-blog-enfin-moi.com féminité, mode et sourires

leblogdelilou féminité au quotidien

fashionandcookies  fashionista 

valimero-fashion-addict.com modeuse la + souriante du net !

mindalicious.fr géniale modeuse

lesdemoizelles mode et futilité

estelleblogmode.com  mode souriante

pinup-doodles un coup de crayon d'une génie

folievintage.fr un lieu pétillant & glamour

blog.plafonddeverre.fr réalité féministe

...

citizencouture.com la mode online

misspandora.fr super-fée de mode

leblogdebigbeauty.com ronde et alors ?

modeuse.com j'aime depuis le début

garancedore.fr oui, encore elle

...

Et si vous n'êtes pas ici, c'est pas un désamour, plutôt un oubli, 

et la liste serait peu-être un peu longue (environ 200 sites de références)

mais je vous visite régulièrement, bises à toutes !